octobre 21, 2021

Diamante – Coming in Hot

Avis :

Alors que le métal était, fut un temps, un lieu où les poilus régnaient en maître, il semblerait que la donne commence à changer et les femmes s’affirment de plus en plus sur une scène qui s’ouvre de mieux en mieux. Si l’on outrepasse les formations de métal symphonique qui ont besoin de chanteuses lyriques, le Death, le Mathcore ou encore tout simplement le Hard proposent désormais des bandes qui ont une chanteuse en bonne et due forme. Si on pense immédiatement à Arch Enemy, d’autres groupes ont récemment explosé comme Jinjer, Iwrestleabearonce ou encore Once Human. Au rayon du Hard pur et simple, on peut désormais compter sur Diamante. Formé aux alentours des années 2010, le groupe commence à connaître le succès avec quelques morceaux lâchés sur internet, puis avec une première partie efficace pour Whitesnake. La formation connait aussi un succès critique, avec plusieurs remportés grâce aux différents singles qu’ils ont pu faire. Mais le pas du premier album est toujours important, et dire que Coming in Hot était attendu au tournant est un euphémisme. Maintenant, reste à savoir si le groupe tient sur la longueur, ou s’il n’est qu’une machine à singles, n’arrivant pas à créer quelque chose de cohérent tout en misant aussi beaucoup sur le physique de sa leader. Le résultat est-il à la hauteur de nos espérances ?

Le skeud débute avec le titre éponyme de l’album et le morceau le plus connu du groupe. Le rythme est très Hard Fm, la structure du morceau est relativement simple, mais l’ensemble est très efficace, avec un refrain bien catchy et une bonne humeur qui se dégage de ce titre chaud bouillant. On comprend rapidement que le groupe veut parler de l’amour sous toutes ses formes, allant du plus coquin à quelque chose de plus posé et universel. Avec Sound of Us, la formation montre une autre facette, arpentant le chemin du Hard un peu moins pêchu mais plus lourd au niveau des riffs, montrant que Diamante a plus d’un tour dans son sac et sait varier les plaisirs. La voix de la chanteuse sied parfaitement à ce genre d’exercice et l’ensemble se révèle relativement plaisant. D’ailleurs, le début de l’album est très entrainant, enchainant les morceaux entêtants, simples, mais résolument présents pour marquer l’auditeur et lui donner envie de continuer. Had Enough possède une rythmique qui donne immédiatement envie de hocher la tête, alors que Fight Like a Girl (F.L.A.G.) joue plus sur un refrain enjoué et bien mémorisable. Dans la section nerveux, on peut aussi citer le titre un peu plus dark Haunted, ou encore Sleepwalking et son introduction plus posée mais qui laisse prétendre à un rythme plus puissant par la suite. Bref, comme on peut le voir, les morceaux s’enchainent bien et restent en tête un long moment, signe d’une bonne maîtrise du rythme, des thèmes, mais surtout des structures, simples, mais diablement efficaces.

Mais d’un autre côté, ces structures sont aussi un petit point faible pour la groupe, qui se contente souvent du minimum syndical et propose un Hard un poil trop radiophonique par moment. Alors on ne s’ennuie pas une seule seconde, mais globalement, l’ensemble manque de rupture, de ponts techniques, ou encore de solos bien sentis. On aura parfois quelques légères prises de risque, mais rien de bien méchant et en un sens, ça manque un peu de mordant, de piquant et d’envie d’aller au-delà du simple Hard Fm. Et comme tout groupe qui rentre dans un carcan bien ciblé, on aura droit à des ballades qui soufflent le chaud et le froid. I’m Sorry, que l’on aura aussi en version espagnole à la toute fin du skeud, est un titre relativement sympathique, mais qui reste dans ce que l’on connait déjà du groupe, c’est-à-dire une structure basique et sans surprise. C’est agréable, c’est plutôt beau, mais là aussi, il manque un petit truc pour être vraiment excellent. Avec Black Heart, le groupe s’aventure vers le morceau un poil pop dans son couplet, avec un refrain un peu plus nerveux, mais l’ensemble fleure bon les charts ricains, avec même une légère pointe de country. Accompagnant ces deux ballades, on trouvera par la suite des morceaux qui essayent de s’émanciper du reste, comme le titre Kind of Love, qui peut faire penser à du Bring me the Horizon sur l’introduction et son mélange un peu électro métal (la comparaison s’arrêtera là) ou encore le très punk Definitely not in Love, et c’est plutôt une bonne chose.

Au final, Coming in Hot, le premier album de Diamante, est plutôt une bonne surprise, même s’il n’évite pas les scories du premier effort qui veut tout faire pour être connu et passer sur les ondes ou cartonner sur internet. Si globalement c’est plutôt bon et très entrainant, on regrette le manque évident de prise de risque et cette posture un peu misogyne de toujours placer sa leader dans des positions lascives pour attirer le chaland. Le groupe n’a pas besoin de ça pour trouver le succès et ce premier album laisse présager le meilleur pour la suite, en espérant que la bande ne se fasse pas bouffer par le succès et les maisons de disques.

  • Coming in Hot
  • Sound of Us
  • Had Enough
  • Fight Like a Girl (F.L.A.G.)
  • I’m Sorry
  • Haunted
  • Sleepwalking
  • Bulletproof
  • Kind of Love
  • Black Heart
  • Crazy on You
  • Definitely not in Love
  • War Cry
  • Lo Siento

Note: 15/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.