novembre 30, 2021

Locke & Key Saison 2 – Netflix Perd ses Clefs

D’Après une Idée de : Carlton Cuse et Joe Hill

Avec Emilia Jones, Connor Jessup, Jackson Robert Scott, Darby Stanchfield

Pays : Etats-Unis

Nombre d’Episodes : 10

Genre : Fantastique

Résumé :

Tandis que le danger les frôle sans qu’ils ne le sachent, Tyler, Kinsey et Bode déverrouillent d’autres secrets de famille en explorant le pouvoir et le mystère des clés.

Avis :

Paru entre 2008 et 2013 aux Etats-Unis sous la forme de 37 numéros, la série Locke & Key a pour avantage d’être écrite par Joe Hill, fils du gigantesque Stephen King. En France, ce sont les éditions Bragelonne qui se chargeront de l’édition, regroupant tout cela dans six recueils. En 2020, la plateforme de streaming Netflix décide d’adapter la franchise sous la forme d’une série et c’est en Février que la première saison voit le jour. Le succès est au rendez-vous et pour surfer sur cette vague, une deuxième saison est lancée. Et de toute façon, succès ou pas, il aurait fallu une seconde saison vu le twist final du dixième épisode (même si Netflix aurait été tout à fait capable de tout arrêter s’il ne rentrait pas de gros sous). Il aura fallu attendre un peu plus d’un an pour voir débouler la deuxième saison, qui est décevante.

Nous avions laissé la famille Locke dans un état de satisfaction avancé, puisque les enfants étaient persuadés d’avoir envoyé Dodge, la grande méchante, à travers la porte noire. Manque de bol, il s’agissait d’Ellie, une amie de leur père, qui fut transformée en Dodge, par Dodge, juste avant d’être balancée. Entre temps, la vraie Dodge a changé son apparence avec la clé d’identité pour se transformer en Gabe et devenir le petit ami de Kinsey. Elle met alors en route un plan pour comprendre comment les Locke peuvent fabriquer des clés, afin de se construire une armée de démons. Toute la saison va donc s’articuler autour de la relation entre Gabe et Kinsey, mais aussi avec l’oncle qui va retrouver la mémoire et fournir des indications précieuses pour combattre cette nouvelle menace. Car oui, Dodge trouve un allié en la présence d’Eden, un démon sexy en diable.

Toujours servi par dix épisodes, cette deuxième saison de promet beaucoup d’action, mais au final, on va être très déçu par le déroulé du scénario. Le début patine un peu et on galère à se rappeler qui est qui dès que l’on sort de la famille. On continue l’exploration des clés et de nouveaux pouvoirs sont débloqués, comme la possibilité d’agrandir des objets en utilisant une maquette de la maison. De nouveaux personnages font aussi leur apparition, à l’image de ce professeur qui tombe sous le charme de la mère Locke et qui fait des recherches sur un de ses ancêtres, un méchant soldat qui fut contaminé par le métal chantant. On se plait donc à découvrir une nouvelle intrigue, mais malheureusement, la saison va se concentrer uniquement sur des romances compliquées et un combat pour faire retrouver la mémoire à un oncle qui sombre un peu dans la déprime.

Rien de bien neuf donc, d’autant plus que cette saison ne travaille pas plus sa mythologie. Les enfants recherchent toujours des clés dans la baraque, découvrent que les adultes oublient la magie et Tyler entrevoit la fin de sa mémoire avec sa petite copine qui perd le fil car elle approche des dix-huit ans. Si Dodge cherche à percer le mystère autour de la fabrication des clés, ce sera assez long à venir et les explications seront nébuleuses, pour ne pas dire arrangeantes (en gros, c’est un don, et c’est comme ça). On n’en saura pas plus sur les clefs, ni sur leur création, et encore moins sur l’historique du père de famille. Bref, on reste sur une intrigue très terre à terre, qui fait intervenir de nouvelles clés pour le plaisir (ou les arrangements du script) mais qui en oublie l’histoire même de la famille de Locke.

De plus, les personnages ne sont pas plus intéressants. Le scénario s’obstine à nous conter les romances des adolescents, et même de la mère, dans des triangles amoureux aseptisés. Kinsey est en couple avec Gabe, jusqu’à ce qu’elle comprenne qu’il est Dodge. A ce moment-là, elle tombe dans les bras de Scot, alors qu’ils s’étaient engueulés la veille. Ces turpitudes adolescentes sont d’un ennui triste. Il en va de même avec Tyler et Jackie, puisqu’il fait tout pour qu’elle conserve la mémoire, à un tel point que cela en devient gênant. Et Nina, la maman, tombe dans les bras du nouveau principal qui, comme par hasard, cherche la porte noire de son ancêtre. Elle est alors tiraillée entre ce bel homme et le souvenir de son mari, parti un an plus tôt. Bref, tout ce petit monde ne demande qu’à aimer ou être aimé, et à la longue, c’est pénible.

Pourtant, la série va prendre des risques et va étonner par des choix narratifs presque nihilistes. Des personnages vont mourir, le final est explosif et la série essaye de nous faire pleurer avec des déchirures émotionnelles. Manque de bol, les personnages deviennent tellement caricaturaux, tellement pénibles dans leurs hormones bouillonnantes, que l’on se fiche de qui va mourir ou pas. Et surtout, on se moque pas mal des conséquences de ces morts. Un constat assez décevant, surtout quand on s’est surpris à apprécier la première saison, qui était plutôt sympathique et novatrice, pour qui n’avait pas lu les comics. Alors oui, on pourra toujours se rattraper sur quelques éléments visuels intéressants, ou encore le personnage de Bode, qui a une forte relation avec sa mère, mais on reste très en-dessous de la première saison.

Et pour en revenir aux clés, les nouvelles ne servent pas à grand-chose. On sent que le scénario ne sait pas trop comment se servir de certains pouvoirs, et décident alors de les présenter une première fois, puis de les réutiliser une dernière fois, que ce soit dans les mains des gentils ou des méchants. Par exemple, la clé avec la chaîne ne sert strictement à rien. La clé qui donne des ailes ne sera qu’une pirouette pour aider à la résolution finale. Bref, on a cette sensation que certaines choses arrivent soit au bon moment, soit pour une fonction précise et ne servent pas le scénario pour des choses plus grandes.

Au final, la deuxième saison de Locke & Key est une petite déception. Alors certes, c’est globalement regardable, car ça ne dure pas trop longtemps et visuellement, la série est plutôt propre. Mais le scénario baisse grandement en qualité, n’arrivant jamais à s’élever pour raconter autre chose que des amourettes perturbées, et oubliant même son premier propos, à savoir l’histoire de la famille Locke et la légende des clés. La toute fin annonce une troisième saison qui ne donne pas forcément envie, avec un bad guy caricatural au possible, maison espère que les showrunners seront rebondir et trouveront des ressorts scénaristiques plus convaincants.

Note : 11/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.