janvier 16, 2022

Nina

De : Cynthia Mort

Avec Zoe Saldana, David Oyelowo, Mike Epps, Ronald Guttman

Année: 2018

Pays: Etats-Unis

Genre: Biopic

Résumé:

Un biopic consacré à la chanteuse Nina Simone.

Avis:

À première vue, le nom de Cynthia Mort n’évoque pas grand-chose et c’est, dans un sens, normal, car elle fait partie de ce qu’on appelle les gens de l’ombre. Scénariste et productrice, elle navigue dans le milieu du cinéma depuis le début des années 90. Travaillant principalement pour la télévision, on retiendra qu’elle est l’une des plumes qu’on retrouve sur le scénario de « A vif » de Neil Jordan.

« Nina« , en plus d’être le premier film que Cynthia Mort met en scène, est aussi un film qui lui tenait très à cœur, puisque la cinéaste planche sur son scénario depuis le début des années 2000. Très critiqué au moment de sa sortie, notamment parce que Zoe Saldana n’était pas assez noire pour incarner Nina Simone, ce premier film de Cynthia Mort ne méritait pas le sort qui lui a été réservé. Sans être incroyable, on peut même dire que le film est terriblement classique, « Nina » arrive néanmoins à séduire et l’on passe une petite séance de cinéma intéressante, notamment parce qu’on y trouve une Zoe Saldana presque méconnaissable dans la peau de la légende du Jazz et de la Soul.

1995, Nina Simone est une légende vivante, mais sa gloire des années 60 est très loin derrière elle. Bipolaire, alcoolique, droguée et insupportable, Nina Simone n’est plus que l’ombre d’elle-même. Après un séjour dans un hôpital de Chicago, elle revient dans sa maison de Bouc-Bel-Air, dans le sud de France, avec Cilfton, qui a été infirmier dans l’hôpital dans lequel elle a séjourné. Entre la chanteuse et l’ex infirmier, une amitié va s’installer, mais avant que cette dernière soit totalement établie, il faut arriver à supporter, pour ne pas dire dompter, Nina Simone.

Des biopics sur des chanteurs légendaires, on commence à connaître le style par cœur, tant les films s’enchaînent ces dernières années. Évidemment avec une légende comme peut être Nina Simone, il fallait bien que quelqu’un se lance dans la vie de l’artiste afro-américaine. Et si le film de Cynthia Mort s’avère être classique au possible, on lui laissera toutefois l’intérêt de surprendre quant à la période sur laquelle la réalisatrice a décidé de s’arrêter. Nina Simone est une femme qui a eu une vie assez folle et remplie d’événements et on aurait très logiquement pu imaginer qu’un réalisateur, ou une réalisatrice, se serait lancé à raconter sa vie de A à Z. Cynthia Mort a fait un autre choix et elle a décidé de se consacrer sur le crépuscule de la vie de la chanteuse. Si elle n’arrive pas jusqu’à sa mort, la réalisatrice va se concentrer sur sa rencontre avec Cilfton Henderson, un infirmier qui deviendra son manager et un ami fidèle jusqu’à ce que la diva tire sa révérence.

« Nina« , premier film donc de Cynthia Mort, est un métrage qui, même si l’on passe un bon moment, laisse un avis étrange, dans le sens où la réalisatrice nous entraîne dans un joli téléfilm, alors que pour une personnalité comme Nina Simone, on était en droit d’avoir un vrai film de cinéma.

Ce qui est embêtant avec le film de Mort, c’est qu’il ne prend pratiquement pas de risque, c’est un film qui manque de caractère et qui est presque sans surprise finalement. On sera très intéressé par la période sur laquelle s’arrête la réalisatrice. On sera tout autant intéressé par le portrait que la cinéaste offre de Nina Simone, n’ayant pas peur de parler de son mauvais caractère, n’ayant pas peur de se frotter aux démons qui hantent Nina Simone. C’est bien simple, ici, elle boit comme un trou, elle est colérique, elle aime la violence et on la sent fatiguée, fragile et perdue, ce qui la rend humaine, imparfaite et touchante. Avec ce portrait qui parle presque de lui-même, il sera étonnant de voir que parfois, le scénario fait des retours en arrière pour appuyer un sentiment, une crainte, ou simplement donner du relief et de la profondeur, alors que le film n’en a nullement besoin, l’époque et la vie de Nina Simone à ce moment donné suffisait très largement. On a l’impression que Cynthia Mort coche les cases de ce que serait le parfait biopic sur Nina Simone. Ainsi, il faudra parler de son enfance, de ses luttes, de ses engagements… Mais ces petits allers-retours dans le passé laissent surtout un sentiment de se trouver devant un film décousu, dont Cynthia Mort (qui a quand même planché sur le scénario pendant des années) a la crainte de ne pas réussir à intéresser avec la tranche de vie qu’elle a choisi d’explorer, ce qui est faux, complétement faux, et c’est dommage.

Heureusement, pour parfaitement se rattraper et nous tenir, avec « Nina« , c’est l’occasion de trouver une Zoe Saldana comme on ne l’avait jamais vu auparavant. S’il est vrai que l’actrice ne ressemble pas à Nina Simone, il ne fait aucun doute qu’elle est Nina Simone. Elle transpire de tout son être Nina Simone, et crève tout simplement l’écran, offrant plusieurs facettes d’elle qu’on n’avait encore jamais vu. Notons aussi qu’on y découvre une chanteuse fabuleuse, puisque Cynthia Mort a décidé de ne pas faire jouer Saldana en play-back et de lui faire réinterpréter les chansons de Simone, ce qui pousse sa performance encore plus loin, lui donnant plus de légitimité qu’elle n’en avait déjà.

Si le scénario a ses défauts et ses qualités, on regrettera le côté téléfilm que tient « Nina« . Si parfois la réalisatrice arrive à faire ressortir de jolies choses et de jolis moments, « Nina » est un film bien trop propre visuellement parlant. Cynthia Mort livre un film qui manque de caractère, un film presque fade, ce qui est étrange et triste face à la légende à laquelle elle s’attaque. Après, « Nina » est un film qui se laisse regarder, et si l’on passe au-dessus du côté décousu de son scénario, c’est un film intéressant et devant lequel, sur l’ensemble, on passe un bon moment, mais il est clair que Nina Simone méritait un film bien plus puissant.

« Nina » est donc un premier film mi-figue, mi-raisin. C’est un film qui a de très belles qualités, l’époque choisie, son actrice, le fait qu’elle chante, la reconstitution, ou encore le fait que le film ne nous montre pas Nina Simone à son meilleur, mais face à cela, on regrettera le petit bordel du scénario et surtout cette imagerie trop propre, qui ne dégage pas grand-chose. Quoi qu’il en soit, le film de Cynthia Mort ne méritait pas le sort qui lui a été réservé et plus que ça, ne serait-ce que pour la performance bluffante de Zoe Saldana, « Nina » mérite très largement son coup d’œil.

Note : 12/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.