Warning: include_once(/homepages/46/d456916985/htdocs/wp-content/plugins/ubh/ubh.php): failed to open stream: Permission denied in /homepages/46/d456916985/htdocs/wp-settings.php on line 391

Warning: include_once(): Failed opening '/homepages/46/d456916985/htdocs/wp-content/plugins/ubh/ubh.php' for inclusion (include_path='.:/usr/lib/php7.3') in /homepages/46/d456916985/htdocs/wp-settings.php on line 391
CJ7 - Lavisqteam.fr
août 4, 2021

CJ7

Titre Original : Cheung Gong 7 Hou

De : Stephen Chow

Avec Stephen Chow, Jiao Xu, Lei Huang, Fung Min Hun

Année : 2008

Pays : Hong-Kong

Genre : Comédie, Science-Fiction

Résumé :

La vie d’un modeste travailleur chinois est bouleversée lorsque son fils devient le possesseur d’un jouet pour le moins étrange. Le jouet en question, une drôle de peluche, s’avère en effet être une créature extraterrestre qui va leur fait vivre de drôles d’aventures.

Avis :

Immense nom du cinéma chinois, Stephen Chow s’est tout d’abord fait connaître en tant qu’acteur vers la fin des années 80. Son apogée étant au début des années 90 où tous les films dans lesquels il va s’illustrer vont connaître des succès phénoménaux en Asie. L’acteur est si demandé qu’il peut aller jusqu’à être à l’affiche de douze films en une année, c’est dire la productivité et la popularité de Stephen Chow. Intéressé par la réalisation, Stephen Chow commence à la même époque à mettre en scène en co-réalisant avec Lee Lik-chi. Dès lors, entre deux films en tant qu’acteur, Stephen Chow se fait la main. Puis au début des années 2000, il abandonne peu à peu la comédie pour se lancer dans la réalisation et là encore, il va trouver le succès avec « Shaolin Soccer » et « Crazy Kung-Fu » qui vont être tous deux des cartons.

Trois ans après le délirant et perturbé « Crazy Kung-fu« , Stephen Chow était de retour avec un film moins connu qui va sortir directement en DVD. Ce film, c’est « CJ7« , une petite mignonnerie qui, si elle ne marquera pas autant que les deux précédentes réalisations de Stephen Chow, nous fera passer un chouette moment. Sorte de version chinoise de « E.T. l’extraterrestre« , revu et corrigé à la sauce Chow, « CJ7 » arrive facilement à mélanger émotions et délires un peu dingues, comme Stephen Chow sait bien nous en livrer.

Dicky est un petit garçon qui habite avec son père dans une modeste maison. Le père de Dicky se tue au travail pour offrir le meilleur à son fils. Leur vie va être transformée le jour où Ti trouve dans une décharge un petit jouet pour son garçon. Mais ce qu’il pensait être un jouet, est en fait un petit animal extraterrestre doté de pouvoirs et surtout très attachant.

Après les délires de « Shaolin Soccer » et « Crazy Kung-fu« , Stephen Chow, pour son troisième long-métrage en solo, change son fusil d’épaule et se lance dans une mignonnerie qui va se poser comme un petit film pour enfants joliment cool.

« CJ7« , qui sera le nom de cette créature, est un film qui nous offre une petite fable qui ira chercher du côté de l’émotion et l’humain et de l’autre, qui n’oubliera pas de nous offrir quelques séquences absurdes et cartoonesques, qui sont désormais la géniale marque de fabrique de son réalisateur.

Doté d’un scénario très attachant, même si « CJ7 » fait indéniablement penser au « E.T. l’extraterrestre » de Steven Spielberg, Stephen Chow arrive bien à se détacher de cette idée-là, pour livrer une histoire et un film qui ressemble à son cinéma. Ce qui est joli à travers le film de Stephen Chow, c’est tout ce qui va être fait autour de la famille. Les sacrifices du père, la morale et tout ce qui tourne autour de l’honnêteté ou le mensonge. Le film abordera l’amitié et l’amour évidemment et le tout est comme je le disais, livré comme un petit conte de fée délirant. Car oui, si « CJ7 » tient un côté plus humain et plus posé qu’un « Crazy Kung-fu« , il n’en restera pas moins qu’entre deux petites réflexions, Stephen Chow se fait plaisir et nous fait plaisir en nous livrant des combats d’enfants particulièrement drôles, ou encore un côté cartoonesque avec des attaques et des pouvoirs de sa petite peluche verte venue d’ailleurs.

Après, malgré ses bons et jolis côtés, « CJ7 » demeure un petit divertissement, et il se fait moins percutant que les précédents films de son réalisateur, car derrière ce petit conte pour enfant, son intrigue tient aussi pas mal de raccourcis et au-delà de ceux-là, elle aurait aussi mérité d’être plus fouillée et plus tenue. Le film tient pas mal d’idées qui sont bonnes et intéressantes, mais qui arrivent aussi sans vraiment de logique ou de cohérence et elles ne seront qu’à peine développées pour certaines, alors que dans les faits et dans l’intrigue, elles ont une grande importance, je pense notamment à ce qui va arriver au père vers la fin, qui est très vite conclu.

Mais bon, ces défauts sont aussi atténués avec la mise en scène de Stephen Chow, qui tient bien ses idées et sa barre. Le film, de manière générale, est cool et attachant, Stephen Chow arrive à autant nous amuser avec des délires, qu’à nous toucher finalement malgré les maladresses de son histoire. On notera toutefois que les effets spéciaux, même s’ils fonctionnent toujours, on prit un petit coup de vieux.

« CJ7 » est donc un petit film plaisant et amusant. Un petit film qui plaira aux plus petits, comme il saura aussi toucher les plus grands. Stephen Chow sort de sa zone de délire et de burlesque pour aller vers une histoire plus humaine et s’il prend un risque, et que son film tient des maladresses, sur l’ensemble, malgré tout, on se laisse très gentiment charmer et happer par cette mignonne et petite histoire, ce qui en fait une sympathique découverte.

Note : 12/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.