décembre 6, 2021

The Wilde Wedding

De : Damian Harris

Avec Glenn Close, John Malkovich, Patrick Stewart, Minnie Driver

Année: 2017

Pays: Etats-Unis

Genre: Comédie

Résumé:

Après lui avoir fait une cour effrénée, l’ancienne gloire du cinéma Eve Wilde prépare son quatrième mariage avec Harold Alcott, un auteur anglais de renommée mondiale. Dans sa très chic propriété de la banlieue nord de New York, elle a invité de nombreux convives, dont son premier mari et acteur de théâtre célèbre, Laurence Darling. Tous espèrent que ce long week-end estival permettra à chaque famille de faire plus ample connaissance. Même si les penchants sexuels de chacun ne manqueront pas de prendre le dessus sur la bienséance.

Avis:

Dans la famille des Harris, aujourd’hui, je demande, l’un des frères, Damian Harris, réalisateur de profession. Irlandais, venant d’une famille d’acteurs, et alors que ses frères, Jamie et Jared, ont choisi le métier de comédien, il s’est tourné vers le scénario et la réalisation. Si Damian Harris n’a pas vraiment de films percutants, on pourra noter que « The Rachel Papers« , son premier long, se paye une jolie réputation.

Pour son nouveau film, Damian Harris a décidé de revenir avec une comédie au sujet pour le moins personnel, puisqu’il y parle d’une femme qui va se marier pour la quatrième fois et c’est exactement ce que la mère de Damian Harris a fait. Résultat, on s’amuse beaucoup devant des situations plus qu’improbables et ça fait du bien.

Eve Wilde est une ancienne star de cinéma qui s’est retirée du monde public. Ce week-end-là, elle organise son quatrième mariage et cette fois-ci, l’heureux élu est Harold Alcott, un écrivain anglais à la renommée internationale. Pour l’occasion, les enfants de chacun font le déplacement pour un week-end en famille, avant ce nouveau oui. Un week-end de présentation qui s’annonce calme. Mais c’était sans compter sur la famille Wilde qui n’est pas comme les autres et qu’en prime, Ethan, le jeune frère de la famille, allait laisser traîner quelques chocolats « magiques » qui risquent fort bien de mettre une sacrée pagaille.

« The Wilde Wedding » est donc une petite comédie drôle, pour ne pas dire hilarante, bourrée d’idées amusantes, de bêtises involontaires et bien entendu d’amour (le final du film dans sa métaphore et ses sentiments est extraordinaire !). Si Damian Harris a changé le nom de la famille, il ne cachera rien du fait que ce nouveau film est bien plus qu’inspiré de sa propre famille.

Avec ce film, Damian Harris se pose en observateur de cette famille, et dresse un portrait aussi peu flatteur que complexe, drôle et plein de tendresses. Le scénario est amusant parce qu’il ne se prend pas au sérieux. Le réalisateur, dans ce film, trouve toujours quelque chose pour nous tenir alerte, pour nous faire rire, pour se moquer des nouvelles générations qui ne se parlent plus, et ce week-end qui devait être si calme, va peu à peu se transformer en un véritable petit bordel, où chacun laissera parler ses pulsions, ses doutes, ses désirs et ses sentiments bien malgré lui.

Ce qui est génial avec ce film, c’est l’ambiance très vaudeville que le réalisateur a su installer. C’est bien simple, il se passe toujours quelque chose. La BO donne presque le ton d’emblée. « The Wilde Wedding » amuse presque instantanément, parce que tout est fait pour divertir. Damian Harris utilise des comiques de situation bien trouvés, il amuse le public avec de petites répliques bien ciselées, qui amusent encore plus quand on sait que le réalisateur parle de sa famille. Damian Harris n’hésite pas non plus à pousser les portraits, offrant des personnages compliqués, aux egos parfois surdimensionnés. John Malkovich est notre petite madeleine dans ce film, en immense acteur qui a tendance à vivre dans le passé et qui ramène tout à lui en permanence.

Pour tenir ses personnages, touchants et amusants en même temps, Damien Harris nous fait plaisir et a réuni autour de son projet une troupe de comédiens aussi exceptionnels que leurs rôles leur vont à merveille. Bon, on commence par Glenn Close et John Malkovich qui se retrouvent plus de trente ans après « Les liaisons dangereuses » (oui, je sais, ils ont aussi partagé l’affiche de « Mary« , mais ce n’était pas pareil) et c’est un véritable bonheur de les retrouver ensemble. Les deux comédiens se regardent avec tellement de tendresse, tellement d’amour, qu’on est presque obligé de les aimer. Ensuite « The Wilde Wedding« , c’est aussi un Patrick Stewart très amusant qui, en bonus, a des cheveux… C’est aussi Noah Emmerich, Jack Davenport et Peter Facinelli qui incarnent trois frères qui n’ont strictement rien à voir les uns avec les autres. Quand certains seront touchés, comme Jack Davenport, d’autres, comme Peter Facinelli être vont terriblement amusés. Puis petit bonus, ce film a aussi une Minie Driver sur le retour qui poussera la chansonnette pour le plaisir de nos oreilles.

« The Wilde Wedding » est donc une bonne petite comédie qui amuse autant qu’elle est capable de toucher et d’être un fantasme romantique dans son final. Pour son sixième film, en revenant de manière détournée sur sa famille, il se pourrait bien que le réalisateur irlandais nous ait offert son meilleur film. Un film duquel il ne faudra pas se fier à son affiche horrible qui ne reflète en rien l’ambiance, l’amusement ou l’amour de l’intrigue. Et surtout, un film qu’on espère bien voir en salle. Bref, une belle surprise emportée par des comédiens au top.

Note : 16/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=4E8qtN7AmxE[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.