décembre 2, 2020

Love Saison 1

D’après une Idée de : Paul Rust, Lesley Arfin et Judd Apatow

Avec Paul Rust et Gillian Jacobs

Pays : Etats-Unis

Genre : Romance, Comédie

Nombre d’Episodes : 10

Résumé :

Gus, un homme sympathique, et Mickey, une jeune femme effrontée, vivent des moments tour à tour euphoriques et humiliants, d’intimité, d’engagement, d’amour et d’autres choses qu’ils auraient préféré éviter. Love offre un regard désopilant, sans concession et douloureusement sincère sur les relations amoureuses d’aujourd’hui.

Avis :

Cette série étonne par bien des aspects. La durée des épisodes est variable même si la plupart tournent autour de la demi-heure et on ne rit pas vraiment beaucoup pour une comédie romantique. D’ailleurs, il s’agirait plutôt d’une comédie dramatique ou d’une dramédie, un genre de mixe entre les deux.

On prend du temps à s’attacher aux personnages principaux même si cela vient avec les épisodes. On retrouve deux archétypes, identifiés par les créateurs de la série comme des personnalités plutôt courantes de notre époque : un geek pas très sûr de lui et une jeune femme un peu perdue devant toutes les possibilités qui s’offrent à elle. Il est difficile de nier l’existence de ces portraits dans notre société. Ainsi, même si les caractères des personnages apparaissent comme vraisemblables, les situations qu’ils vivent le sont tout de même parfois moins. De plus, les personnalités des deux personnages principaux ne sont pas toujours faciles à comprendre. Certains revirements de situation peuvent sembler totalement étonnants, comme certaines de leurs réactions. Peut-être faut-il y voir là une image d’une vie compliquée, de choix difficiles à faire, d’un flou total et d’un questionnement permanent liés à un monde qui évolue rapidement et qui n’est pas toujours facile à accepter ?

Mickey, jouée par Gillian Jacobs, est une personne addictive et dépendante émotionnelle. Alcool, drogue, sexe, la jeune femme se perd et a du mal à savoir qui elle est vraiment. Son travail pour la radio lui prend tout son temps même si l’ambiance n’est pas toujours au beau fixe et que son patron ne lui plaît pas. Gus, joué par Paul Rust, est un geek de notre époque, qui ne cache pas ses gouts et qui travaille pour le cinéma, notamment pour la série télé Wichita (ça a bien un rapport avec les sorcières). Il n’y travaille pas en tant que comédien mais en tant que professeur pour les jeunes acteurs qui lui mènent franchement la vie dure. Il faut dire qu’il ne semble pas avoir la carrure d’un véritable professeur, ni l’ambition, ni la sévérité. Son rêve à lui c’est de devenir scénariste et d’écrire un épisode pour la série pour laquelle il s’investit vraiment beaucoup. Il faut dire que les jeunes dont il a la charge acteurs sont capricieux et clairement indisciplinés, même si leur professeur reste un des seuls amis qu’ils aient hors de la série. Gus peut agacer avec son bavardage intempestif qui ne semble pas s’arrêter par certains moments et sa gentillesse trop poussée alors que Mickey est plus terre à terre.

Les mondes de la radio et des plateaux de tournage sont bien représentés. Le spectateur prendra un certain plaisir à entrer dans le monde du spectacle, à voir comment un épisode est tourné et tout ce que cela implique. Un épisode nous permet même de rentrer un instant dans le monde de la magie.

Certaines scènes sont longues, très longues et ne semblent rien apporter à l’intrigue. On peut ainsi s’ennuyer, ces scènes n’ayant rien de spécialement drôles même si certaines peuvent toucher, surtout si vous vous reconnaissez dedans. En effet, la série semble s’être appuyée sur la rencontre, la découverte de l’autre en général et l’humanité en tant que telle. On rencontre rapidement plein de personnages associés aux vies des personnages principaux mais ils ne sont souvent pas assez développés pour que l’on s’y accroche véritablement. Ces scènes plus ou moins ennuyeuses sont tout de même pour la plupart des choses qui peuvent arriver dans la vie de tous les jours. Est-ce cette banalité qui ennuie ou est-ce plutôt le manque de péripéties cruellement manquantes dans cette série ? Le calme plat qui résulte de cette série peut dérouter, tant on n’y est pas habitués. Par ailleurs, le scénario n’est pas très évolué, tout comme les intrigues secondaires. On finit cependant par s’attacher et à vouloir voir la suite, au fur et à mesure que les différents protagonistes se dévoilent et que la vie leur fait des coups durs.

Les acteurs sont très bons, les plus jeunes, comme les plus vieux, et nous touchent à travers tout ce qu’ils dégagent. C’est la réelle force de cette série.

La fin de la saison 1 se termine sur une note positive, pas vraiment surprenante mais qui fait du bien. Ce qui donne envie de voir la saison 2 !

Love est une série qui peut plaire comme totalement ennuyer. Chacun doit se faire son idée. Il y a tout de même de bonnes idées et de bons acteurs, ce qui n’est pas à dénigrer. Cependant, le rire se fait rare, ce qui est un véritable manque pour une série du genre. On a ainsi du mal à voir l’objectif de Love, si elle ne permet pas de nous faire sourire mais de nous montrer que la vie est difficile et pas toujours comme on le voudrait, surtout quand les deux personnages principaux nous semblent constamment en plein dans une dépression chronique. A-t-on vraiment besoin d’une série à l’image de nos vies ?

Note : 12/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Lildrille

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.