novembre 30, 2022

Le Nom des Gens

De : Michel Leclerc

Avec Jacques Gamblin, Sara Forestier, Zinedine Soualem, Carole Franck

Année : 2010

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Bahia Benmahmoud, jeune femme extravertie, se fait une haute idée de l’engagement politique puisqu’elle n’hésite pas à coucher avec ses ennemis pour les convertir à sa cause – ce qui peut faire beaucoup de monde vu qu’en gros, tous les gens de droite sont concernés. En règle générale, elle obtient de bons résultats. Jusqu’au jour où elle rencontre Arthur Martin, comme celui des cuisines, quadragénaire discret, adepte du risque zéro. Elle se dit qu’avec un nom pareil, il est forcément un peu facho. Mais les noms sont fourbes et les apparences trompeuses…

Avis :

Réalisateur français qui a émergé au cours des années 2000, Michel Leclerc, bien avant son premier film, avait un sacré CV. Entre court-métrage, chroniqueur sur France 3 ou dans des télés sauvages, il sera aussi scénariste sur des sitcoms et réalisera même un documentaire sur un réalisateur tchèque. Michel Leclerc se fait de l’expérience en touchant à tout ce qu’il peut avant d’arriver à la comédie.

Si son premier film « J’invente rien » passe relativement inaperçu, c’est bien avec son second film que Michel Leclerc s’expose au grand public, puisque son « … nom des gens » va être un succès critique et commercial. Un succès mérité pour une comédie tranchante et politique qui recevra deux César, dont celui de la meilleure actrice pour Sara Forestier.

Quand « Le nom des gens » est arrivé dans nos salles, personne ne l’attendait et avec ce caractère unique, avec cette sincérité, et ce sens de la comédie, « Le nom des gens » fut l’une des meilleures surprises de l’année 2010 et ce qui est bien, c’est que la dite surprise a tendance à se répéter à chaque fois qu’on la regarde, un peu comme si on oubliait que le film était aussi bon et surtout drôle. Car oui, vous allez rire devant « Le nom des gens » ! Michel Leclerc a parfaitement su trouver le ton juste pour parler politique avec humour et petit bonus, il le fait avec une Sara Forestier tout simplement explosive et pétillante, comme jamais encore on ne l’avait vue.

Bahia Benmahmoud est une jeune femme un peu folle. Toujours pleine d’optimisme, elle affiche ses opinions politiques avec une conviction débordante d’envie et d’amour. D’ailleurs, en parlant d’amour, on peut dire que Bahia est impliquée, puisqu’elle s’est donnée comme mission de convertir tous ceux qu’elle rencontre qui ne sont pas de gauche. Pour cela, elle les nique et pas dans le sens métaphorique du terme. Non, non, elle les nique, et pendant l’acte, la méthode plutôt particulière qu’elle a est alors irrésistible.

Mais quand Bahia rencontre Arthur Martin qui est un Jospiniste convaincu, la relation n’est pas la même puisqu’elle n’a pas besoin de le convertir. Mais ce n’est pas pour cela que Bahia et Arthur sont sur la même longueur d’onde. Non, on peut même dire qu’elle est le feu et lui, la glace.

La surprise totale de 2010, c’est bien ce « … nom des gens« , comédie politique au franc parlé détonant, au charme fou, qui fait vraiment passer des rires aux émotions.

Ce qui est bien avec ce film, c’est le fait que son réalisateur ne dissimule pas le fait qu’il fait une comédie politique. Ici, pendant une heure quarante environ, on va parler politique, et même retracer une partie de l’histoire moderne de France. De Mitterrand à Sarkozy, en passant par les années Chirac, « Le nom des gens » nous raconte la rencontre de deux individus que tout oppose mis à part qu’ils sont tous les deux de gauche. Deux individus qui pourtant vont se trouver, s’aimer et surtout nous faire rire, car oui, « Le nom des gens » est là pour nous amuser, nous divertir, nous faire passer un bon moment et c’est ce qui y arrive. Sa force ? Son naturel déconcertant mené par une Sara Forestier, qui tient à elle seule le film sur ses épaules, alors même qu’on y trouve un excellent Jacques Gamblin.

L’autre atout du « … nom des gens« , c’est bien sûr la qualité de son scénario. Ici, tout fonctionne dans un film qui en prime est actuel et garde les yeux ouverts sur les problèmes de son pays (l’héritage, le poids du passé, le génocide juif, l’homosexualité, le ravage de la pédophilie, la guerre d’Algérie …).

Là encore le film est bourré de naturel. Politiquement incorrect, le film de Michel Leclerc se révèle être impertinent, et malgré un amour pour la gauche, le film sait faire la part des choses et tout en monde va en prendre pour son grade. Loin de toute propagande, « Le nom des gens » tient une intrigue cohérente qui donne en permanence envie d’aller à la séquence suivante. Avec ce film, on va s’amuser des répliques, des quiproquos ou des non-quiproquos.

De plus, on appréciera le fait que le film soit un moment d’optimisme. Michel Leclerc offre un film qui fait du bien, qui est loin de tout pessimisme. « Le nom des gens » est un film qui donne de l’espoir, qui donne le moral, et qui parle superbement d’amour, car oui, derrière la comédie politique, derrière l’humour piquant et parfois très noir, « Le nom des gens » est aussi une belle histoire d’amour, qui démontre que la différence est importante et qu’elle est même une sorte de complément.

Puis enfin, si le fond est excellent, la forme n’est pas en reste puisque « Le nom des gens » est un petit bijou de mise en scène, d’idées, d’inventivité, d’amour, développant même un petit côté nostalgique dans ses images. Michel Leclerc nous offre un film pour le moins audacieux, qui ose proposer des choses, et le meilleur dans cette histoire, c’est que ça fonctionne, et fonctionne de très belle façon. Certains plans sont de véritables tableaux et d’autres vont être de l’émotion ou de la pure comédie.

Bref, tout fonctionne, tout est bon, tout est drôle et touchant. « Le nom des gens » est une très belle réussite, c’est une grande comédie aussi bien qu’un beau film touchant et attachant. Et l’on y revient, mais avec ce film, on redécouvre vraiment Sara Forestier qui s’en sort avec plus que des honneurs dans ce qui risque fort bien de rester comme l’un des rôles les plus difficiles de sa carrière. Elle n’a vraiment pas volé sa récompense.

Note : 17/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=SQUqffgJvKY[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.