novembre 28, 2021

Archive DC Batman 1964

17078-45498

Résumé :

Une anthologie des meilleurs Batman qui sont sortis en 1964.

Avis :

Bien avant que le justicier noir ne devienne un icône de la culture populaire mondiale, il fut, comme tout bon super-héros qui se respecte, un icône américain qui a pris à un moment donné du plomb dans l’aile. En effet, créé en 1939 par Bob Kane, Batman est rapidement devenu un personnage majeur dans l’univers du comics et une véritable affaire pour l’éditeur DC Comics, principal rival de Marvel. Alors simple détective avec un costume de chauve-souris et accompagné par un adolescent prodige, Robin, le personnage subit une grosse baisse de régime dans les années 60. C’est alors qu’un projet est mis en place pour redresser la barre et redorer le blason de l’homme chauve-souris. Nouveau logo, nouveau design, nouveau dessinateur sur certains épisodes, nouvel auteur, bref, tout est mis en place pour rajeunir le sombre héros et rebooster les ventes. Et il faut dire que sans cette cure de jeunesse, il était fort probable que notre héros ne se perde dans les limbes du temps infini. Mais la principale question que l’on pourrait se poser aujourd’hui, c’est quelles sont les différences entre le héros des années 60 et celui de maintenant ? La réponse est très simple, quasiment tout !

9782845386051_pg

Alors que maintenant il faut tout mettre en version sombre et qu’il faut appuyer sur le côté dramatique et réaliste, dans les années 60, les tenants et les aboutissants sont bien différents. Au fur et à mesure des différentes aventures de Batman, on voit que toutes les histoires gardent une certaine naïveté, et s’adresse plutôt à un public composé d’enfants. D’ailleurs les dialogues sont là pour en attester puisqu’ils sont assez lourds et expliquent à chaque fois les actions que vont faire les héros. Ensuite, on voit une certaine redondance dans les récits. On voit un gangster avec une méthode particulière pour voler quelque chose, puis Batman qui galère ou qui est mis en échec, puis qui réussit son coup sur la fin. Là encore, on voit bien le côté naïf des histoires, qui usent des ficelles déjà bien élimées pour notre époque. Néanmoins, certaines histoires sont assez intéressantes, comme celle de L’Homme qui Abandonna l’Humanité et qui devient un mutant suite à une opération. Chose assez rare dans le batman actuel où les méchants sont très ancrés dans le réel (Bane est devenu un terroriste lambda au lieu d’un catcheur dopé aux venin). On peut aussi noter une apparition du Joker dans une histoire qui est très classique mais bien loufoque, où l’on voit le Joker cambrioler une bijouterie sur le dos d’un coq géant. Au-delà du côté naïf et parfois surprenant, on retrouve des codes que l’on ne reverra jamais dans les nouveaux Batman. Ainsi, dans l’une des premières histoires, le justicier menace des gangsters avec un flingue, chose impensable ! Mais aussi sur plusieurs histoires, nos deux héros s’aventurent de jour, alors que l’on sait que notre justicier préféré ne sévit que la nuit avec son costume qui le camoufle. Enfin, on n’évitera pas le côté kitsch de toutes ces histoires, avec le téléphone relié au commissaire Gordon dans la bagnole, ou le plan en coupe de la Batcave qui ressemble à un dessin d’un gamin de 6ans.

On sera aussi assez déçu par le faible traitement des méchants, certes, car la plupart sont des gangsters inefficaces et que l’on ne reverra plus, mais aussi des personnages secondaires, comme le commissaire Gordon qui n’apparait que très peu de fois et pour répondre au téléphone ou alors Alfred qui meurt même dans une histoire et qui est remplacé par la tante de Robin. Il est aussi assez marrant de voir Batman s’aventurer au-delà des frontières de Gotham, allant en Hollande pour faire un combat sur un moulin à vent ou encore en Asie pour combattre des éléphants.

Le style de Bob Kane est assez rigide mais il correspond aux codes de travail qui ont édifié le Batman. Maintenant, pour donner un coup de jeune à tout ça, on retrouve Carmine Infantino, qui va changer le logo de l’homme chauve-souris, mais qui va surtout donner du mouvement dans les histoires avec un encrage un poil plus sombre et des traits plus dynamiques.

batman165

Au final, Ce premier tome des Archive DC consacré à Batman est plutôt intéressant et rafraichissant. Si l’on est bien loin du Dark Knight de maintenant, cela fait du bien de voir que ce héros fut un peu plus léger quelques temps auparavant, tout comme le fut Spider-man ou les X-Men. Il en résulte une lecture agréable, qui fit remonter le temps et qui montre l’évolution flagrante d’un héros devenu une icône pop et culturelle.

Note : 14/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.