août 10, 2022

Hammam

Titre Original : Hamam

De : Ferzan Özpetek

Avec Alessandro Gassman, Francesca d’Aloja, Halil Ergün, Serif Sezer

Année : 1997

Pays : Italie, Turquie, Espagne

Genre : Drame, Comédie, Romance

Résumé :

Lors d’un voyage à Rome avec sa femme Marta et leur ami Paolo, Francesco reçoit un télégramme de Turquie lui annonçant qu’il hérite de sa tante Anita, propriétaire d’un hammam à Istanbul. Il part aussitôt d’autant plus que Marta est devenue la maitresse de Paolo. En Turquie, il découvre la passionnante histoire de sa tante. Il décide de rester et de restaurer le bain turc.

Avis :

Ferzan Özpetek est sûrement le plus italien des réalisateurs turcs. Arrivé en Italie pendant son adolescence, le futur metteur en scène se passionne très vite pour le cinéma. Il suit alors des cours à Rome en art et réalisation à l’université. Par la suite, durant les années 80 et 90, il va se faire la main en tant qu’assistant réalisateur. Il va alors travailler avec des réalisateurs comme Marco Risi, Sergio Citti ou encore Ricky Tognazzi et Francesco Nuti. Après treize années à se faire la main et apprendre, Ferzan Özpetek arrive à convaincre et trouve les financements pour un premier film.

« Hammam, le bain turc » est un premier film où Ferzan Özpetek a voulu en quelque sorte partir à la recherche de ses origines. Lui qui est arrivé assez jeune en Italie et qui au fur et à mesure des années se trouve être la conjugaison de deux cultures, a donc décidé avec « Hammam … » de mélanger tout ceci, pour livrer un film au charme certain. Mais aussi un film maladroit, où le réalisateur tatillonne. Et s’il est clair que l’univers qui fera son cinéma plus tard est déjà présent, « Hammam, le bain turc » reste une première œuvre intéressante d’un côté, pour tout ce qu’elle va dire de la découverte d’une culture, et décevante de l’autre, car malgré un talent certain, Ferzan Özpetek rate la sensualité et la découverte de certaine attirances.

Francesco, la trentaine habitant à Rome, découvre via une lettre qu’il est l’héritier d’une habitation en Turquie. Une tante que le jeune homme ne connaît pas vient de lui laisser tout ce qu’elle possédait. Francesco se rend donc sur place pour vendre ce bien et il découvre alors qu’il est propriétaire d’un bain turc, ceux qu’on appelle les fameux hammams. Contre toute attente, Francesco décide alors de restaurer ce hammam. Au fil des semaines qui passent et des travaux, Francesco va alors découvrir une nouvelle culture, une nouvelle façon de penser, et surtout, il va découvrir l’histoire de cette tante.

« Hammam, le bain turc » est le premier film de celui qu’on surnommera plus tard le Almodóvar italien, et si ce premier film est loin d’être parfait, il faut dire qu’on y trouve déjà les thèmes et les images qui feront la renommée de son metteur en scène.

Pour ce premier film, Ferzan Özpetek a décidé de partir à la découverte de ses racines, à travers un personnage qui va peu à peu se laisser envahir pour ses découvertes. Doté d’un scénario qui tient beaucoup d’éléments intéressants, « Hammam … » se révèle être un film maladroit. Un film qui a beaucoup d’envie d’exploration, mais jamais le réalisateur n’arrive vraiment à se faire captivant. Oscillant entre jolies envolées et moments plus plats, « Hammam … » a bien du mal à se lancer. Si l’image et l’ambiance ont pris un coup de vieux, si la mise en scène tient plus du court-métrage que du pur film de cinéma, il y a quelque chose qui se dégage de l’ensemble, ce qui fait que sans pour autant être captivant de bout en bout, « Hammam, le bain turc » arrive à se faire charmant et l’on se plaît à suivre les déambulations et autres découvertes de ce jeune homme perdu à Istanbul.

Certes, tout n’est pas intéressant, Ferzan Özpetek a du mal à gérer tous les sujets qu’il explore, d’ailleurs, on peut être un peu perdu entre la découverte de la Turquie et de sa culture, avec la découverte du passé familial du personnage, la découverte et l’attirance pour un autre homme, ou encore l’histoire qui tourne autour de son couple. On sent bien que Ferzan Özpetek veut parler d’énormément de choses, il veut livrer un film riche en sujets et réflexions, mais le résultat est mitigé, et souvent, on peut se demander où le réalisateur veut aller, surtout avec ce final qui arrive brutalement, ce qui dénote grandement avec tout ce qui a été fait auparavant.

Malgré ses défauts et ses hésitations, « Hammam … » demeure un film qui restera intéressant dans ce qu’il raconte, ou encore comment il choisit de raconter cette histoire. Comme je le disais, l’ensemble a un côté court-métrage, laissant échapper quelque chose d’amateur, mais ce n’est pas pour cela qu’on ne remarquera pas un talent certain. « Hammam … », à plus d’une reprise, tient de bonnes idées de mise en scène et puis derrière ça, Ferzan Özpetek laisse transparaître déjà un talent pour filmer les troubles et les envies de ses personnages. Certes, c’est parfois maladroit, mais ça reste intéressant. Puis derrière ses défauts, le film de Ferzan Özpetek tient une très belle réussite, son ambiance, et la façon dont le jeune réalisateur arrive à capturer l’atmosphère d’Istanbul. Il y a quelque chose de culturellement charmant qui se dégage de son film, quelque chose qui fait que malgré les défauts, les hésitations, on peut être « captivé », ou du moins pris, dans son film.

Ce premier film pour Ferzan Özpetek est donc un premier essai maladroit, dont tout n’est pas parfait. D’ailleurs, en un sens, son film aurait plus de défauts que de qualités, mais surtout, étrangement, malgré ces défauts, malgré ces hésitations, malgré le jeu de ses acteurs qui n’est pas toujours juste, le réalisateur arrive à nous charmer, et même nous intéresser. « Hammam, le bain turc » ne s’imposera pas dans la belle filmographie de Ferzan Özpetek, mais il demeure une première proposition de cinéma qui, dans une certaine mesure, reste « plaisante ». Ainsi, même si la déception pointe le bout de son nez, je ne suis pas déçu de m’y être arrêté, ne serait-ce que pour la découverte des débuts d’un excellent cinéaste, dont j’ai plus envie encore de voir le reste de sa filmo.

Note : 9,5/20

Par Cinéted

Une réflexion sur « Hammam »

  1. J’avais vu ce film dans les années 2000 sur Arte. Je l’avais bien aimé. Une belle ambiance. J’avais même acheté le cd de la bande originale du film.
    Je regrette aussi la fin brutale qui m avait choqué lors de la première vision. Je ne m y attendais pas et je ne l’a trouve pas vraiment utile.
    J’ai beaucoup aimé la belle relation amoureuse (et même temps si fraternelle) entre les deux hommes. Mais pareil, le sujet est traité partiellement. J’aurais aimé plus de dialogue entre eux que des regards troublants ou des sourires ..
    Beaucoup de choses sont traités dans ce film et je suis resté sur ma faim.
    Mais j’aime malgré tout ce film, pour son ambiance, sa belle histoire (sauf la fin) et la musique..
    Bonne continuation à toi pour ce site que je découvre avec plaisir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.