Deprecated: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; VipersVideoQuicktags has a deprecated constructor in /homepages/46/d456916985/htdocs/wp-content/plugins/vipers-video-quicktags/vipers-video-quicktags.php on line 31

Notice: Constant WP_MEMORY_LIMIT already defined in /homepages/46/d456916985/htdocs/wp-config.php on line 93

Notice: Constant WP_MAX_MEMORY_LIMIT already defined in /homepages/46/d456916985/htdocs/wp-config.php on line 94
Petite Maman - Lavisqteam.fr
septembre 21, 2021

Petite Maman

De : Céline Sciamma

Avec Joséphine Sanz, Gabrielle Sanz, Nina Meurisse, Stéphane Varupenne

Année : 2021

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

Nelly a huit ans et vient de perdre sa grand-mère. Elle part avec ses parents vider la maison d’enfance de sa mère, Marion. Nelly est heureuse d’explorer cette maison et les bois qui l’entourent où sa mère construisait une cabane. Un matin la tristesse pousse sa mère à partir. C’est là que Nelly rencontre une petite fille dans les bois. Elle construit une cabane, elle a son âge et elle s’appelle Marion. C’est sa petite maman.

Avis :

Parmi les nouveaux auteurs français, Céline Sciamma s’est fait une très jolie place. Il faut dire que la réalisatrice a mis la barre très haute avec de petits films qui ont su trouver leur public et surtout offrir leurs petites sensations et leur lot d’émotions. Ainsi donc, des films comme « Tomboy« , « Bande de filles« , « La naissance des pieuvres » ou encore « Le portrait de la jeune fille en feu » ont été de jolis moments de cinéma, et surtout, ils ont placé la réalisatrice comme l’une de celles dont on attend chaque nouveau film avec envie et délice.

Deux ans après « Portrait de la jeune fille en feu« , oubliant le XVIIIe siècle, pour son nouveau film, Céline Sciamma fait un voyage dans le temps et revient à notre époque, pour un film intimiste. Un film qui se veut léger et touchant, et au-delà de ça qui va porter un joli regard sur l’enfance. On pensait déjà retrouver la beauté d’un « Tomboy« , on pensait déjà être joliment transporté entre rires de gamins et bêtises amusantes. Malheureusement, ce ne sera pas le cas et si le film tient des idées assez surprenantes, il se fait aussi froid et assez peu touchant. On est donc ressorti déçu de ce nouveau Céline Sciamma qui a eu tendance à se faire long.

Nelly, huit ans, vient de perdre sa grand-mère. Avec ses parents, la petite fille vient passer quelques jours dans la maison de la vieille dame afin de la vider. Alors que sa mère essayait de faire son deuil, que son père la soutient avec bienveillance, Nelly va faire la connaissance de Marion, une petite fille de son âge. Ensemble, les deux gamines vont construire une cabane et surtout, elles vont faire une découverte étonnante.

Céline Sciamma qui revient au monde de l’enfance, forcément son nouveau film attirait l’œil, et lorsqu’on s’aventurait sur son synopsis, ce dernier réunissait des ingrédients aussi intéressants que curieux.

Si « Petite Maman » est un film qui est joliment filmé, si c’est un film qui tient de très jolies idées et peut même arriver à surprendre avec son intrigue qui s’aventure sur des sentiers intéressants, malheureusement, comme on le disait plus haut, malgré le talent de la cinéaste et les idées qui parcourent ce « Petite Maman« , ce nouveau Céline Sciamma aura eu du mal à nous tenir éveillé. Très vite, il y a quelque chose qui s’échappe de « Petite Maman » qui a du mal à fonctionner. L’ambiance, même si elle est très travaillée, sonne comme fausse dès sa scène d’ouverture, où l’on suit une petite fille dire au revoir à des résidents d’une maison de retraite. Ce petit trait faux se prolonge une fois arrivé dans la maison de la grand-mère. On attend et l’on espère que le film va se transformer, et nous offrir la chaleur et le joli regard que tenait « Tomboy » ou « La naissance des pieuvres« , et malgré une chouette rencontre dans les bois, et une idée de voyage dans le temps assez étrange, car loin de toute logique, mais résolument jolie et intéressante dans sa simplicité, « Petite Maman » peine vraiment à nous intéresser.

Si l’idée de faire un film intimiste au possible est loin d’être mauvaise, ici Céline Sciamma oublie d’injecter de l’émotion dans cette rencontre hors du temps. Certes, il y aura bien quelques scènes qui ont un charme certain, mais ça ne suffira pas à nous tenir, face à un film qui a l’air de chercher où il veut aller. D’ailleurs, cette recherche fait que l’ensemble traîne en longueur, enchaînant les temps morts et les silences. Puis cette recherche d’intime finit par être « anti-naturel ». Souvent, « Petite Maman » résonne comme faux, notamment dans ses dialogues et les conversations que peuvent avoir ces deux gamines. D’ailleurs, si l’on va de ce côté-là, Joséphine et Gabrielle Sanz sont très froides et n’arrivent pas à être touchantes. Ce manque d’émotion est même très étrange pour un film signé Céline Sciamma, car d’ordinaire la réalisatrice touche toujours au juste et à la subtilité. D’ailleurs, on retrouve un peu de cela dans la relation que peut avoir la petite fille avec ses parents.

Ce cinquième film pour Céline Sciamma, malgré de bonnes idées, une belle intention de départ et une certaine originalité, une petite fille qui rencontre sa mère au même âge, ce n’est pas commun, « Petite Maman » se posera comme une déception et un petit cru pour sa réalisatrice. Long, et surtout froid et faux, alors qu’il y avait beaucoup d’ingrédients réunis pour nous offrir un joli petit voyage, « Petite Maman » aura peiné à nous tenir et nous intéresser. Dommage, vraiment dommage.

Note : 08/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.