mai 16, 2021

De Plus Belle

De : Anne-Gaëlle Daval

Avec Florence Foresti, Mathieu Kassovitz, Nicole Garcia, Jonathan Cohen

Année : 2017

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

Lucie est guérie, sa maladie est presque un lointain souvenir. Sa famille la pousse à aller de l’avant, vivre, voir du monde…
C’est ainsi qu’elle fait la connaissance de Clovis, charmant… charmeur… et terriblement arrogant. Intrigué par sa franchise et sa répartie, Clovis va tout faire pour séduire Lucie, qui n’a pourtant aucune envie de se laisser faire.
Au contact de Dalila, prof de danse haute en couleur, Lucie va réapprendre à aimer, à s’aimer, pour devenir enfin la femme qu’elle n’a jamais su être. Pour sa mère, pour sa fille, pour Clovis…

Avis :

Premier film pour Anne-Gaëlle Daval, mais qui est-elle ? Femme du comédien et réalisateur Alexandre Astier, elle est avant tout « connue » pour être la chef costumière de la série culte de son mari, « Kaamelott« . Très discrète sur sa vie privée ou ses projets, elle passe donc à la réalisation et on peut dire qu’elle n’a pas vraiment choisi la facilité.

« De plus belle« , c’est le film qu’on n’attendait pas. Avec ce premier film, Anne-Gaëlle Daval a choisi un sujet dur, le cancer. Mais à la place de faire le film qu’on connaît tous, avec un personnage qui se bat contre sa maladie, la jeune réalisatrice a choisi de nous parler de l’après-cancer. Un choix pour le moins intéressant, qui s’avère encore plus intéressant par le choix de ses comédiens, puisqu’elle offre à Florence Foresti un rôle dramatique, loin des rôles imbuvables et lourdingues que l’humoriste nous offre depuis quelque temps déjà. Oui, on ne s’est toujours pas remis de « À fond » et son rôle de flic, lourde au possible. Quoi qu’il en soit, Florence Foresti trouve là son « Tchao Pantin » et en plus de trouver un film surprenant, ça fait du bien de voir l’humoriste autrement.

Lucie, la quarantaine, a eu un cancer du sein qu’elle a vaincu. Quand Lucie était malade, sa vie était rodée et elle savait parfaitement où se placer. Mais maintenant qu’elle a battu la maladie, Lucie est vide et ne sait plus comment vivre. Elle n’a plus confiance en elle.

Un soir, alors qu’elle a suivi sa sœur en boite de nuit, un homme charmant vient la draguer. Charmeur, un poil arrogant, Lucie se laisse charmer, même si elle ne lui montre rien. Mais comment faire pour être heureuse et s’assumer, se révéler, aussi bien dans la vie qu’en amour. Sa rencontre avec Dalila, une perruquière et professeur de danse, va changer beaucoup de choses.

Très surprenant et très touchant, avec « De plus belle« , Anne-Gaëlle Daval offre-là un très bel appel à la vie, l’amour, et l’acceptation de soi. Loin des clichés (même si l’on retrouve les inévitables), « De plus belle » séduit par son ton juste, par son intrigue qui se développe (très bien) et montre autre chose. À travers le portrait de Lucie, femme déboussolée et craintive, la réalisatrice aborde beaucoup de beaux sujets, dont le principal reste le rapport au corps et à la féminité. Soutenu par des dialogues qui ont du sens, de l’intelligence et de la réflexion, Anne-Gaëlle Daval et Florence Foresti étonnent par leurs pudeurs, leurs sensibilités et on se laisse bercer par cette belle histoire et cette leçon de vie.

On se laissera aussi charmer par le couple que forment Florence Foresti et Matthieu Kassovitz. Un couple qui se dévore aussi bien des yeux que des mots. Un couple qui se cherche, dont on connaît déjà le fil, mais qui pourtant nous séduit, nous touche et nous fait même rire.

On notera qu’Anne-Gaëlle Daval a très bien choisi son casting. Florence Foresti est étonnante et arrive à être touchante. On la découvre excellente dans le drame, et on la redécouvre drôle dans la comédie. En face d’elle, Matthieu Kassovitz est excellent pour ne pas dire terrible, en dragueur invétéré qui ne lâche rien. On sera aussi surpris par une Nicole Garcia pleine de grâce et l’on sera séduit par toutes ces femmes au cours de danse, avec notamment un très joli coup de cœur pour Sabine Pakora, dont le talent, la sensibilité et la sensualité captivent la caméra dès qu’elle apparaît.

« De plus belle » est donc un film très beau. Simple, juste, cohérent, pertinent, féministe sans trop en faire non plus, Anne-Gaëlle Daval a un bel œil et une jolie plume. On ressort de la salle avec le sourire et les émotions. Bref, ce film fait du bien.

Note : 14,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.