juillet 15, 2024

Piège Pour Cendrillon

De : André Cayatte

Avec Dany Carrel, Madeleine Robinson, Jean Gaven, René Dary

Année : 1965

Pays : France

Genre : Drame, Thriller

Résumé :

Victime d’un incendie, une jeune fille se réveille amnésique dans une clinique. Elle doit réapprendre petit à petit les mots, les idées, la vie. On lui dit qu’elle s’appelle Michèle, l’héritière d’une riche industrielle et que sa cousine Dominique a péri dans l’incendie. Jeanne, sa gouvernante, vient la chercher à la clinique. Bientôt Michèle va découvrir qui elle était vraiment…

Avis :

André Cayatte est un cinéaste français qui a eu une belle carrière, et même connut de jolis succès au cours des années 50/60. Ayant une prédilection pour les drames qui ont pour thématiques la justice, après avoir passé une grande partie des années 50 à avoir abordé ce genre de sujet, André Cayatte a profité des années 60 pour se diversifier. Ainsi, il entre dans les années sixties avec un film sur la Seconde Guerre mondiale, et dresse le point de vue sur celle-ci par deux prisonniers de guerre français. Par la suite, André Cayatte change de « style » et revient avec un énième film sur la justice, « Le glaive et la balance« , film aussi génial qu’obsédant. S’en suivra alors un film en deux parties, pour deux points de vue. Titré « La vie conjugale« , le réalisateur s’attardera à dresser le quotidien et le portrait d’un couple.

Très prolifique, André Cayatte ne s’arrête pas et revient alors avec « Piège pour Cendrillon« , et cette fois-ci le metteur en scène français s’intéresse à un sujet très intéressant, surtout pour son époque, puisque « Piège pour Cendrillon » est un film qui abordera la chirurgie esthétique et réparatrice, à travers un thriller psychologique qui, certes s’il a pris un coup de vieux et demeure prévisible aujourd’hui, quand on le replace dans son époque, reste novateur, intéressant et bien foutu. Moins fort que d’autres films d’André Cayatte, « Piège pour Cendrillon » mérite toutefois qu’on s’y attarde, ne serait-ce que pour la géniale interprétation de son actrice principale, qui est tout bonnement bluffante de bout en bout.

Michèle est l’héritière d’une grande entreprise de chaussures de luxe. Victime d’un accident où elle fut brûlée et défigurée, Michèle a subi plusieurs opérations et au-delà de ça, ces événements lui ont fait perde la mémoire. Une fois de retour chez elle, Michèle sent bien que quelque chose sonne faux, et en plus d’apprendre à connaître son passé, elle commence à enquêter sur l’accident en question. Un accident dans lequel sa cousine a perdu la vie…

Je continue donc ma découverte des films d’André Cayatte et après avoir fait un tour de l’autre côté du Rhin dans le sympathique « Le passage du Rhin« , voici que je fais un bond de cinq ans, et je me laisse entraîner dans un thriller manipulateur et manipulé où une jeune femme, après un accident, se met en quête d’elle-même. Ce qui m’intéressait au départ pour m’arrêter sur ce Cayatte là, c’est l’idée de voir comment le metteur en scène pouvait parler de la chirurgie esthétique dans les années 60. Le sujet était novateur et de ce côté-là, je dois bien avouer que je reste quelque peu sur ma faim, car finalement ledit sujet est très peu abordé, se contentant de quelques explications et quelques suggestions.

Mais voilà, si de ce côté-là, « Piège pour Cendrillon » déçoit, ça ne l’empêche pas d’être d’un autre côté, un bon film qui tient bien son idée, sa direction et son enquête. Comme je le disais plus haut, il est vrai que même si l’ensemble est bien tenu et fonctionne très bien, le film, du moins sa trame, reste assez prévisible. Très vite, les ficelles nous apparaissent, et en quelques scènes, aujourd’hui, c’est plié. Il n’empêche que malgré ça, on se laisse très gentiment entraîner dans cette histoire étrange, envieuse et ambiguë entre ces deux cousines, et plus largement l’enquête que ce personnage très abîmé par la vie fait. Le scénario questionne l’identité, les souvenirs, la psychologie, sa fragilité et ses regrets, les remords, ou encore l’acceptation de certains de ses actes.

De plus, « Piège pour Cendrillon » propose des personnages très intéressants, car on sent que chacun d’entre eux joue par intérêt. On pourrait même dire que chacun de ces personnages joue à un double jeu, ce qui rend l’intrigue prenante (même si elle reste prévisible). En parlant des personnages, André Cayatte a réuni un joli casting, parmi lequel on retrouve des acteurs et des actrices comme Madeleine Robinson (qui est presque flippante en calculatrice aux dents longues). On notera aussi Jean Gaven ou Francis Nani, mais « Piège pour Cendrillon« , c’est avant tout et surtout Dany Carrel, qui est impressionnante dans la peau de non pas un, ni deux, mais bien trois personnages qu’André Cayatte lui demande d’incarner. Et trois personnages qui vont être évidemment à l’opposé les uns des autres.

Comme vous l’aurez compris, « Piège pour Cendrillon » est un film qui tient une bonne idée et une bonne histoire, même si cette dernière demeure prévisible. Mais là où André Cayatte se rattrape bien (si l’on peut dire), c’est dans son ambiance résolument noire et manipulatrice. Certes, là encore, le film a quelque peu vieilli, mais il n’empêche que le réalisateur a d’excellentes idées de mise en scène, nous offrant des scènes sous tension qui sont bien fichues. On restera aussi très étonné dans la façon qu’il a de gérer dans les flashbacks la double présence de son actrice, qui doit dans les mêmes scènes incarner les deux cousines et franchement, même si les trucages restent faciles aujourd’hui, quand on les remet dans leur époque, c’est terrible, génial, passionnant.

Moins fort que d’autres films de son réalisateur, « Piège pour Cendrillon » demeure une bonne découverte qui s’est laissée très gentiment regarder. Oui, l’ensemble a vieilli, l’histoire reste prévisible aujourd’hui, mais même avec ça, « Piège pour Cendrillon« , sur certain de ses aspects demeure bien plus intéressant, prenant et novateur que bons nombres de films que je peux voir par an. Puis, au-dessus de ça, il y a Dany Carrel qui, je le répète, est franchement bluffante dans chacun de ses trois rôles.

Note : 13/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.