octobre 25, 2021

Lupin III – The First

De : Takashi Yamazaki

Avec les Voix Originales de Kanichi Kurita, Suzu Hirose, Kotaro Yoshida, Tatsuya Fujiwara

Année : 2020

Pays : Japon

Genre : Animation

Résumé :

Le cultissime «gentleman cambrioleur» Lupin III revient dans une aventure effrénée, pour la première fois au cinéma en France, pour marquer son grand retour au pays de son illustre grand-père ! Il s’associe à la jeune Laëtitia pour faire main basse sur le journal de Bresson, un trésor que même Arsène Lupin n’a jamais réussi à dérober. Alors que Lupin III et ses compagnons se démènent pour dénouer les secrets du fameux journal, ils doivent faire face à une sombre cabale poursuivant d’horribles desseins.

Avis :

Réalisateur japonais, Takashi Yamazaki est une sommité au Japon. Débutant dans les effets spéciaux dans les années 80, il s’est peu à peu imposé comme un expert en la matière. Dans les années 2000, Takashi Yamazaki passe à la réalisation, et très vite, là encore, il s’impose au point que son troisième long-métrage, « Always : Crépuscule sur la troisième rue » remportera pas moins de douze prix à l’académie japonaise.

Aujourd’hui, pour ses vingt ans de réalisation, Takashi Yamazaki nous revient avec un dix-septième film et cette fois-ci, le réalisateur s’attaque à « Lupin III« . Premier film numérique pour le personnage, qui tient une trentaine de films en 2D de ses aventures, « Lupin III : The First » est purement et simplement un petit bijou. Amusant, divertissant, magnifique et épique, « ces premières » aventures pour le petit-fils d’Arsène Lupin en 3D sont aussi cools que jouissives. Takashi Yamazaki nous a sortis le grand jeu, il nous en met plein la vue et une fois visionné, on a qu’une hâte, c’est de retrouver « Lupin … » pour de nouvelles aventures. Bref, une réussite !

Lupin est un gentleman cambrioleur et aujourd’hui, il a décidé de mettre la main sur le journal de Bresson. Ce journal est tenu secret, car il est protégé par un mécanisme des plus sophistiqués. Celui qui arriverait à ouvrir et déchiffrer le journal de Bresson pourrait alors découvrir un trésor et une armée d’une très grande puissance. Lupin et ses amis courent après ce trésor, alors que d’un autre côté, cela fait des années que d’anciens nazis espèrent mettre la main sur l’arme en question pour faire renaître le troisième Reich. Une course contre la montre va alors commencer et l’aventure sera au rendez-vous.

Bon, on va commencer par la petite bizarrerie si l’on peut dire de ce « Lupin III« . Une bizarrerie qui pourrait prêter à confusion, surtout pour ceux qui comme moi, ne connaissent pas l’univers, le personnage ou même les animés précédents. « Lupin III » n’est pas un troisième film de franchise, on ne voit pas arriver au cinéma le troisième d’une trilogie, non, « Lupin III« , c’est le nombre de générations et donc ce Lupin que nous présente Takashi Yamazaki est en fait le petit-fils d’Arsène Lupin, d’où le fait que ce soit le troisième. Voilà, donc une fois passé ceci, on peut s’attaquer à cette première de « Lupin III » au cinéma, et le moins que l’on puisse en dire, c’est que le film de Takashi Yamazaki a franchement de la gueule.

Doté d’une animation en 3D magnifique, cette aventure, mix entre un « Indiana Jones » et un « James Bond » cambrioleur, est un enchantement. Amusant, délirant, tordant, et surtout épique, « Lupin III« , c’est de l’aventure qui ne s’arrête jamais.

Possédant un scénario très amusant, Takashi Yamazaki tient une histoire très surprenante, et surtout très riche. Une histoire qui va mêler science-fiction, nazisme, héritage, course-poursuite, bravoure, héroïsme, un soupçon de culture japonaise et bien entendu de l’amitié, avec des personnages tous plus adorables et cools les uns que les autres, même les plus pourris sont géniaux dans leur caricature. On sera aussi surpris par cette histoire, car elle est imprévisible, et comme le rythme est effréné, on se laisse totalement prendre au jeu. De la campagne française pendant la deuxième guerre mondiale à Paris dans les années 50, d’un désert au Mexique et ses ruines, en passant par une petite aventure en mer, dans les airs ou encore sur une île proche du Brésil, « Lupin III » ne cesse de nous offrir de l’aventure et c’est génial. Ainsi donc, « Lupin III » est riche en rebondissements et très généreux dans son sens de l’action, sens de l’aventure, dans son humour savoureusement dosé, dans ses personnages qu’on adore, et plus simplement dans son histoire.

Si le film est généreux dans son intrigue, il l’est tout autant dans son visuel. Jouissant d’une 3D impeccable, le film est une pure merveille. Takashi Yamazaki nous offre une mise en scène nerveuse qui tient un rythme effréné. C’est bien simple, dès son ouverture, « Lupin III » offre de l’action et il va tenir la cadence jusqu’à son final épique. Franchement, ça fait du bien de voir un tel spectacle sur grand écran et petits et grands vont être conquis. On notera un travail assez fou sur les matières, au point d’en être presque réaliste sur plus d’une scène. Idem, on notera un travail terrible de Yuji Ono qui a composé la BO parfaite. Si une BO devait être la définition du Gentleman Cambrioleur, alors il ne fait nul doute que ce serait celle-ci. Mélange enjoué de cool et de sonorité jazzy, elle accompagne génialement les aventures de ces personnages.

Cette arrivée de « Lupin III » sur grand écran est donc une très belle réussite. Amusant de bout en bout, cool, aventureux, magnifique, on en prend plein les yeux, on rit, on frémit, et cette heure et demi passée en compagnie de ces personnages tous plus hauts en couleurs les uns que les autres passe bien trop vite. On en redemande au final et avec la mention « … : The First » que tient le titre du film, on attend une suite avec la plus folle des impatiences !

Note : 17/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.