décembre 4, 2021

La Formule de Dieu – José Rodrigues Dos Santos

Formule

Résumé :

Tomas Noronha, professeur d’histoire spécialiste en cryptologie à l’université de Coimbra au Portugal, est sollicité par le Ministère de la Science iranien pour décrypter un manuscrit inédit d’Albert Einstein. La CIA est mise au courant de l’affaire et n’hésite pas à faire du professeur Noronha un agent double. Parallèlement, un des collègues de son père, physicien et ancien collaborateur d’Einstein, disparaît mystérieusement

Avis 

Journaliste réputé au Portugal, Jose Rodrigues dos Santos est également écrivain à ses heures perdues. Si son nom ne vous dit rien, c’est tout à fait normal. Il aura fallu attendre moult années pour voir l’une de ses histoires traduites en français. En l’occurrence, six ans pour que La formule de Dieu débarque dans l’hexagone. La renommée de l’ouvrage le précède et le présente comme le digne successeur du Da Vinci code, rien de moins. Sommes-nous réellement dans ce cas de figure ou s’agit-il d’un formidable coup de marketing fomenté par l’éditeur ?

À vrai dire, le livre n’a pas grand-chose à voir avec celui de Dan Brown. Ce dernier déployait son intrigue sur un rythme effréné, avec des hypothèses (et j’insiste sur le mot) sur l’éventuelle descendance de Jésus et Marie-Madeleine, tout en y implantant l’Opus Dei et les templiers pour rester dans les grandes lignes. Le Da Vinci code était donc un terrain fertile pour toute sorte de fantasmes, si crédibles ou intéressants soient-ils. La formule de Dieu ne joue pas dans le même registre. En effet, il s’accapare les poncifs du thriller (pas forcément ésotérique) et de l’espionnage, mais se révèle surtout une formidable aventure initiatique.

Le roman nous plonge dans les méandres géopolitiques passé et présent en Israël, mais surtout dans la confrontation entre l’Iran et les États-Unis. Dans un premier temps, l’auteur tisse donc un contexte assez dense entre les blocs occidentaux et du Moyen-Orient. On se retrouve dans une course à l’armement (le secret de fabrication d’une arme nucléaire bon marché) tendue. Les jeux de faux-semblants sont légions et l’on est ballotté d’un côté et de l’autre sans trop savoir qui est dans le vrai. En cela, Jose Rodrigues dos Santos brouille habilement les cartes et parvient à retenir l’attention du lecteur.

Mais résumer La formule de Dieu à un roman d’espionnage bien ficelé serait lui rendre hommage à moitié. Le manuscrit d’Einstein suscite les plus grandes convoitises tout en entretenant un mystère bien plus fascinant. C’est celui-ci qui nous pousse à poursuivre (même si le style de l’auteur est des plus immersifs). Quel est donc ce secret ? Nous ne le révélerons pas ici (aucun intérêt), mais il va entraîner l’intrigue dans les théories scientifiques les plus avancées, les plus complexes pour percer l’énigme. On parle relativité restreinte et générale, théorie des cordes, théorie du chaos, le chat de Schrödinger ou le principe anthropique ou le déterminisme.

Si tout cela ne vous dit rien, il y a de fortes chances que le livre vous laisse de marbre. Malgré une volonté évidente de vulgariser et rendre le plus intelligible possible la physique dans son ensemble, l’on doit admettre que certains passages s’avèrent ardus et nécessitent plusieurs lectures pour pleinement comprendre le fonctionnement et les conséquences de ces théories. Un parti pris qui requiert un effort d’analyse et risque de rebuter les lecteurs occasionnels si le sujet ne les intéresse pas. De fait, les chapitres sont assez longs (43 pour 650 pages) et le rythme posé en dépit des contraintes exercées sur les protagonistes.

À cela s’ajoute également un discours sur les religions (surtout le bouddhisme et l’hindouisme) conférant une épaisseur mystique. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, science et religion ne s’opposent, mais sont la face différente d’une même pièce. La force de l’ouvrage étant d’étayer une formidable argumentation pour les relier de manière crédible. Comme l’indiquent les notes finales, les données fournies dans le livre sont avérées. Par conséquent, cela donne matière à réflexion sur la perception de notre environnement et la place que nous occupons dans l’univers.

Certes, cela peut paraître un peu trop didactique, voire abstrait à certains égards. On pourrait reprocher au récit de s’étirer sur la longueur. Par exemple, l’on ne saisit pas bien l’importance du père de Tomas au départ. On soupçonne même un remplissage inutile. Fort heureusement, il n’en est rien. Chaque élément dispose d’une fonction précise qui, tôt ou tard, révèle sa véritable nature. Qui plus est, les rebondissements finaux ne sont pas téléphonés ou faciles. Ils provoquent, eux aussi, de nombreuses réflexions sur les implications qu’ils suscitent.

Quant aux personnages, l’on oscille entre des individus attachants (comme Tomas ou Ariana) dont la psychologie permet de s’y identifier et des caractères vaguement esquissés. Ce constat vaut pour les « seconds rôles », comme Greg ou Monsieur Bellamy, sortit tout droit des clichés d’un mauvais roman d’espionnage. L’on aurait aimé également que le professeur Rocha soit présent un peu plus tôt. Toujours est-il que l’ensemble reste très correct et au-dessus de la masse.

Au final, La formule de Dieu est un roman aux multiples facettes (comme les idées qu’il sous-tend). À la fois thriller, espionnage ou histoire initiatique dans les mouvances des dernières découvertes scientifiques, ce livre ouvre non seulement une porte sur des questions existentielles, mais le fait en filigrane d’une intrigue bien ficelée (mais un peu lente) où vous voyagerez en Iran, au Portugal, sans oublier une petite escale au Tibet. Une œuvre complexe, pas forcément accessible au plus grand nombre, mais d’une indéniable profondeur. À la fois respectueux des croyances de tous et des découvertes passées, La formule de Dieu semble apporter des réponses que l’on pense à peine concevables. Tout est relatif, mais une chose est certaine : le temps n’aura pas d’emprise sur ce livre.

Note : 16/20

Par Dante

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Une réflexion sur « La Formule de Dieu – José Rodrigues Dos Santos »

  1. Malgré une intrigue un peu faible ce thriller met à la disposition du lecteur un champ de connaissances infini et le fait naviguer entre physique et métaphysique. On sort de cette lecture plus instruit, encore plus avide d’informations aussi remarquablement dispensées et l’esprit bouillonnant de questions. JR Dos Santos ne se contente pas d’émailler son roman de pseudo science: il se montre un remarquable pédagogue … même pour des littéraires.Je le relirai bientôt pour replonger dans cet univers scientifique, logique et brillant qui fait voyager dans l’univers et dans le temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.