novembre 30, 2021

Les Amours d’Anaïs – Rohmer, Sors de ce Corps!

De : Charline Bourgeois-Tacquet

Avec Anaïs Demoustier, Valeria Bruni Tedeschi, Denis Podalydès, Jean-Charles Clichet

Année : 2021

Pays : France

Genre : Comédie, Romance

Résumé :

Anaïs a trente ans et pas assez d’argent. Elle a un amoureux qu’elle n’est plus sûre d’aimer. Elle rencontre Daniel, à qui tout de suite elle plaît. Mais Daniel vit avec Émilie… qui plaît aussi à Anaïs. C’est l’histoire d’une jeune femme qui s’agite. Et c’est aussi l’histoire d’un grand désir.

Avis :

Après des études de lettres et après avoir pris des cours de théâtre, Charline Bourgeois-Tacquet travaille quelque temps dans le domaine de l’édition. Passionnée de cinéma, en parallèle, en 2016, elle réalise un court-métrage autoproduit. Elle récidive l’essai deux ans plus tard et c’est avec ce deuxième film, « Pauline asservie« , qu’elle se fait remarquer, remportant des prix dans de nombreux festivals. Son film sera même présélectionné pour les César 2020.

Forte de ces expériences, Charline Bourgeois-Tacquet arrive à convaincre et peut se lancer dans un premier long-métrage. Sélectionné à la semaine de la Critique au Festival de Cannes, « Les amours d’Anaïs » est une petite comédie pleine de légèreté et de folie. Divin, original, drôle, plein de bonne humeur, de vie et surtout d’amour, ce premier film pour sa cinéaste est une jolie réussite, qui sait aussi bien nous faire sourire que nous toucher, grâce à ce personnage, divinement tenu par Anaïs Demoustier, qui est décidément l’une de nos jeunes comédiennes les plus douées.

Anaïs a trente ans et elle déborde de vie. Elle le dit elle-même, c’est même un peu trop. La jeune femme, qui vivote de petits boulots en attendant de finir sa thèse, parcourt les jours et les mois avec une légèreté sans filtre. Un soir, elle fait la connaissance de Daniel, un homme bien plus âgé qu’elle, et Daniel lui plaît. Puis, en apprenant à connaître Daniel, Anaïs fait une découverte pour le moins surprenante. Daniel est en couple depuis douze ans avec Émilie, et Émilie plaît aussi énormément à Anaïs…

Premier film de Charline Bourgeois-Tacquet, « Les amours d’Anaïs » est le genre de petit film qui fait du bien. S’aventurant dans une comédie amoureuse, la jeune metteuse en scène livre-là un petit film qui dans son intrigue n’a rien de franchement révolutionnaire, mais il est si bien écrit et si bien tenu par son actrice principale, qu’il nous emporte de sa folle scène d’ouverture où le ton est donné d’emblée, à son final qui est d’un grand romantisme. Entre ces deux points, « Les amours d’Anaïs » va être un véritable plaisir, nous proposant de suivre un personnage aussi adorable qu’elle est loin d’être commode. Anaïs, c’est une jeune femme sans filtre, qui laisse ses envies et ses désirs la guider, et si elle peut être parfois insupportable à vivre, c’est aussi tout ce qui va en faire son charme.

« Les Amours d’Anaïs« , c’est un film qui tient un scénario qui a deux niveaux de « qualité ». Dans son écriture générale, dans sa ligne rouge, sa colonne vertébrale, comme je le disais, le film n’a rien de franchement incroyable, nous proposant de suivre le quotidien et les amours d’un personnage. Cette trame de base est très simple et complétement déjà vue, et pourtant, malgré ça, le film de Charline Bourgeois-Tacquet a un charme de dingue et au-delà de ça, il tient une finesse et une délicatesse dans son écriture qui fait des ravages. Alors que le film, avec cette ligne rouge, avait tous les ingrédients pour tomber dans la comédie lambda française, la réalisatrice, qui est aussi la scénariste de son film, a énormément travaillé son personnage, son grain de folie, sa façon de voir la vie et sa façon de la vivre, et c’est tout ce qui va faire la différence avec d’autres films. Son film est plein de détails, plein d’idées et de répliques, qui arrivent à être aussi drôles que touchants. Les détails de la vie de ce personnage, son rapport à la vie, son rapport aux autres, son rapport avec ses peurs, ses peines, ses doutes, mais aussi la façon dont elle se laisse totalement envahir par la vie, l’amour et ses désirs, transforme le film à tout instant et le rend merveilleux. On adore suivre Anaïs, on aurait même envie de la suivre partout pendant encore très longtemps, tant ce personnage, en cette période morose, est une bulle d’air frais.

Puis avec ce personnage et « ses aventures », « Les amours d’Anaïs » est un film qui change tout le temps. C’est un film qui, à l’image de son personnage, mute vers là où il en a envie et ça fonctionne très bien. Passant de la comédie au drame, de l’absurde, voire le burlesque, à un romantisme fou, je le répète, « … Anaïs » ne fait que nous charmer du début à la fin, et voir une comédie dramatique comme celle-là, ça fait beaucoup de bien.

Les autres atouts qu’a le film de Charline Bourgeois-Tacquet, c’est d’un côté une mise en scène pleine de délicatesse. Une mise en scène énergique, qui fait aussi bien jouer les codes de la comédie (il y a tellement de scènes qui sont drôles et joliment imaginées et tenues dans leur écriture) et la comédie romantique, qu’avec ceux du drame. D’ailleurs, le film passe d’un « style » à un autre, d’une scène à l’autre, ce qui fait qu’il est capable de nous faire sourire et rire, puis l’instant suivant, de nous toucher et nous prendre avec de petits détails qui sonnent si juste.

Puis de l’autre côté, derrière, et au-dessus de cette mise en scène, « Les amours d’Anaïs » est un film qui livre là un casting parfait en tout point. Un casting qui tient peu de personnages, mais ces derniers sont tous beaux et intéressants. Si l’on peut citer Denis Podalydès, Anne Canovas, Bruno Todeschini ou Christophe Montenez, le cœur et tout l’amour qu’offre le film, c’est avant tout, Valeria Bruni Tedeschi qui incarne une écrivaine qui se laisse très joliment troublée, et bien sûr et avant tout, Anaïs Demoustier qui change de registre, s’aventurant dans la comédie (chose qu’elle fait peu) et ça lui va à merveille, car elle trouve là l’un des plus beaux personnages de sa riche carrière. Belle, légère, drôle, fun, et en même temps si fragile, Anaïs Demoustier fait des merveilles de bout en bout, et comme je le disais plus haut, elle est si bien dans ce rôle, qu’on n’a absolument pas envie de quitter ce personnage si vite.

« Les amours d’Anaïs » est donc une très belle surprise et un très joli coup de cœur. Comédie pleine de vie et de folie, aussi ensoleillée qu’elle sait se faire touchante et romantique, ce premier film pour Charline Bourgeois-Tacquet laisse transparaître un œil et un univers délicat, qui sait ravir. Et si on se laissait emporter juste une fois par nos envies, et si l’on était sans filtre, juste pour voir, et si on osait, certes la vie serait moins sûre, mais peut-être qu’elle en serait meilleure. À la sortie du film de Charline Bourgeois-Tacquet, on a vraiment de se laisser porter et voir ce qui va se passer… Bref, « Les amours d’Anaïs » est assurément la bulle d’air de la rentrée.

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.