octobre 5, 2022

American Gigolo

De : Paul Schrader

Avec Richard Gere, Lauren Hutton, Hector Elizondo, Bill Duke

Année: 1980

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame

Résumé:

Julian Kay, un beau ténébreux trentenaire, loue ses charmes à des femmes dans le besoin. Après avoir passé la nuit avec l’épouse d’un homme d’affaires, cette dernière est retrouvée morte et les soupçons de la police se portent naturellement sur Julian. Le meurtre semble être un coup monté de toute pièce pour l’incriminer et Julian est bien décidé à le prouver.

Avis:

Paul Schrader, au début de sa carrière, c’est un parfum de scandale. Si son premier film était un petit drame comme un autre, le réalisateur a fait fort avec son deuxième, « Hardcore« , un film sorti en 1979 qui raconte l’histoire d’un père qui cherche sa fille disparue. L’intrigue évoluait dans le milieu de la pornographie et la prostitution et bien sûr, en plus de devenir culte, « Hardcore » a eu le droit à son parfum de scandale.

Nous voici donc un an plus tard, et Paul Schrader n’est toujours pas prêt à s’assagir, puisque pour son troisième film, le réalisateur a choisi d’aborder la prostitution masculine à travers un gigolo accusé de meurtre. Comme à son habitude, Paul Schrader y dénoncera l’hypocrisie américaine et livrera un grand film étonnamment touchant. Car plus que l’intrigue que le film va nous raconter, c’est bien la peinture et le regard que Scharder pose sur cet homme, son métier et ses clientes, qui rend le film génial.

Julian Kay est beau, ténébreux, élégant, viril. Quand Julian entre dans une pièce, les regards des femmes se tournent vers lui et il le sait. Julian aime les femmes, il en a d’ailleurs fait son métier. Il est même considéré comme le meilleur. Il sait donner du plaisir à ses clientes, il sait comment les rendre importantes et prend tout le temps qu’il faut pour les satisfaire.

Après avoir passé une nuit pour le moins désagréable avec la femme d’un homme d’affaires, il apprend que cette dernière a été retrouvée morte. Les soupçons de la police se portent alors sur le gigolo, mais Julian est innocent et ce meurtre a l’air d’être monté de toutes pièces pour accuser Julian.

Immense succès amplement mérité à sa sortie, « American Gigolo » a bien mérité son statut de film culte dans la filmographie de Paul Scharder. Il faut dire que le réalisateur a fait encore une fois fort, si ce n’est pas mieux que son « Hardcore« .

Après la pornographie, Paul Schrader reste dans le domaine du sexe, et s’attelle à un sujet qui demeure encore aujourd’hui tabou, la prostitution chez les hommes. Si le film tient une bonne intrigue qui s’avère prenante, une intrigue qui garde son lot de mystères et dévoile peu à peu le pourquoi de son coup monté, ce ne sera pas là l’immense point fort du film. Si l’on se laisse prendre dans son enquête, on reste encore plus pris, et même passionné, par la façon géniale et sans concession qu’a Paul Schrader de parler de la prostitution. Sans vulgarité aucune, avec un regard bienveillant, Paul Schrader donne un autre visage de cette profession qui est bien souvent rabaissée au racolage. Peut-être est-ce parce que le film se déroule dans le milieu de la prostitution de luxe, mais Paul Schrader a très bien su en parler et rendre passionnant les réflexions autour du métier. Le regard des autres, le regard sur soi-même, ou encore plus loin, allant même jusqu’à donner des arguments sur l’importance d’un tel métier, aux détours de conversations sublimes et pleines de sens.

Paul Schrader décrit aussi parfaitement le monde dans lequel évolue cet homme. Un monde régit par la frustration, l’argent, le sexe, le pouvoir et la domination et alors que la prostitution est interdite, considérée comme le mal absolu, à travers les clientes et surtout les gens que côtoient ses clients, Paul Schrader lance un regard acerbe, dur et vrai, sur l’hypocrisie d’une Amérique contradictoire. Et finalement, avec ce film, il pose la plus importante des questions, qui est le plus immoral ici ?

« American Gigolo« , c’est peut-être le meilleur rôle de Richard Gere. C’est un rôle osé, que John Travolta et Christopher Reeves ont refusé, c’est un rôle courageux, aussi bien pour ce qu’il représente que pour sa nudité. Avec ce film, on découvre un Richard Gere qu’on n’a plus jamais connu. Un Richard Gere sûr de lui, mais qui finalement derrière la carapace de son personnage, laisse entrevoir un personnage tendre, humain, vulnérable. On est touché, autant qu’on est séduit par l’acteur. D’ailleurs, malgré un sacré bon casting, Lauren Hutton, Hector Elizondo, Bill Duke, « American Gigolo« , c’est avant tout et pour toujours, Richard Gere.

En plus d’avoir une excellente réflexion qui n’hésite pas à pointer du doigt, « American Gigolo » est aussi un film qui a beaucoup de classe, notamment grâce à une mise en scène particulièrement inspirée de la part de Paul Schrader. L’ouverture est phénoménale et pose d’emblée les bases. Paul Schrader sait instaurer du suspens, car comme l’homme est radical, l’enquête en est bonne et l’on n’est pas sûr que le pauvre Richard Gere s’en sorte.

L’ambiance n’a pas pris de rides, et développe avec les années un sacré joli cachet rétro. « American Gigolo » sait se faire intime, comme il sait aussi se faire plus prenant ou plus dur. Puis, « American Gigolo » c’est aussi une BO sublime signée Giorgio Moroder. Une BO qui habille le film à l’image de la mise en scène, sachant être soit discrète, mais présente, quand d’autres fois, elle va être appuyée ou même fun.

« American Gigolo » est donc un excellent cru pour Paul Schrader, mais aussi Richard Gere. Avec ce film, Paul Schrader, tout en pudeur et loin de toute vulgarité, dresse deux portraits, celui d’un homme touchant et plus vulnérable qu’il ne le laisse paraître et celui d’une Amérique hypocrite, et bien plus immorale qu’elle le voudrait.

Note : 17/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Rcq2bdeP0Ec[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Une réflexion sur « American Gigolo »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.