juin 13, 2021

Dark Tranquillity – Moment

Avis :

Fondé en 1989 sous le nom de Septic Broiler jusqu’en 1991, c’est au tout début des années 90 que Dark Tranquillity fait sa véritable apparition. Fer de lance du Death mélodique suédois, et même mondial, le groupe a su évoluer tout en gardant une certaine ligne de conduite. Le temps faisant son affaire, n’échappant pas aux changements de line-up, la formation a toujours essayé de satisfaire un public toujours plus exigeant ou n’acceptant pas le changement. Pour autant, Dark Tranquillity a su traverser les années, les décennies, sans jamais se défaire de cette image de leadership dans le Death mélo, jusqu’à ce que le chanteur s’amuse à faire du chant clair et à hérisser le poil des amateurs de growl. Un bouleversement qui se veut dans l’air du temps, mais qui va permettre au groupe d’aller dans le bon sens, variant les plaisirs et les albums.

Cela faisait un petit moment que nous n’avions plus de nouvelles du groupe, quatre ans pour être exact, et leur dernier album, Atoma, qui n’a pas eu des retours encourageants, mais qui reste une belle galette. En quatre ans, des choses se sont passées au sein du groupe, et notamment le départ des deux guitaristes, qui ont dû être remplacés pour faire ce nouvel album, Moment. Et quel moment ! Trouvant le parfait équilibre entre l’ancien Dark Tranquillity et le nouveau, le frontman Mikael Stanne délivre un effort à la fois nerveux et touchant, varié et fidèle à l’image du groupe.

Le skeud débute avec Phantom Days, et très rapidement, on va plonger en plein Dark Tranquillity. Chant guttural à souhait, gros riff percutant, solo aérien en diable pour marquer le pont du morceau, on est clairement dans ce que les suédois font de mieux. On notera que cette entrée en matière est totalement privée de chant clair. Ce qui ne l’empêche pas de véhiculer une certaine mélancolie, mais qui reste moindre par rapport à l’énergie communicative du titre. Et dès le début, on sent que le groupe veut marquer le coup avec trois morceaux qui tabassent fort. Transient, malgré une belle nappe de synthé, reste bien lourd et Identical to None est peut-être l’un des morceaux les plus violents de l’album, faisant la nique au chant clair. Cependant, il reste toujours ce petit moment aérien dans le titre. Ce petit son qui montre que Dark Tranquillity a toujours envie de toucher au plus profond, même sur les titres les plus virulents.

Et des morceaux qui vont taper fort, il y en aura tout au long de l’album, mais ils se feront plus rares, notamment car ils seront entrecoupés par des titres plus doux, ou tout du moins qui font la part belle au chant clair et à une mélancolie plus prégnante. A Drawn Out Exit fait partie de ces morceaux, même s’il lui manque clairement une identité plus forte pour réellement marquer. Seul le solo sera une véritable tuerie dans ce titre, lorgnant du côté Heavy. On peut aussi compter sur Failstate, surpuissant et d’une grande richesse, avec en prime un refrain qui rentre bien en tête. On se régalera à « growler » to the tune of the apocalypse avec le chanteur. Pour le reste, on va avoir droit à des titres plus doux, qui jouent à fond la carte de l’émotion, tout en gardant, bien souvent, quelques accès de rage.

Ce sera le cas par exemple de The Dark Unbroken qui joue dès le départ la carte de la mélancolie et du calme. Un calme tout relatif, mais l’ensemble est cohérent et ce sera surtout sur le refrain que le chanteur va faire jouer son chant clair aérien. Alors qu’avec Remain in the Unknown, ce sera plutôt l’inverse, avec des couplets tout doux en chant clair et un refrain en growl, tout en gardant un clavier qui va permettre d’adoucir l’ensemble. En clair, ça a beau gueuler, ça reste très touchant et d’une efficacité redoutable. Tout comme Standstill, un excellent morceau qui varie constamment entre chant clair et growl, avec une belle rythmique et des riffs ultra efficaces. En clair, un très bon titre qui reste longtemps en tête. Et comment ne pas citer Eyes of the World, qui fait montre d’un parfait équilibre et reste l’une des plus belles choses proposées par le groupe.

Au final, Moment, le dernier album en date de Dark Tranquillity, est une belle réussite. Trouvant le parfait équilibre entre la douceur et la violence, le groupe semble avoir trouvé une recette qui fonctionne parfaitement et arrive à se renouveler tout en restant fidèle à son image. Après plus de trente ans d’existence, force est de constater que les suédois en ont encore sous la pédale et délivre une prestation sans faille qui fait plaisir à entendre.

01. Phantom Days

02. Transient

03. Identical to None

04. The Dark Unbroken

05. Remain in the Unknown

06. Standstill

07. Ego Deception

08. A Drawn Out Exit

09. Eyes of the World

10. Failstate

11. Empires Lost to Time

12. In Truth Divided

Note : 17/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.