octobre 21, 2021

The Holiday

De : Nancy Meyers

Avec Cameron Diaz, Kate Winslet, Jude Law, Jack Black

Année : 2006

Pays : Etats-Unis

Genre : Romance

Résumé :

Une Américaine (Amanda) et une Anglaise (Iris), toutes deux déçues des hommes, décident, sans se connaître, d’échanger leurs appartements. Iris, va débarquer dans une demeure de rêve tandis que la distinguée Amanda découvre une petite maison de campagne sans prétentions. Les deux femmes pensent passer de paisibles vacances loin de la gent masculine, mais c’était sans compter l’arrivée du frère d’Iris dans la vie d’Amanda, et la rencontre de Miles pour Iris.

Avis :

Après près de vingt ans à scénariser les films de son mari Charles Shyer, Nancy Meyers s’est lancée de la réalisation en 1998 avec « A nous quatre« . Le film connaîtra un petit succès, ce qui amènera Meyers à faire un deuxième film, « Ce que veulent les femmes« . Succès critique et public, avec ce film, Nancy Meyers se fait remarquer. Mais c’est avec son film suivant, « Tout peut arriver« , film tenu par Jack Nicholson et Diane Keaton (acteurs que la réalisatrice a tenu à imposer, malgré les résistances des studios, les jugeant trop vieux) que Nancy Meyers s’installe définitivement à Hollywood. Le film est un succès et les acteurs sont salués, et dès lors, Nancy Meyers est dans les starting-blocks et devient l’un des nouveaux visages de la comédie romantique US.

Et ce n’est pas son film suivant qui va démontrer le contraire. Quatrième film de Nancy Meyers, « The Holiday » connut lui aussi un très beau succès. Tenu par un quatuor de stars, « The Holiday » se pose comme la comédie romantique par excellence. Le genre de film qu’on place aisément aux côtés de « Love Actuasly« , « Pretty Woman« , « (500) jours ensemble« , « Le journal de Bridget Jones » ou encore « Coup de foudre à Notting Hill« .

Pétillant, amusant, romantique évidemment, tellement sucré qu’on pourrait en avoir du diabète, « The Holiday » est un délicieux cru Meyers, peut-être même l’un de ses meilleurs, puisque le film qui fête cette année ses quinze ans, demeure toujours aussi plaisant, alors même qu’on finit par le connaître par cœur.

Amanda et Iris sont deux femmes qui vont être déçues par la vie et surtout par les hommes. Amanda vient d’apprendre que son petit ami l’a trompée, et Iris est encore amoureuse d’un ex, alors même qu’elle sait que c’est impossible. Seules et désespérées, toutes deux aimeraient passer les fêtes de fin d’année près de celui qu’elles connaissent. Sans se connaître, juste parce que Iris a mis sa maison en échange sur Internet, l’une et l’autre vont alors échanger leur maison pour deux semaines de vacances qui vont changer leur vie…

La comédie romantique, c’est un genre qu’on connaît par cœur. On le connaît même tant qu’il est devenu difficile pour un auteur de surprendre avec ce genre et pourtant, il y a des irréductibles. Il y a ceux dont on se demande comment il est encore possible d’arriver à raconter, à peu de choses près, toujours la même chose, et surtout au-delà de ça, à réussir à nous embarquer avec un film et une histoire qu’on connaît d’avance. Nancy Meyers fait partie de cette caste-là. La comédie romantique fait partie d’elle et elle peut très aisément se vanter d’en être la papesse, tant dans leur style (et il faut aimer la comédie romantique), ses films sont de jolies réussites qu’on apprécie. Et au milieu d’une filmographie des plus sucrées, « The Holiday » se pose comme l’un de ces plus adorables crus. Drôle, amusant, pétillant, romantique et cliché à souhait, « The Holiday » est un film qui en plus de ça, se fait original, car il tient un petit concept qui à l’époque de sa sortie s’appuyait sur quelque chose de neuf.

Bon, on ne va pas se mentir, du côté du scénario, dans les grandes lignes de ce dernier, on sait très bien tout, absolument tout, ce qui va se passer. Évidemment que toutes deux vont trouver le bonheur et évidemment que la morale sera jolie, évidente et touchante. Pourtant, malgré ce côté convenu et toutes les cases que le cahier des charges de Nancy Meyers coche, pour livrer la comédie romantique par excellence, il y a quelque chose avec « The Holiday » qui fait que malgré toutes ces convenances, le film nous entraîne, nous amuse et osons même le dire sans honte, nous touche. Cette chose, c’est l’amour absolu de sa réalisatrice pour le genre dont elle s’est faite maîtresse. Il y a une démarche très sincère qui s’échappe de ce film, derrière tous les clichés du genre, que ce soit dans son écriture ou dans sa mise en scène, Nancy Meyers arrive sans mal à nous entraîner dans son amusante histoire.

« The Holiday« , derrière la romance, se place comme une petite comédie dramatique tout ce qu’il peut y avoir de plus sympathique. Derrière l’amour tellement sucré qui dégouline de chaque instant, « The Holiday » aborde de bons sujets, comme la solitude à une époque où l’on est de plus en plus connecté (et encore, ce n’est que le début à cette époque-là), le film aborde les nouvelles technologies, avec Internet et ses concepts, comme ici échanger sa maison avec un inconnu pour des vacances. Le film aborde le travail, ou plutôt si l’on peut dire « le surtravail ». Puis plus loin encore, le film aborde le cinéma, avec d’un côté la publicité notamment dans le travail de Cameron Diaz (d’ailleurs géniale, l’idée de la fausse bande annonce de sa vie) et de l’autre, avec cette très touchante intrigue qui tourne autour de Kate Winslet et un vieux scénariste. Bref, derrière ses histoires d’amours clichés et un peu cul-cul, « The Holiday » est plus riche et plus intéressant qu’il n’y parait.

Une fois passé tout ceci, si « The Holiday » est aussi adorable, c’est notamment grâce à ses acteurs et plus particulièrement ses actrices. Si Jude Law et Jack Black sont très tendres, tenant des rôles joliment impeccables, il faut dire que la folie douce de Cameron Diaz éclate avec ce film et la tendresse magique de Kate Winslet, qui s’ose à la comédie romantique, délaissant les rôles forts, lui va très bien. À noter un petit rôle très touchant pour le grand Eli Wallach, qui comme je le disais plus haut, dans la peau d’un scénariste au crépuscule de sa vie, est tout bonnement magnifique.

Pour son quatrième film, Nancy Meyers pose l’un de ses meilleurs films. « The Holiday« , surtout en période de Noël, sonne comme la comédie romantique parfaite. Oui, c’est sucré, tellement, tellement sucré, et bien sûr que c’est surréaliste, idéalisé et magnifié, mais c’est aussi tout ce que l’on voulait avec ce genre de film et d’autant plus quand c’est Nancy Meyers à la barre. Bref, comme je le disais, « The Holiday » se range au côté des meilleures comédies romantiques.

Note : 14,5/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.