décembre 6, 2022

Stone Temple Pilots – Perdida

Avis :

Groupe qui fut longtemps affilié au mouvement Grunge, Stone Temple Pilots s’est rapidement dirigé vers un autre style, pour fraguer du côté d’un Rock assez Hard. Pour autant, la formation s’est toujours démarquée de la concurrence, à un tel point qu’elle en est devenue presque iconique. Au même sens que son premier chanteur, Scott Weiland. Décédé en 2015, le frontman était sujet à de nombreuses addictions, qui finiront par avoir sa peau. Remplacé au pied levé par Chester Bennington (Linkin Park), ce dernier va mettre fin à ses jours en 2017. Difficile de se remettre de la mort de deux de ses chanteurs, et pourtant, Stone Temple Pilots va chercher du côté de X Factor, et mettre un peu la pression sur Jeff Gutt, qui porte un lourd héritage. En découlera alors Perdida, neuvième effort du groupe et deuxième participation du nouveau chanteur.

Signifiant perte en espagnol, Perdida est un album complètement à part dans la discographie du groupe. Déjà car il est entièrement acoustique, mais aussi car il est une sorte de catharsis pour faire le deuil des deux précédents chanteurs. Comme une sorte de passage obligé, le groupe se laisse aller à la mélancolie, dans l’espoir de toucher son public, et de faire une sorte de transition pour soulager leurs âmes en peine. Malheureusement, si cela peut faire du bien au groupe, il n’en sera pas de même pour nous, car Perdida est d’un ennui critique. Et dès le premier titre, on va sentir le sapin qui entoure le projet. Fare Thee Well fait illusion dans sa première partie, mais rapidement, la mollesse du projet va nos laisser de marbre. Rien de viendra un peu nous secouer, voire même nous toucher.

Three Wishes ressemble à n’importe quel titre un peu Folk Rock et rien, absolument rien, ne viendra nous cueillir. Le refrain est sympathique, mais il reste sur la même tonalité, nous ennuyant plus qu’autre chose. Il en va de même avec Perdida, même si le titre est un poil plus entrainant que le reste. Il faut dire que son côté hispanique nous change un peu et la mélodie est plutôt bien fichue. Cependant, rien de bien impressionnant, ou même de touchant. Surtout si l’on suit le groupe depuis peu, ou que l’on n’est pas vraiment fan des Stone Temple Pilots. Avec cet album, on a la sensation que le groupe s’adresse surtout aux fans de la première heure, et pas forcément aux profanes. Le diptyque I Didn’t Know the Time et Years est d’ailleurs un véritable calvaire à écouter.

Outre les flûtes traversières et le vilain saxo qui donnent une sensation vieillissante au projet, on aura la sensation d’écouter deux fois le même titre. Et écouter déjà une fois sans pioncer, c’est un miracle. Avec She’s my Queen, on tombe dans le mélo sans saveur, avec quelques insertions un poil country, mais c’est très léger, et on reste globalement sur un encéphalogramme totalement plat. Seul Miles Away peut paraître assez plaisante. Sorte de ballade amoureuse, le morceau a son petit charme et ses moments intéressants, avec notamment un refrain assez entrainant. On y décèlera même un petit côté britannique dans l’intention et le break au violon et relativement réussi. Peut-être le meilleur morceau de l’album, et pourtant, il n’est pas non plus mirobolant.

Malheureusement pour nous, le groupe retombe dans ses travers sur les trois derniers morceaux. You Find Yourself While Losing Your Heart est une chanson mélo qui puise sa réussite dans un refrain redondant, mais qui ne marque jamais vraiment. On notera un petit solo de guitare qui fera le job, mais c’est bien peu de chose et on reste dans l’attente que le morceau démarre vraiment, ce qui n’arrivera jamais. On arrive ensuite à un titre instrumental sans grand intérêt, qui ne sera là que pour annoncer une clôture fade et sans grand intérêt avec Sunburst. Un morceau mou du genou et sans gravité, qui se paye le luxe de durer plus de six minutes. Même vocalement, si Jeff Gutt chante juste, il n’ira jamais chercher plus loin et délivre une prestation acceptable mais sans éclat.

Au final, Perdida, le dernier album en date de Stone Temple Pilots, est un joli ratage. Si on peut comprendre les intentions du groupe à faire son deuil à travers un album, on reste tout de même dans un trip acoustique qui manque d’originalité, d’énergie, et même de conviction et d’émotion. Le groupe américain peine à faire ressentir sa peine et délivre finalement un album mineur, sans grand intérêt, et qui est bien loin des éclats du début de carrière. La tristesse se retrouve finalement dans la déception d’un album qui ne décolle jamais vraiment…

  • Fare Thee Well
  • Three Wishes
  • Perdida
  • I Didn’t Know the Time
  • Years
  • She’s my Queen
  • Miles Away
  • You Found Yourself While Losing Your Heart
  • I Once Sat at Your Table
  • Sunburst

Note : 07/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.