février 7, 2023

The Beta Test – Oser l’Adultère?

De : Jim Cummings et PJ McCabe

Avec Jim Cummings, Virginia Newcombe, PJ McCabe, Jessie Barr

Année : 2021

Pays : Etats-Unis, Angleterre

Genre : Thriller, Comédie

Résumé :

Jordan Hines, un agent hollywoodien à succès sur le point de se marier, reçoit une lettre anonyme l’invitant à une mystérieuse rencontre sexuelle. Son monde de mensonges et de flux sinistres de données numériques commence à s’effondrer.

Avis :

Jim Cummings est un réalisateur que j’ai découvert voilà trois ans au Festival de Deauville, lorsqu’il était venu présenter son premier film en compétition, le tordant « Thunder Road« . Le film avait reçu cette année-là le Grand Prix du festival et « Thunder Road » m’avait imposé Jim Cummings comme l’un des cinéastes que j’avais le plus envie de suivre. Par la suite, deux ans plus tard, le réalisateur s’aventurait sur des sentiers inattendus, le film de loup-garou avec « The Wolf of Snow Hollow« . Malheureusement pour nous, le film demeure toujours inédit.

Ne perdant pas de temps, un an après, Jim Cummings est déjà de retour avec cette fois-ci un film qui oscille entre thriller et comédie. Accompagné par PJ McCabe dont c’est la première réalisation, (d’ordinaire, PJ McCabe est comédien et il a déjà tourné pour Jim Cummings dans « The Wold of Snow Hollow« ) pour son nouveau film Jim Cummings change de registre et encore une fois le réalisateur vise juste. « The Beta Test » est un petit bijou d’humour. Drôle et dramatique, critique et politique, portant un regard assez dur sur Hollywood comme sur Internet, Jim Cummings et PJ McCabe cassent la baraque et nous éclatent autant qu’ils nous surprennent.

Jim Hording est agent à Hollywood. Jim se marie dans six semaines et dans sa vie, tout va pour le mieux. Un matin comme un autre, il reçoit dans sa boite aux lettres un étrange courrier qui l’informe qu’il est invité à un rendez-vous sexuel avec une personne qu’il admire. Ce rendez-vous qu’il peut refuser, évidemment, est sans conséquence, mais s’il s’y rend, ce sera un moment à part. Sceptique, Jim finit par se lancer tenter, et très vite, après ledit rendez-vous, son monde va peu à peu se fissurer, et peut-être même s’écrouler.

En 2018, Jim Cummings était sélectionné en compétition officielle à Deauville pour son premier long, « Thunder Road« . Le réalisateur avait alors remporté le Grand Prix cette année-là et de manière tout à fait personnelle, le festival de Deauville me présentait un nouveau cinéaste dont j’allais attendre avec une certaine impatience chacun de ses films. Après un film de Loup-Garou qui demeure encore inédit chez nous, cette fois, l’américain revient non pas dans la compétition, mais dans la catégorie des films diffusés en avant-première. Sur l’ensemble du festival, vous imaginez donc que « The Beta Test » et son pitch aussi curieux qu’étrange faisait partie des films que je ne voulais pas louper et j’ai franchement bien fait de m’y arrêter, car le moment de cinéma fut, tout comme « Thunder Road« , excellent de bout en bout.

Écrit par les deux réalisateurs, « The Beta Test » est le genre de film qui ne cesse d’être une surprise. Imprévisible, voire même déstabilisant, dès son impressionnante scène d’ouverture, Cummings et McCabe nous entraînent dans une sordide histoire qui nous fera passer par tout un tas d’émotions. Sorte de cocotte-minute dont on sait qu’elle ne demande qu’à exploser, « The Beta Test » est un film qui part dans tous les sens, et c’est purement génial. Cummings et McCabe mélangent tout dans cette intrigue, de la comédie, du thriller, de la critique, de la romance, et ça fonctionne à merveille. Ne cessant de faire muter leur film, les deux metteurs en scène partent loin de « leur délire » et nous, nous sommes totalement happés par cette machination infernale, dont on ne sait plus vraiment qui croire, et qu’elles vont en être les tenant et les aboutissants.

Sarcastique dans beaucoup de ses scènes, cynique sur tout son lot, Cummings et McCabe, au travers de cette intrigue, arrivent à aussi bien livrer une enquête, qu’un film oppressant, ou encore une critique du monde d’Hollywood, des faux-semblants, et de ces êtres qui finissent par perdre leur âme, pour paraître aux yeux des autres. Le duo pointe aussi la culture de la violence, avec cette facilité que peuvent avoir les américains pour tout régler de manière définitive. « The Beta Test » critiquera aussi l’internet et les fournisseurs qui se gavent de nos données personnelles afin de pouvoir mieux nous cibler. Bref, vous l’aurez compris, leur film est d’une grande richesse et jamais ils ne se perdent alors que tous les sujets ne cessent de s’entrecroiser.

Pour nous tenir compagnie dans cette sordide et folle aventure, on pourra compter sur un Jim Cummings fascinant de bout en bout. À la fois tordant et touchant, ce personnage de « golden boy » looser est une merveille et on adore le suivre dans cette histoire qui le dépasse. Puis au-delà de ça, les deux réalisateurs nous tiennent avec l’absurde de ce personnage qui est capable de tous les mensonges pour déjouer le complot dans lequel il est tombé. Dans cet ensemble génial, on regrettera cependant l’absence de seconds rôles marquants. Si on peut citer quelques comédiens et comédiennes comme PJ McCabe (qui tient le rôle du meilleur ami) ou Virginia Newcomb, les rôles ne sont pas aussi forts que celui de Jim Cummings.

Comme je le disais plus haut « The Beta Test » est un film qui ne cesse de surprendre et ça vaut bien sûr aussi dans sa mise en scène. Cummings et McCabe livrent là un film hybride qui ne cesse de muter, de se transformer, et de casser ses codes. Les deux cinéastes changent de ton en une scène, ce qui ne fait que rendre le film encore plus étonnant et addictif. Ainsi, comédie, comédie sociale, drame, romance, thriller, et même film d’horreur se succèdent et parfois même se mélangent pour notre plus grand plaisir sadique. Oui, c’est assez jouissif de voir ce pauvre Jim se noyer dans cette intrigue qui ne cesse de grossir.

Très étonnant donc, jouissif, addictif, et tout ce qui est équivalent, le troisième film de Jim Cummings est une petite bombe. Hilarant puis d’un coup prenant et touchant, pour nous entraîner dans un suspens et une imprévisibilité permanente, « The Beta Test » confirme bien que Jim Cummings est un auteur sur lequel on peut compter. Et aujourd’hui, à la sortie de cette géniale séance, on n’a qu’une envie, c’est de découvrir « The Wolf of Snow Hollow » son deuxième film, car Cummings qui s’est lancé dans un film de Loup-Garou, franchement, on en rêve !

Note : 16/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.