mai 16, 2021

Deep Impact

De : Mimi Leder

Avec Morgan Freeman, Vanessa Redgrave, Maximilian Schell, Elijah Wood

Année : 1998

Pays : Etats-Unis

Genre : Catastrophe

Résumé :

Leo Biderman, quatorze ans, s’inscrit au club d’astronomie de son lycée. Il prend une photo du ciel étoilé à travers son télescope et découvre une comète qui se dirige vers la Terre. Prévenu, le président des Etats-Unis fait appel à un ancien astronaute, Spurgeon Tanner, qui est chargé de diriger une mission internationale à bord du vaisseau expérimental « Messiah ». Ils doivent se poser sur la comète et tenter, par des charges nucléaires, de la dévier de sa trajectoire. Sur Terre, le cataclysme imminent suscite les réactions les plus extrêmes.

Avis :

Mimi Leder est une réalisatrice américaine qui vient du monde de la télévision. Débutant sa carrière à la fin des années 80, Mimi Leder s’est fait la main sur des séries comme « Urgences« , « La Loi de Los Angeles » ou « Les incorruptibles de Chicago« . Au début des années 90, elle va passer aux téléfilms, ce qui va accroître encore un peu plus sa renommée. Puis c’est en 1997 qu’elle franchit un nouveau cap, passant cette fois-ci au cinéma avec le thriller d’action « Le pacificateur« , mené par le duo Clooney/Kidman.

Ce premier film est bien reçu et Mimi Leder, en bourreau de travail qu’elle est, enchaîne de suite avec un nouveau projet, « Deep Impact« . Sorti trois mois avant « Armageddon » de Michael Bay, Mimi Leder s’était aussi aventurée à mettre en scène une histoire d’astéroïde destructeur de la terre et je dois dire que je préfère de loin le film de Mimi Leder à celui de Michael Bay (film que j’aime beaucoup soit dit en passant), parce que la réalisatrice américaine livre là un blockbuster à échelle humaine. Un blockbuster qui va être bien plus dans l’émotion que dans le spectacle. Un blockbuster qui met sur la route de ses personnages des choix douloureux, les rendant extrêmement attachants. Alors si on ajoute à cela certains choix de destins, son final, et son petit côté spectaculaire, car oui, le film l’est aussi, franchement, ce deuxième long-métrage de Mimi Leder, vingt-deux ans après sa sortie, tient toujours aussi bien la route et se pose comme un classique du film catastrophe.

Léo Biderman, quatorze ans, un soir, à son club d’astronomie, photographie une étoile qu’il ne reconnaît pas. Envoyé à un spécialiste, très vite, ce dernier va découvrir que le jeune garçon vient de photographier une énorme comète et cette dernière se dirige droit vers la Terre. Si cette comète, baptisée Wolf-Biderman, percute la Terre, sera alors la fin de tout. Dès lors, en secret, un immense plan pour sauver la planète se met en place.

Un amour d’adolescent qui ne passe pas, voilà ce qu’est ce « Deep Impact » de Mimi Leder. Gros choc émotionnel, et pur plaisir en termes de spectacle, ce « Deep Impact » est une très belle démonstration de ce que doit être un bon film catastrophe. Obligé de faire une comparaison avec « Armageddon« , tant les deux films sont proches, aussi bien dans ce qu’ils racontent que dans leur date de sortie, à quelques mois près, là où Michael Bay va nous en mettre plein la vue, offrant un immense spectacle qui en fera parfois trop, là où Michael Bay garde un certain côté fun et appuiera bien trop dans l’émotion vers sa fin, Mimi Leder va proposer un film qui sera plus « accès » vers une certaine réalité. « Deep Impact« , c’est un film qui est bien pensé, qui propose alors de suivre tout un tas de protagonistes face à la grandeur de ses événements.

Ce qui est très bien avec le film de Mimi Leder, c’est qu’elle va prendre le temps de présenter aussi bien ses personnages que toute la dimension politique qu’il va y avoir derrière. La découverte de la menace, le travail en secret sur des plans de sauvetage, les investigations de journalistes, le monde face à cela, la continuité de l’information et dans une certaine échelle à hauteur d’homme, ses personnages confrontés à la fin du monde. Le scénario propose des destins qui sont intéressants, et au-delà de ça, avec toute la palette de personnages assez divers que tient le film, et comment ces derniers sont traités, Mimi Leder offre un film qui est très attachant, dans lequel on se projette très facilement. On apprécie de suivre tous ces personnages et les choix qui vont être mis en travers de leur chemin. Puis « Deep Impact » ose aller plus loin qu’un « Armageddon« , poussant et repoussant son happy end, ce qui nous va offrir de très belles dernières scènes (on pense évidemment à celle du personnage Téo Léoni, sublime et marquante, ou encore les parents de Leelee Sobieski, les astronautes, les choix d’Elijah Wood). Bref, ce scénario est très bon, et Mimi Leder arrive parfaitement à conjuguer émotion et spectacle, sans jamais tomber dans la caricature ou le patriotisme à outrance. Non, la metteuse en scène pose ses personnages, pose son intrigue, elle fait simple parfois, c’est vrai, elle fait un peu dans la facilité, n’arrivant pas toujours à bien gérer le temps qui passe, puisque son film se déroule sur deux ans, mais tout ceci conjugué, ce scénario, cette intrigue, ses rebondissements, ce suspens, cette sensation qu’il n’y a plus d’espoir, se fait très efficace, et nous tient parfaitement jusqu’au bout.

Du côté de la réalisation, même si la cinéaste a quelques soucis pour mener sa barque dans le temps, faisant des bonds dans ce dernier assez fous, « Deep Impact » reste un film de très bonne facture. Un film qui prend le temps de tout poser. Son ouverture est parfaitement orchestrée, Mimi Leder oscille très bien en livrant un drame humain, se faisant proche de ses personnages, tout en assurant aussi le côté spectaculaire de son film. D’ailleurs, la réalisatrice gère très bien la montée en puissance (et démesure) dans son film, ce qui fait que « Deep Impact » va crescendo, pour aller du drame humain touchant, et même plus, à un film qui sera dans sa dernière partie spectaculaire, avec des effets spéciaux qui, certes, ont quelque peu vieilli, mais assurent encore très bien le show, et au-delà de ça, ils sont surtout tous très bien employés. Mimi Leder prend là encore le temps de nous les montrer et de les filmer, et c’est vraiment très plaisant. On ajoutera à ce spectacle une bonne BO de James Horner qui, fait amusant, sur certaines notes, est encore dans son « Titanic« .

Enfin, « Deep Impact« , comme largement développé plus haut, est un film qui s’intéresse à ses personnages et il nous en offre toute une galerie qui vont être autant de points de vue sur cette catastrophe et la façon de la voir et de la vivre. Pour incarner cette multitude de personnages, Mimi Leder s’est parfaitement entourée. Téa Leoni, Morgan Freeman, Elijah Wood, Robert Duvall, Vanessa Redgrave, Maximilian Schell, Leelee Sobieski, Blair Underwood, Jon Favreau, Dougray Scott, Ron Eldard, James Cromwell, Laura Innes et tant d’autres encore. Tous sont bien écrits et surtout, tous apportent leur pierre à l’édifice.

Sorti il y a vingt-deux ans de cela, « Deep Impact » reste un souvenir de cinéma génial et c’est un film qui demeure encore intact. Beau, intéressant, émotionnel, posant sa catastrophe à hauteur d’homme, Mimi Leder posait là un petit classique du film catastrophe et c’est toujours avec autant de plaisir qu’on s’y replonge. Il est dommage qu’après ce film, Mimi Leder n’ait pas eu la carrière qu’elle méritait.

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.