décembre 6, 2021

Escapade à New York

Titre Original : The Out of Towners

De : Arthur Hiller

Avec Jack Lemmon, Sandy Dennis, Sandy Baron, Billy Dee Williams

Année : 1970

Pays : Etats-Unis

Genre : Comédie

Résumé :

Un couple de provinciaux s’envole pour New York. Dans cette ville immense, réglée sur des conventions citadines, ils vivront les 24 heures les plus palpitantes de leur existence…

Avis :

Réalisateur canadien, Arthur Hiller commence sa carrière de metteur en scène à la télévision canadienne avant de s’établir au milieu des années 50 à Hollywood. Il réalise son premier film en 1957 et il va devenir l’un des réalisateurs les plus prolifiques des années 60 et 70, capable de réaliser deux films par an. Réalisateur touche à tout, Arthur Hiller fait tourner les plus grands, dans des films qui touchent à tous les genres, biopic, film de guerre, drame, romance, et bien sûr comédie.

Tourné juste avant son plus grand succès, « Love Story« , Arthur Hiller embarque le terrible Jack Lemmon et la séduisante Sandy Dennis dans un tourbillon de mésaventures, lors d’un voyage d’affaires dans la grosse pomme américaine. Comédie rythmée et débordante d’énergie, enchaînement d’aventures dramatiques qui se transforment toutes en bons gags, cette escapade à New York est le genre de film qui fait rimer le n’importe quoi avec le génial.

Les Kellerman sont un couple sans histoire et comme les autres. Alors que George doit se rendre à New York pour une offre d’emploi, ce dernier décide d’emmener sa femme avec lui, histoire de s’offrir une petite escapade en amoureux dans la grande ville. Rien d’incroyable, un petit resto à 20h30, et une belle nuit dans un bel hôtel, avec l’entretien d’embauche le lendemain matin. Or, cette petite soirée romantique va être tout, absolument tout, sauf romantique et les problèmes vont commencer avant même d’atterrir à New York…

« Escapade à New York » est le genre de film qui commence très bien malgré le déjà-vu le papier. Pour résumer, on trouve Arthur Hiller à la réalisation, on trouve le dramaturge Neil Simon à l’écriture, le prodigieux Quincy Jones à la BO, et devant la caméra, on trouve le génial Jack Lemmon, dont les mésaventures de son personnage peuvent amplement laisser imaginer que le comédien a de quoi s’en donner à cœur joie. Si on ajoute à cela l’idée d’une comédie et d’un synopsis qui, s’ils ne sont pas vraiment originaux, quand on le conjugue, tout ce qui est évoqué plus haut donne sacrément envie, et franchement, cette « Escapade à New York » partait sous des auspices merveilleux et l’on ne s’y saura pas tromper, car le film d’Arthur Hiller est tout simplement drôlissime.

Ainsi donc, du côté du scénario, dans ses grandes lignes, « Escapade à New York » n’a rien de franchement affolant, puisque Hiller et Simon vont nous raconter les mésaventures d’un couple qui va enchaîner tant et tant de malchance qu’on pourrait croire à une malédiction. Mais voilà, si dans ses grandes lignes, ce n’est pas incroyable, le film d’Arthur Hiller fonctionne à la perfection et se pose comme une comédie déchaînée qui ne s’arrête littéralement jamais. Jusqu’au bout, jusqu’à la dernière minute, « Escapade à New York » enchaîne les rebondissements, et bien sûr, tous ces rebondissements et autres péripéties sont tous plus improbables et démesurés les uns que les autres. C’est même ça qui est génial dans le film d’Arthur Hiller, qui finalement va se poser comme une montée en puissance de malchance totalement absurde. Chaque catastrophe est plus folle que la précédente et c’est en partie ce qui ne cesse de piquer notre intérêt, car on se demande bien jusqu’où le film et le scénario vont oser aller. De plus, cette montée en puissance apporte une forme de suspens, car à chaque fois que l’on croit avoir atteint une sorte d’apothéose de malchance, « Escapade à New York » propose un autre rebondissement encore plus terrible pour ce couple qui décidément passe la pire journée qu’un couple ait pu connaître.

De plus, le film est très drôle, tenant un sens comique assez démesuré. Franchement, entre les situations absurdes et grotesques, le dynamisme de la mise en scène, qui semble être comme un train lâché à grande vitesse avec aucun moyen de l’arrêter, le sens comique de Jack Lemmon qui est carrément en surrégime, et la façon complétement désappointée de Sandy Dennis, qui se trouve être l’inverse total de Lemmon, déclenche de sacrés moments de rires. D’ailleurs, le duo, dans cette façon d’être à l’opposé l’un de l’autre tout en se complétant parfaitement, fonctionne à merveille.

« Escapade à New York » se poserait aussi, entre ses lignes, comme une critique des grandes villes, car ces deux « provinciaux » rêvaient la grosse pomme et le rêve est à mille lieues de la réalité, avec au gré de leurs mésaventures, des rencontres désagréables, des gens égoïstes et personnels qui refusent toute écoute. Une idée qui renforce encore un peu plus l’amusement.

« Escapade à New York« , c’est aussi une comédie qui tient un joli cachet. Outre le New York des années 70 et l’ambiance rétro, avec le vieillissement du film, « Escapade à New York » tient de bonnes idées, une certaine ambition, on sera même étonné de quelques plans d’avion survolant New York. Arthur Hiller a un excellent sens de la comédie et comme on le disait plus haut, le film tient un sacré rythme. « Escapade à New York » est fluide, tout s’enchaîne sans temps mort, ou sans en faire de trop, alors même que le métrage part assez loin dans son délire. Le rythme est aussi soutenu par une BO entraînant signée Quincy Jones. À force de talent, d’envie d’amuser, d’absurde, de gags et de maîtrise, « Escapade à New York » se pose assurément comme l’une des meilleures comédies de son réalisateur.

« Escapade à New York » fut donc une très belle surprise. Si sur le papier le projet déployait de très bons arguments, une fois transposé sur pellicule et monté, le film d’Arthur Hiller est une comédie imparable qui ne s’arrête jamais. Mais quand on ne dit jamais, c’est vraiment jamais, jusqu’au bout, jusqu’à la dernière seconde, Arthur Hiller propose des mésaventures inattendues et les gags et autres réactions qui vont avec. On s’attendait à rire et s’amuser devant cette petite comédie et finalement, on s’est éclaté de bout en bout.

Note : 17/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.