janvier 24, 2022

Next Door – Première Réalisation pour Daniel Brühl

Titre Original : Nebenan

De : Daniel Brühl

Avec Daniel Brühl, Peter Kurth, Rike Eckermann, Aenne Schwarz

Année : 2021

Pays : Allemagne

Genre : Comédie

Résumé :

A Berlin, Daniel est un acteur célèbre qui vit dans un bel appartement avec sa charmante compagne, leurs deux enfants et la nounou. Il s’apprête à décoller pour Londres où l’attend le casting d’un film de superhéros. En attendant son chauffeur, Daniel se rend au bar du coin sans savoir qu’il est suivi par son mystérieux voisin, Bruno. Cette rencontre préméditée va emmener Daniel vers les recoins sombres de son intimité. Bruno est bien décidé à lui faire vivre un enfer.

Avis :

Acteur allemand, Daniel Brühl est l’un de ces comédiens qui tourne partout et tout le temps. Après quelques petits ou grands rôles, en 2003, Daniel Brühl s’impose comme l’une des très grandes révélations de cette année-là grâce au magnifique « Good Bye Lenin ! » de Wolfgang Becker dont il tient le premier rôle. Depuis, la carrière de l’acteur s’envole et il n’a jamais atterri depuis. Jouant aussi bien en anglais, qu’en français ou en espagnol, Daniel Brühl n’a pas de frontières, passant d’un petit film indépendant à de gros blockbusters américains. Après des années à voguer d’un film à l’autre, Daniel Brühl a eu l’envie de faire son propre film, de raconter lui-même quelque chose.

Pour son premier film, Daniel Brühl avait envie de raconter quelque chose de personnel, quelque chose qu’il connaît bien, sans pour autant que ce soit biographique. Avec l’aide de Daniel Kehlmann (écrivain et scénariste), Daniel Brühl a donc couché sur papier l’histoire d’un acteur qui va voir sa vie partir à vau-l’eau en l’espace de quelques heures. Sous la forme d’un huis-clos, Daniel Brühl livre un premier film très riche dans ce qu’il raconte, mais aussi dans son genre, car l’acteur/réalisateur mélange plusieurs genres en peu de temps. Drôle pour nous et oppressant pour son personnage, « Next Door » est une bonne petite comédie sombre, qui s’amuse à manipuler tout le monde et on aime beaucoup ça.

Daniel, la quarantaine, est un acteur très célèbre qui a tout réussi dans sa vie. Marié et père de famille, Daniel tourne aussi bien en Allemagne qu’à l’étranger. Daniel habite un magnifique duplex dans un immeuble berlinois huppé. Bref, Daniel a tout pour être heureux. Un matin, alors qu’il va s’envoler pour l’Angleterre afin de passer un casting pour un rôle important dans un blockbuster, Daniel va se poser dans son café habituel et c’est là qu’il va faire la connaissance de Bruno, l’un de ses voisins qu’il n’avait jamais remarqué…

Pour son premier film, Daniel Brühl a fait plus complexe qu’il n’y parait, car sous couvert d’un petit huis-clos qui serait bourré d’autodérision sur le narcissisme des acteurs, « Next Door » va nous offrir bien plus que cela. En effet, Daniel Brühl s’aventure dans un récit qui va petit à petit grignoter son personnage principal. Oscillant entre la comédie noire et le drame oppressant, « Next Door » est un film qui s’appuie sur son scénario pour ne cesser de nous surprendre. Ce qui est très bien avec le film de Daniel Brühl, c’est qu’on ne sait jamais jusqu’où il va nous emmener, jusqu’où le personnage de ce voisin bien intrusif va pouvoir aller. Ainsi, on se laisse très volontiers emmener au gré des révélations que va faire cet homme.

Puis à travers les révélations et les manipulations de ce voisin qui vous veut du bien, « Next Door » arrive à aborder tout un tas de sujets que là encore, pour notre plus grand plaisir, on n’avait pas vu venir. Daniel Brühl, à travers ce face-à-face, parle des deux Allemagnes, de l’adaptation des Allemands de l’Est à la société de l’Ouest. À travers cette adaptation, ou pas, Daniel Brühl parle évidemment des cicatrices encore ouvertes, même plus de trente ans après la chute du mur. Le film évoque aussi, entre jalousie et refus de s’intégrer, les laissés-pour-compte. D’ailleurs, l’idée d’opposer une super star à un homme lambda est très bien venue et parfaitement amenée.

Et en parlant de super star, avec ce film, on s’amusera de la sorte de caricature pleine d’autodérision que livre-là Daniel Brühl. Le comédien s’amuse de l’idée qu’on peut se faire des acteurs, et derrière ça, Brühl campe un acteur qui pourrait être la pire version de lui-même et l’on sent qu’il y prend un malin plaisir. On ajoutera à cela que la construction du film est bien faite, et ce jeu de manipulation nous entraîne génialement vers quelque chose d’improbable. Ici, tout est calculé et chaque détail de la conversation entre les deux compte, et parfois même, ça peut être jouissif, car un détail au début peut faire l’effet d’une bombe en milieu de film. Bref, ce scénario est très bien vu et il fonctionne très bien de son ouverture à sa fin (qui est absolument terrible).

« Next Door« , c’est un face-à-face entre deux grands acteurs. Si le film a bien de petits seconds rôles, aucun d’eux n’est vraiment développés et quand bien, même s’ils l’auraient été, finalement, ils n’arriveraient pas à rivaliser avec ces deux acteurs qui sont absolument parfaits dans leurs rôles. Ainsi, Daniel Brühl en comédien sympathique au premier abord et arrogant au final est génial. Quant à Peter Kurth, ses non-expressions, son calme, et cette espèce de chaleur qui se dégage de lui l’impose comme un personnage glaçant.

Reste alors le côté technique qui n’est pas aussi incroyable que le reste. Si le film fonctionne très bien, faisant qu’on ne voit pas le temps passer. Si le film tient bien son ambiance, se laissant glisser vers le sombre petit à petit. Si Daniel Brühl tient bien son huis-clos, faisant toujours revenir génialement son personnage dans ce bar. Il n’empêche que dans la mise en scène, « Next Door » n’a rien de vraiment surprenant, offrant souvent des champs contre champs. Après, ça reste un premier film et pour un premier essai, Brühl s’en tire très bien. On aimerait voir des premiers films comme celui-là plus souvent.

Ainsi, ses premiers pas en tant que metteur en scène pour le comédien allemand résonnent comme parfaitement sympathique. Ce jeu de manipulation et révélations est bien mené grâce à un scénario impeccablement écrit, qui tient sa tension jusqu’au bout. Arrivant à injecter de l’humour au milieu d’un film qui s’assombrit de plus en plus, Daniel Brühl nous captive et cette heure et demi passée en compagnie de ces deux personnages ne se voit pas passer. Imparfait, « Next Door » présente toutefois un jeune réalisateur dont on espère déjà un second film.

Note : 14/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.