mai 11, 2021

Docteur Petiot

De : Christian de Chalonge

Avec Michel Serrault, Bérangère Bonvoisin, Aurore Prieto, Pierre Romans

Année : 1990

Pays : France

Genre : Biopic

Résumé :

Evocation de quelques jours de la vie du docteur Petiot qui pendant l’occupation soignait le jour et tuait la nuit.

Avis :

Réalisateur oublié, Christian de Chalonge fait partie de ceux qui ont pourtant eu une jolie et longue carrière. Débutant dans les années 60 comme assistant réalisateur, de Chalonge a réalisé son premier long, « Le saut« , en 1968. S’ensuit alors huit autres films et pas mal de téléfilms. La carrière de Christian de Chalonge trouvera son apothéose en 1979, quand il remporte le César du meilleur film et meilleur réalisateur pour « L’argent des autres« .

Après huit ans d’absence, Christian de Chalonge était de retour en 1990 avec son « Docteur Petiot« , film qui, petit à petit, au fil des années, s’est posé comme un film culte, du moins dans la filmographie de son metteur en scène. Revenant sur l’un des faits divers les plus terrifiants du XXe siècle, Christian de Chalonge livre là un excellent métrage. « Docteur Petiot » est un film qui se fait passionnant dans tous ses reliefs, que ce soit pour l’histoire en elle-même, le personnage, incroyablement tenu par Michel Serrault, ou encore la mise en scène de de Chalonge, très sobre, mais parfaitement sombre, à la limite du terrifiant par instant.

Paris, 1942, Marcel Petiot est un médecin d’une quarantaine d’années qui est très apprécié de ses patients. Intègre, il fait ce qu’il peut et compose avec sa terrible époque. Petiot fait partie d’un réseau de la résistance, faisant sortir des Juifs de Paris. Enfin, ça, c’est ce que ceux qui travaillent avec lui croient, car en fait, Marcel Petiot n’a jamais fait sortir un Juif de la capitale. Non, une fois ces personnes chez lui, Marcel les tuait et récupérait tous leurs biens, se faisant ainsi un très joli pactole…

Médecin le jour, assassin la nuit, celui que la presse a appelé « Docteur Satan » aurait assassiné une soixantaine de personnes (peut-être même plus) en l’espace de deux ans. Fait macabre de l’histoire récente française, adapter la vie et ce chapitre de l’existence du terrible Docteur Petiot sonnait comme une évidence et il est même étonnant que des réalisateurs ne s’y soient pas intéressés plus tôt.

Pour raconter son terrible Docteur, Christian de Chalonge nous entraîne dans un film à l’ambiance particulière. Un film qu’on pourrait presque qualifier de surréaliste, tant le metteur en scène appuie dans sa mise en scène sur quelque chose qui sonnerait comme très proche de la réalité et en même temps, très irréel, presque fantasmé, comme le montre sa géniale scène d’ouverture où Petiot, alors dans un cinéma regardant un film, va entrer dans l’écran et le film. Ainsi, grâce à cela, on comprend très facilement que de Chalonge ne racontera pas la vie de Petiot, non, il va l’adapter, en faire une œuvre de cinéma, avec ce que l’on sait du Docteur et de ses procédés, et ce que l’on imagine, « faute de preuves ».

Écrit entre autres par de Chalonge, « Docteur Petiot » tient un scénario particulièrement détaillé et riche en faits. Très intéressant, il brosse un portrait entre folie, fascination et machiavélisme de son personnage. Sombre, pesant, et en même temps tenant des scènes très étranges qui amèneront le film dans un côté délirant et fantastique, qui met mal à l’aise. Les exécutions et la façon dont Petiot se repaît de ses crimes, la presque jouissance à voir ses victimes agoniser, ont quelque chose de totalement fascinant et passionnant, et en même temps, c’est tellement surréaliste comme idée, que ça en devient dérangeant, très dérangeant et c’est ce qui fait l’une des très grandes saveurs du film.

Toujours du côté de son scénario, si l’on peut déplorer que quelques événements soient oubliés comme son arrestation par la Gestapo par exemple, de Chalonge livre quand même un film qui va jusqu’au bout de son histoire, dépassant la découverte du charnier de Petiot (moment véridique ou non, ça dépend des versions, qui est totalement surréaliste). De Chalonge racontera sa fuite, son camouflage incroyable et bien entendu son arrestation. « Docteur Petiot » se conclura sur une scène et un dernier acte incroyablement terrifiant et touchant à la fois. Un plan qui met un point d’honneur à montrer toute l’horreur de Petiot.

Pour incarner son « Docteur Petiot« , le réalisateur a choisi Michel Serrault et dire que l’acteur est bon est un doux euphémisme, tant il compose un personnage glaçant. Un personnage qui peut frôler la folie et en même temps pas du tout. Un personnage qui est bien plus riche et fourbe qu’il n’en a l’air. Michel Serrault, immense acteur qui manque cruellement, donne tout ce qu’il peut avoir, et son Petiot est à coup sûr l’un des personnages et l’une des compositions les plus passionnantes de sa filmographie. Reste néanmoins que le personnage et Serrault prennent tant de place que finalement, ceux qui l’entourent peine à exister. On aurait aimé avoir des personnages plus forts, notamment chez les victimes, qui sont très vîtes présentées et tout aussi bien exécutées.

Passionnant dans chacun de ses aspects, le film de Christian de Chalonge est une très belle surprise et surtout un excellent métrage. « Docteur Petiot » est terrifiant, surréaliste, fou dans un sens, de Chalonge nous plonge parfaitement dans son film, il nous saisit avec cette ambiance irréelle et passionnante, il nous captive par son histoire incroyablement détaillée, et son personnage. Bref, son « Docteur Petiot » est un petit bijou dont je ne regrette en aucun cas mon acquisition. Mieux encore, j’ai déjà envie de m’y replonger, c’est dire.

Note : 17/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.