janvier 31, 2023

John Wick 2 – Du Plomb Dans la Tête

Titre Original : John Wick : Chapter 2

De : Chad Stahelski

Avec Keanu Reeves, Laurence Fishburne, Common, Riccardo Scarmacio

Année : 2017

Pays : Etats-Unis

Genre : Action

Résumé :

John Wick est forcé de sortir de sa retraite volontaire par un de ses ex-associés qui cherche à prendre le contrôle d’une mystérieuse confrérie de tueurs internationaux. Parce qu’il est lié à cet homme par un serment, John se rend à Rome, où il va devoir affronter certains des tueurs les plus dangereux du monde.

Avis :

Il n’est jamais évident de faire une suite, d’autant plus lorsque le film précédent est un gros succès. Et encore plus lorsque le film précédent est un premier film d’un cascadeur qui a décidé de passer derrière les manettes. Et pourtant, Chad Stahelski prend le taureau par les cornes et n’hésite pas une seule seconde à faire une suite à son John Wick qui a rapporté pas moins de 76 millions de dollars de recette dans le monde en 2014. Véritable surprise dans le morne sillon du cinéma d’action qui s’endort de plus en plus, John Wick avait les « corones » de faire simple et efficace, avec une énergie débordante, de l’action à en revendre et surtout, un univers intéressant et novateur. Bref, le réalisateur livrait là un premier film presque prodige qui fleurait bon l’actioner des années 80.

Alors bien évidemment, pondre une suite, ça fait peur. Il faut savoir exploiter l’univers installé, ne pas faire dans la redite et surtout, ne pas tomber dans la surenchère gratuite, fléau des suites pour complaire le fan crétin amateur de testostérone et de balles dans la tête. Le plus surprenant avec ce John Wick 2, c’est qu’effectivement, ça joue la carte de la surenchère (d’ailleurs, certains se sont amusés à compter les morts et si dans le premier film, le héros tuait 84 personnes, dans cet opus, il en massacre 141), mais l’ensemble se tient, notamment grâce à une gestion parfaite de la mise en scène, mais aussi et surtout grâce à un approfondissement de la mythologie de John Wick et de cette étrange association d’assassins.

Car sous couvert de faire un film d’action crétin, John Wick 2 va montrer que l’univers développé est beaucoup plus dense qu’il n’en a l’air. En effet, on savait dans le premier qu’une ligue des assassins avec des règles existait et que John Wick voulait s’en sortir car il commençait à être fatigué. Dans cet opus, le scénariste va aller encore plus loin, donnant plus de règles, plus de codes et donnant un certain cachet à cette entreprise. En ce sens, le film donne un côté humain à ces assassins, car comme le dit si bien le chef, sans règles, nous ne serions que des animaux. Et finalement, John Wick 2 montre bien la faiblesse de l’esprit humain face à la vengeance mais aussi et surtout face au pouvoir. Voulant à tout prix le trône, un homme va engager Wick, mais il va aussi tenter de le doubler, ce qui sera une grave erreur. Alors dit comme cela, on pourrait croire que l’on a droit à une partie parlotte interminable avec l’élaboration des règles et des codes, mais il n’en est rien. Chad Stahelski va établir ces règles au fur et à mesure du film, en fonction des actions de chacun. Ainsi donc, durant un combat, les deux protagonistes se retrouvent au sein de l’hôtel et le combat cesse aussitôt. Il y a une réelle maîtrise du rythme dans ce film, qui va très vite, mais qui sait aussi se calmer pour marquer des moments intéressants et repartir rapidement sur de l’action non-stop.

Ces phases calmes vont aussi permettre de rajouter des éléments dans un monde finalement en pleine mutation. Car John Wick 2 sera aussi l’occasion de présenter de nouvelles têtes et de nouvelles fonctions. Keanu Reeves retrouvera donc Laurence Fishburne dans un passage presque essentiel du film où une sorte de nouvelle caste est présentée. Une caste importante de messagers qui semblent presque indépendante de celle des assassins, mais qui y est pourtant étonnement liée. Encore une fois, on est loin du simple film d’action stupide, et même si parfois le film part en vrille complet, notamment dans des gunfights surréalistes auxquels le héros échappe miraculeusement, on reste dans quelque chose qui tient parfaitement la route.

Et si l’action est omniprésente, elle demeure efficace grâce à la mise en scène de son réalisateur. Cascadeur de métier et doublure de Keanu Reeves sur Point Break et d’autres métrages, Chad Stahelski possède un œil intéressant et filme les scènes d’action comme personne. L’ensemble est très fluide. A un tel point que l’on a la sensation que la caméra est constamment en mouvement sur des rails, mais collant au plus près de l’action. Ainsi, tout est parfaitement lisible et les combats gagnent en intensité et crédibilité. Point de shaky cam donc et des chorégraphies au cordeau pour lesquelles l’acteur principal s’est vraiment donné du mal (il a passé plusieurs mois à apprendre un Ju-Jitsu brésilien). Mais le plus agréable dans tout ça, c’est que le réalisateur, malgré sa faible expérience derrière la caméra, va tenter des plans, essayer de jouer avec les images et la psyché de ses personnages, comme en atteste le final dans la galerie des miroirs, qui arrive à faire perdre la perception au spectateur. Un réel tour de force pour un jeune réalisateur qui ose faire des choses arty dans le milieu de l’actioner, tout en ne perdant jamais sa dynamique.

Néanmoins, John Wick 2 possède une faiblesse, relativement minime, mais assez flagrante pour être citée. La caractérisation des personnages ennemis demeurent vraiment faiblardes. En effet, entre un Common revanchard mais qui se fait éliminer assez rapidement, une Ruby Rose muette mais qui se fait rapidement démonter ou encore un Riccardo Scarmacio qui ne sert pas à grand-chose comme grand méchant, hormis Keanu Reeves, le reste du casting ne fait pas rêver et les méchants manquent cruellement de charisme et d’épaisseur. Il ne suffit pas de planter une jolie nana en personnage muet ou encore un mec revanchard et tirant toujours la tronche pour avoir de vrais personnages vraiment badass. Seul John Wick semble échapper à cela grâce notamment au charisme inné de son acteur principal.

Au final, John Wick 2 est une belle réussite. Faisant plus lourd et plus fort que son aîné, le film n’oublie pas d’être cohérent avec son univers tout en gardant un plaisir pour le spectateur, celui de voir de l’action non-stop, un peu en hommage à tous ces films des années 80 qui ont fait la gloire de Hollywood. Bref, John Wick 2 développe son univers, l’agrandit, pour fournir un film complet, puissant, qui manque parfois de personnages secondaires développés, mais qui possède une mise en scène léchée et marquante. Un film devant lequel il serait dommage de bouder son plaisir.

Note : 17/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=d0u1o8vdxE8[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.