octobre 26, 2021

Alone

De : John Hyams

Avec Jules Willcox, Marc Menchaca, Anthony Heald, Jonathan Rosenthal

Année : 2020

Pays : Etats-Unis

Genre : Thriller, Horreur

Résumé :

Jessica vient de perdre son mari. Elle déménage dans une autre ville, désireuse de commencer une nouvelle vie. Elle se rend compte qu’elle est suivie par un homme mystérieux. Bientôt, elle se retrouve enfermée dans une cabane isolée au milieu de la nature… 

Avis :

Quand on jette un œil à la filmographie de John Hyams, il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la dent. Officiant principalement dans la série, il a à son actif quelques films, dont deux Universal Soldier qui sont peut-être les pires de la franchise. De ce fait, il n’y a rien de bien attirant dans un nouveau film signé John Hyams, qui quitte pendant un temps la série Black Summer. Rien si ce n’est une curiosité morbide pour un type qui semble fortement attiré par le bis et les thrillers horrifiques. Avec Alone, exit les zombies, et place à un psychopathe qui va s’en prendre à une femme endeuillée dans les grandes forêts américaines. Jusque-là, rien de bien probant, et pourtant le film va faire son petit effet grâce à une bonne mise en scène, des acteurs impliqués et un rythme haletant.

Dégraissage

Le scénario du film est très simple. Une jeune femme prend la route pour quatre jours afin de changer complètement de vie. Elle évite les appels de sa mère qui dramatise tout le temps et reste très évasive avec son père. Sur la route, elle va doubler une voiture avec à son bord un type bizarre. Un homme gentil de prime abord mais qui va être un redoutable prédateur. Le cauchemar commence alors sur la route pour la jeune femme. Alone est un thriller qui fait dans la redite. Le coup de la femme qui se fait kidnapper et qui va devoir s’en sortir toute seule, on a déjà vu ça des centaines de fois, et ce n’est pas avec ce film que la donne va changer. Bien au contraire, on se retrouve confronté à un film que l’on a déjà vu mille fois, avec une femme forte.

Cependant, ce qui pourrait paraître comme un point négatif va vite devenir un point positif pour épurer au maximum le film. John Hyams a conscience que ce qu’il a entre les mains n’est pas incroyable, et il va aller à l’essentiel. Aussi bien dans son histoire que dans la présentation des personnages. Ainsi donc, le film est chapitré, offrant à chaque fois de nouvelles suées à l’héroïne qui va se faire peur à plus d’une fois. Tout d’abord sur la route, où elle manque se prendre un poids lourd, puis dans une maison isolée ou encore le long d’une rivière tumultueuse. L’action est permanente, tout comme la tension, le réalisateur peignant un univers réaliste et froid autour du personnage principal. Le fait que le scénario soit si simple permet alors de s’épancher sur d’autres choses, comme la réalisation, la photographie, ou encore les personnages.

Nature et découverte

Cet aspect très épuré, on le retrouve aussi dans les protagonistes. On va suivre cette jeune femme qui déménage toute seule, et qui semble assez triste. Les informations la concernant tombent au compte-goutte, au détour d’un plan où elle pleure en regardant des photos souvenirs avec son homme par exemple. On se doute bien de son deuil, ce qui sera confirmé par la suite, à cause d’un psychopathe manipulateur et mauvais. On n’aura pas d’autres informations à se mettre sous la dent, mais on peut facilement se projeter en ce personnage auquel on croit. C’est du côté du tueur que les choses seront moins intéressantes. On navigue en terrain connu avec un type qui mène une double-vie et qui se retrouve dos au mur face à une proie plus retorse que prévu. Ce grand méchant reste trop binaire et sans réelle surprise pour vraiment marquer.

Mais ce qui va faire la force d’Alone n’est pas forcément la richesse des personnages, mais bel et bien sa mise en scène. En effet, le film est plutôt bien shooté. John Hyams profite pleinement de la nature qu’il a à disposition pour mettre en valeur tous les dangers qu’il y a. Les forêts denses, la pluie torrentielle, la rivière tourmentée, les coins perchés, tout ça est bien utilisé et permet d’afficher une ambiance froide et humide qui glace jusqu’au sang. Jusqu’à ce terrain boueux, théâtre de l’affrontement final. Le résultat est assez surprenant car avec un tel réalisateur, on pensait trouver un tout petit film lambda, et finalement, le résultat est plutôt intéressant, même s’il n’est pas exempt de menus défauts. Et à titre d’exemple, le manque de fond ou encore le manque de profondeur des personnages.

Rien de neuf

Et c’est bien là tout le problème d’un film comme Alone. C’est-à-dire que malgré l’efficacité de ce dernier, il ne marquera pas suffisamment les esprits car il n’apporte rien de neuf. Il s’agit-là d’un thriller très convenu et qui reste très timide sur les passages un peu rudes. On aura bien quelques moments difficiles pour l’héroïne, mais elle va vite sortir de la maison pour se retrouver dans les bois. La violence demeure calibrée de façon à ce que le film ne soit ni gore, ni véritablement éprouvant. On est très loin d’un rape & revenge ou même d’un film d’horreur au body count élevé. John Hyams semble bien timide sur certains aspects et malgré des qualités évidentes, le film demeure imparfait à cause de son côté trop gentil, qui manque de rudesse. Et c’est dommage, car on sent qu’il y avait matière à faire quelque chose de plus virulent.

Au final, Alone est un film assez agréable. Il bénéficie d’un rythme soutenu, d’un scénario linéaire et simple et d’une mise en scène relativement réussie qui profite des paysages froids et humides américains. Il est juste dommage que rien ne vienne nous bousculer un peu, ou encore bousculer les codes d’un genre trop calibré. Alone s’enferme tout seul dans un carcan désuet, ce qui peut être une bonne chose, mais auquel il manque un petit plus pour vraiment impacter. Néanmoins, en cette période de vache maigre, le film fait parfaitement le taf et c’est déjà pas mal.

Note : 12/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.