janvier 27, 2023

Cali – Les Choses Défendues

Avis :

Pénétration Anale. Derrière ces deux mots d’une poésie rare se trouve en fait le premier groupe de musique de Cali, qu’il avait monté au lycée avec une bande de potes. Un groupe qui aura une durée de vie éphémère, la faute à des paroles trop crues qui lui vaudront le renvoi de son bahut. Citant allègrement U2 ou encore Slayer et Morbid Angel comme groupe ayant bercé sa jeunesse, il est étonnant de voir comment Cali a petit à petit sombrer dans les méandres obscures de la chanson française. Débordant d’énergie et humainement indispensable, Cali s’impose rapidement dans le milieu musical grâce à des textes enjoués et des prestations scéniques survoltées. Le problème, c’est que lorsque l’on veut faire de la chanson française, il faut avoir un minimum de talent dans l’écriture et une voix qui s’allie parfaitement à ses mélodies. Deux choses dont le chanteur semble dénuées, et cela depuis son plus gros succès, C’est Quand le Bonheur. Difficile d’accorder du crédit à ce succès populaire, surtout quand on sait que le refrain n’est qu’une succession de répétition du titre, en sautant dans tous les sens pour masquer la vacuité du propos. Mais ça, c’était avant. Enfin, c’est ce que l’on aurait pu se dire, puisque après plus de 15 ans d’existence dans le paysage français, Cali continue et livre de manière régulière de nouveaux albums, tournant immanquablement autour du même thème, l’amour et le bonheur.

Avec Les Choses Défendues, on se doute bien que Cali va encore nous rabâcher sa vision de l’amour, en prenant, peut-être, le chemin de la sexualité, avec un titre si équivoque. Et pourtant, même si l’amour sera le thème redondant de ce nouvel album, le sexe n’aura que peu de place et on se retrouve face à des textes d’une mièvrerie à faire passer James Blunt pour un sacré bad guy du love. Dès le premier titre, A Cet Instant Je Pense à Toi, on ressent une volonté de mettre de la poésie dans les mots, mais en restant sclérosé dans une thématique qui commence à sentir le réchauffé. Cali semble en manque d’inspiration sur ses textes et ne trouve pas forcément les mots qui touchent. D’ailleurs, S’il te Plait, Les Choses Défendues ou encore I Want You seront des morceaux d’une monotonie insupportable, et même si au niveau de la rythmique, on peut s’y retrouver, il ne demeure pas moins que les textes sont tout bonnement niais. Le problème, c’est que cette thématique de l’amour ne va pas beaucoup bouger durant toute la durée de l’album. Des textes comme Sweetie, La Femme qui t’Aime ou encore Le Mariage, n’apporteront rien de bien neuf là-dedans et en plus, on ne sera pas touchés par ces paroles, le chanteur ne restant qu’en surface et n’arrivant jamais à susciter des émotions.

Alors on sent une certaine implication de la part de Cali. Il ne faut pas croire qu’il ait fait un album alimentaire, d’autant plus que de toute façon, ses disques se vendent de moins en moins,  mais la faiblesse de l’écriture ne rend pas hommage à la prestation vocale ou scénique. Le chanteur aura d’ailleurs bien du mal à poser sa voix sur certaines compositions, comme le premier morceau qui est faux du début à la fin ou encore sur Je ne Peux pas Pleurer Plus que ça. Si ce n’est pas forcément primordial quand on fait de la chanson française, il faut avoir un bon équilibre. C’est-à-dire que si tes textes sont faiblards, il faut se rattraper sur la technique vocale et si la technique laisse à désirer, alors il faut que les textes sont léchés. Or, là, ce n’est jamais le cas et c’est décevant du début à la fin. Fort heureusement, il y a une chose qui sauve l’album du naufrage, c’est l’instrumentalisation. Si ce n’était pas la chose la plus importante chez Cali au départ, on peut ressentir une certaine maturité aujourd’hui et les instruments prennent plus de place. On aura droit à un peu plus de guitare électrique, une batterie plus présente et quelques passages intéressants, même si on est loin des techniques du monde du rock ou du métal. Cependant, cela rend les compositions plus enjouées, plus rapides et de ce fait, moins ennuyeuses, malgré, encore une fois, des paroles sans fond et sans réflexion. Et c’est étrange de la part d’une artiste comme Cali, qui se veut engagé politiquement, avec des idéaux hautement humanistes.

Au final, Les Choses Défendues, le dernier album en date de Cali, est une déception, même si cet album se révèle meilleur que le précédent. Parlant à tour de chansons de l’amour avec un grand A, le chanteur s’atermoie sur des thématiques balisées et ennuyeuses, n’offrant aucune réflexion et ne donnant pas forcément dans l’émotion (si l’on excepte la très jolie dernière piste). Il restera donc des mélodies plutôt sympathiques, mais qui ne marqueront pas les esprits, à l’image de cet album gentillet et relativement vide de sens.

  1. A cet Instant je Pense à Toi
  2. S’il te Plait
  3. Les Choses Défendues
  4. I Want You
  5. Je ne Peux pas Pleurer plus que ça
  6. Sweetie
  7. Annie Girardot
  8. Elle a Mal
  9. Tout va Recommencer
  10. La Femme qui t’Aime
  11. Le Mariage
  12. A Deux Pas
  13. Seuls les Enfants Savent Aimer
  14. Montréal 4 A.M.

Note : 07/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=ZQN3-t34a40[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.