décembre 4, 2021

La Nuit Eternelle – Guillermo Del Toro et Chuck Hogan

couverture-25565-del-toro-guillermo-hogan-chuck-la-nuit-eternelle

Résumé :

Une nuit sans fin s’est abattue sur la Terre depuis l’apocalypse nucléaire déclenchée par le Maître. Les vampires, qui ont proliféré à un rythme vertigineux, ont réduit les humains à l’état de bétail, car, à leurs yeux, seul leur sang a encore de la valeur. Un groupe de survivants résiste encore. Mais Ephraïm Goodweather, leur leader, n’est plus que l’ombre de lui-même : il ne s’est jamais remis de l’enlèvement de son fils et de la liaison entre sa petite amie, Nora, et son allié, Pet. Profitant de son désespoir, le Maître lui propose d’épargner son fils en échange de l’Occido Lumen. Dans ce très ancien manuscrit, préservé au prix du sacrifice du professeur Setrakian, se trouve la clé pour détruire le Maître. Ephraïm fera-t-il passer la vie de son fils avant le salut de l’humanité ?

Avis :

Quand on a des idées plein la tête, le plus difficile est de trouver des producteurs et du pognon pour réaliser ses envies. On a connu le cas avec Jean-Jacques Beineix, qui a eu recours à la bande dessinée pour faire une histoire de vampires faute de producteurs voulant prendre des risques. Pour le cas Guillermo Del Toro, c’est un peu différent. En effet, le génial réalisateur mexicain a voulu coucher sur papier une idée de série qui a eu du mal à trouver des sous. Avec l’aide de Chuck Hogan, un écrivain spécialisé dans le thriller et apprécié par Stephen King, ils vont faire La Lignée, une trilogie vampirique innovante, qui s’axe sur trois gros évènements et qui donne un nouveau regard sur l’origine du vampire.  Alors que vaut vraiment cette série à la fin du troisième tome ? Les vampires peuvent-ils encore nous surprendre ?

Si le vampire deviendra connu avec Dracula de Bram Stoker, il aura différentes formes au fur et à mesure des années et des supports. D’abord prince sanguinaire maudit, le vampire va devenir monstre charismatique aristocrate dans des productions comme la Hammer, puis démon ultra violent dans des comics tels que 30 Jours de Nuit ou encore tafiole souhaitant s’intégrer dans la société avec Twilight. On peut aussi citer la version efféminée avec Entretien avec un Vampire de Anne Rice. Guillermo Del Toro et Chuck Hogan propose alors une nouvelle version du vampire en s’inspirant des vers prenant le corps humain comme hôte. Et cela n’a rien d’étonnant car le réalisateur est un fanatique des insectes. Quoiqu’il en soit, le départ est très intéressant et propose quelque chose de nouveau, entre épidémie et invasion.

Après une ascension fulgurante des vampires dans le monde des humains et l’avènement du Maître, un rebelle parmi les vampires qui renverse les anciens pour prendre le pouvoir, La Nuit Eternelle prend place alors que l’être humain est asservi et que les vampires règne en maître. Enfin, le Maître règne sur la Terre car il manipule tous les autres vampires à sa volonté, qui n’ont pas de volonté propre. Seul un groupe de résistants accompagné d’un hybride vampire lui cause du tort. Ce groupe possède un livre qui détient le secret du lieu de naissance du Maître, endroit qu’il faut détruire pour réduire à néant le vampire. Ce troisième tome raconte donc comment le groupe va trouver le lieu mais aussi comment le maître va semer le doute dans l’esprit du héros. Autant dire que cela déroule rapido.

L’intelligence de l’histoire est de mettre en avant des vampires inédits. Dans leur design déjà. Le vampire est asexué, imberbe, et surtout, il possède une glotte comme un dindon et possède un dard pour contaminer et se nourrir. Rien que de cette description, on voit la nouveauté du monstre, qui devient plus bestial. Mais l’autre point très positif, c’est que les personnages humains sont tous attachants. Que ce soit le héros qui n’est plus que l’ombre de lui-même, son fils, l’ancien gangster, le dératiseur qui devient l’héritier d’un grand chasseur de vampires et qui se découvre, la docteur qui est chamboulée entre deux hommes. Bref, tous ces personnages ont leurs démons et demeurent très attachants, profitant d’un traitement particulier. D’un autre côté, les auteurs évitent de s’éparpiller dans un trop grand nombre de personnages, ce qui est profitable.

La narration est parfaite et ne laisse pas une seconde de répit. On ne s’ennuie pas car il y a toujours quelque chose d’important à lire et les évènements arrivent très vite et de manière intelligente. Les relations entre les personnages sont parfaites et très réalistes, ce qui est relativement important dans ce genre de récit. Le style est très fluide, simple mais direct. Les descriptions sont violentes et bien gores. Le seul défaut viendra de quelques descriptions de lieu qui sont très précises et qui ne servent pas à grand-chose si l’on n’habite pas New York. Mais ce qui choque le plus, mais dans le bon sens, c’est la fin. Absolument nihiliste et très loin d’un happy-end, la fin surprend mais demeure logique et fait un bien fou, loin des standards du genre.

Au final, La Nuit Eternelle clôt de façon excellente la trilogie de La Lignée. Surprenant, énergique, gore et innovant, les superlatifs ne manquent pas. Doté de personnages attachants, de vampires effrayants et surtout d’une intelligence sur la nature même du vampire, la trilogie se doit d’être adaptée en série télévisée, car elle vaut vraiment le coup !

Note : 17/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.