décembre 7, 2021

Planetfall T.02 – After Atlas – Emma Newman

Auteure : Emma Newman

Editeur : J’ai Lu

Genre : Science-Fiction

Résumé :

Carlos Moreno est un esclave. Son contrat d’inspecteur auprès du ministère de la Justice l’engage jusqu’à la fin de ses jours, ou presque. Quand sa supérieure lui demande d’enquêter sur la mort suspecte d’Alejandro Casales, l’un des plus puissants leaders religieux de la planète, il n’a d’autre choix que d’accepter. Mais pourra-t-il garder la distance nécessaire à l’exercice de ses fonctions, quand la victime n’est autre que l’homme qu’il aimait jadis comme un père et qui l’a sauvé lorsque sa mère, Lee Suh-Mi, est partie dans les étoiles à bord de l’Atlas ?

Avis :

After Atlas est le second tome écrit par Emma Newman et se déroule dans l’univers dépeint par Planetfall. Pourtant, il ne constitue pas véritablement une suite, même s’il se déroule effectivement après les évènements décrits dans le tome un. Les personnages que l’on suit ne correspondent pas du tout aux mêmes que ceux brossés par Planetfall, et le lecteur se voit immergé dans une ambiance dystopique, post-apocalyptique, cyberpunk, de qualité, au contraire d’un premier tome moins noir et davantage mystique. Emma Newman réussit ainsi le challenge de fournir à ses lecteurs deux récits complètement différents, aux messages pourtant proches et qui se rattachent au même fond.

After Atlas décrit un univers de science-fiction dans un futur plutôt proche où il ne fait pas vraiment bon vivre, et où la lutte pour la survie demande de lourds sacrifices. Les inégalités entre riches et pauvres n’ont jamais été aussi étendues, et la qualité de vie n’a jamais été aussi mauvaise. Manger de la nourriture non imprimée apparaît comme une rare chance, comme le fait de ne pas toujours nécessiter de technologie pour évoluer dans son quotidien. La majorité des habitants possèdent une puce qui leur permet d’accéder à une intelligence artificielle dès qu’ils le souhaitent.

L’auteure parvient à nous sensibiliser sur les bienfaits et les risques d’une telle société, tout en rendant crédible à nos yeux une telle évolution de notre monde et de notre mode de vie. Les détails disséminés permettent de recréer une ambiance bien particulière, digne de grands thrillers, ou de séries télévisées à la Altered Carbon. Bien que l’usage de l’imprimante 3D soit quelque peu exagérée (elle est effectivement utilisée à toutes les sauces dans le roman) et peu originale dans la littéraire de science-fiction, le monde de After Atlas possède une âme qui vient chatouiller nos convictions, tout en nous perturbant. Cohérent de bout en bout, il prend littéralement aux tripes, notamment grâce à l’aide du personnage principal au charisme incroyable.

After Atlas nous raconte les aventures de Carlos Moreno, le fils de Lee Suh-Mi, celle qui est partie à bord de l’Atlas dans l’espoir d’approcher Dieu sur Mars. Le lecteur appréciera rapidement le ton de ce narrateur atypique qui, abandonné très jeune par ses parents, se retrouve esclave dans un monde à la technologique novatrice, mais aux principes moraux douteux. Sa tristesse, ses angoisses, ses peurs et ses motivations se ressentent dans ses manières de parler désabusées et un vocabulaire cru qui lui va bien. Carlos ne rêve plus et reste fataliste quant à son avenir et celui de sa planète. Son caractère, associé à une atmosphère obscure, forment un tout captivant qui permettent aux premières pages de nous happer complètement, bien que l’intrigue n’ait pas encore débuté. Les découvertes du quotidien du héros principal et de notre planète abîmée suffisent à nous transporter. Du moins, dans un premier temps.

L’intrigue à la fois policière et religieuse qui s’installe est de qualité. Tous les suspects nous apparaissent coupables, les pérégrinations de notre héros enquêteur sont passionnantes et les démêlés du massacre constituent un dénouement aussi mystérieux qu’efficace. L’hôtel dans lequel se produit l’assassinat est fascinant, et constitue un îlot unique, désireux de rester à l’ancienne, avec véritables clés métalliques et cartes en papier, dans cet univers où tout est lié à un serveur central car tout est dématérialisé. Il permet au héros de se retrouver, de se poser devant des plats non imprimés au goût fabuleux, de réfléchir à son passé et de s’appesantir sur l’évolution de l’humanité. De plus, les instances politiques, médico-légales et policières se joignent à la partie. After Atlas retrace un environnement judiciaire, policier et politique aussi complet qu’approfondi. Aucun choix, ni aucune décision n’est laissée au hasard.

L’enquête est plaisante à suivre, et permet à un suspense agréable de s’installer. Les personnages secondaires ont toute leur utilité et le lecteur apprend à les connaître pas à pas, en même temps que notre héros qui possède une sensibilité certaine, et auquel on s’attache vite. Une fois l’enquête conclue, le roman perd quelque peu de son intérêt et de son rythme haletant, jusqu’à ce qu’un nouvel élément rouvre tout. Le massacre prend alors une toute nouvelle ampleur et dépasse les limites instaurées jusqu’ici.

La fin ne nous étonne pas autant que celle instaurée dans Planetfall. Elle manque de piment mais constitue une conclusion honorable pour un récit aussi riche et palpitant.

L’auteure nous offre une fois de plus sa vision d’une société futuriste, et l’horreur dépeinte dans After Atlas perturbe aussi bien qu’elle fait réfléchir.

Note : 17/20

Par Lildrille

Lildrille

Passionnée d’imaginaire et d’évasion depuis longtemps, écrire et lire sont mes activités favorites. Dans un monde souvent sombre, m'évader et fournir du rêve sont mes objectifs. Suivez-moi en tant qu'auteure ici : https://www.facebook.com/ChloeGarciaAuteure. Et en tant que chroniqueuse aussi là : https://simplement.pro/u/Lildrille.

Voir tous les articles de Lildrille →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.