octobre 18, 2021

Croisades

Titre Original : Outcast

De : Nick Powell

Avec Nicolas Cage, Hayden Christensen, Liu Yifei, Andy On

Année: 2014

Pays: Etats-Unis, France, Angleterre

Genre : Action, Aventure

Résumé :

Au moyen âge, un croisé et son disciple tentent de racheter leurs crimes en aidant l’héritier du trône, menacé de mort, à récupérer la place qui lui revient.

Avis :

« Croisades » est le premier film de Nick Powell, mais pourtant ce jeune réalisateur est très loin d’être un nouveau venu, car cela fait une trentaine d’années que Nick Powell roule sa bosse sur des tournages. Touche à tout, Nick Powell est surtout connu dans le milieu pour ses cascades. Cascadeur donc et coordinateur de cascades, l’homme a une sacrée filmographie qui parle pour lui, de Tim Burton à Martin Campbell, de Danny Cannon à Iain Softley, en passant par Michael Winterbottom, Danny Boyle, Stephen Daldry ou plus récemment Paul W.S. Anderson.

Donc après avoir longtemps travaillé sur les projets des autres, Nick Powell a nourri l’envie de se tester à la réalisation et pour cela, il a fait appel à Nicolas Cage, puisqu’il accepte tout et n’importe quoi ces dernières années et Hayden Christensen qui a bien du mal à sortir de « Star Wars« . Une fois ses deux stars trouvées, le réalisateur s’est alors lancé dans un projet ambitieux de film d’époque et de personnages torturés, mais si l’on peut être un grand cascadeur, on ne s’improvise pas réalisateur et ces « Croisades« , c’est du grand, très grand, n’importe quoi !

Arken a combattu avec son maître pendant les croisades en terre sainte. Aujourd’hui, Arken est dévasté et erre comme un être sans âme, dont seul l’opium est capable de soulager. Un jour, dans une taverne, il croise la route de Maure et Lin, deux jeunes gens qui sont en fuite, car hériters du trône, leur tête est mise à « prix » par leur frère qui est bien décidé de monter sur le trône à la place de Maure. Dès lors, Arken va tout faire pour les protéger.

Cela fait quelques années maintenant que Nicolas Cage a vrillé et pourtant, c’est toujours avec optimisme que je me lance dans ses films, et si parfois, l’espace d’un métrage, l’espoir renaît, le métrage suivant enfonce le clou encore un peu plus loin et clairement le film de Nick Powell fait partie de la deuxième catégorie.

« Croisades« , c’est le film qu’on connaît par cœur. C’est le film qu’on va déjà vu mille et une fois et en beaucoup mieux. « Croisades« , c’est une histoire connue de tous et qui ne cache strictement aucune surprise entre ses lignes et les pages de son scénario. Un scénario qu’on a bien du mal à comprendre dans un sens. Comment deux mecs qui ne se parlent plus, qui se quittent en terre sainte, arrivent à se retrouver par un heureux ou malheureux concours de circonstances en Terre de Chine avec les mêmes ennemis en commun… Ca relève du miracle et bien entendu, il ne faut surtout pas gratter un peu la surface de ce scénario.

Bref, au-delà de ce petit aparté, on reprochera à Nick Powell un manque fou d’originalité, à croire que le réalisateur s’est dit qu’il allait prendre deux stars déchues et les emmener buter des culs dans l’Asie Moyenâgeuse et qu’on passera au-dessus de cette histoire vue, revue, et re-revue. Mais à la rigueur, une histoire déjà vue peut se faire sympathique à suivre et on peut se laisser entraîner dedans avec un certain plaisir. Or ici, ce n’est pas le cas. En plus d’être convenu et sans surprise, « Croisades » se pose comme un mauvais film qui fait bien des mauvais choix à commencer par la mise en scène de Powell.

Là encore, on ne trouve aucune originalité, mais le pire, c’est que « Croisades » est mal filmé. Voulant injecter de l’action, voulant peut-être camoufler un petit budget, le réalisateur fait le choix d’une caméra à l’épaule et malheureusement cette dernière est tenue par un épileptique. Ça bouge et ça tremble en permanence, au point que parfois même, on a bien du mal à comprendre ce qui se passe dans les scènes d’action. Fait improbable, le mec arrivera même à faire trembler ses ralentis. Le montage passe du coq à l’âne, et sur certains instants, il se fait aussi épileptique que le cameraman. De plus, on oubliera toute tension et toute ambiance, ici tout est lambda et filmé sur le même ton, ce qui fait que plus le film avance et plus le temps se fait long.

On aurait pu alors se raccrocher avec ses acteurs, mais là encore, ce n’est pas possible. Si Nicolas Cage est bien peu présent et surtout en fait des caisses, abordant une nouvelle et magnifique perruque dont lui seul commence à avoir le secret, le pire, c’est Hayden Christensen qui tient un personnage auquel on ne croit pas un seul instant. En hipster moyenâgeux, l’acteur qui y croit à fond déclenche quelques sourires tristement moqueurs. On ajoutera à cela des personnages on ne peut plus plats, ne dégageant pas grand-chose et des comédiens qui essaient de faire ce qu’ils peuvent avec le pas-grand-chose cité plus haut.

Même si j’avais envie d’y croire, je ne parlerais même pas de déception, tant le résultat était quelque peu évident. Nick Powell avait envie d’y croire, il se disait qu’après les cascades, la production, la composition, car oui, il est aussi à ses heures perdues compositeur, il pouvait passer à la réalisation, malheureusement, entre son histoire archi vue, sa réalisation tremblante et ses acteurs qui en font trop et ses personnages insipides, ce premier film est très, très loin, de convaincre.

Note : 05/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.