décembre 6, 2021

The Killer Inside Me

12285960_1199972470016160_1763907056_n

De : Michael Winterbottom

Avec Casey Affleck, Jessica Alba, Kate Hudson, Ned Beatty

Année: 2010

Pays: Etats-Unis, Angleterre, Canada, Suède

Genre : Thriller

Résumé :

Lou a un tas de problèmes. Des problèmes avec les femmes. Des problèmes avec la loi. Trop de meurtres commencent à s’accumuler dans la juridiction de sa petite ville du Texas. Et surtout, Lou est un tueur sadique et psychopathe. Lorsque les soupçons commencent à peser sur lui, il ne lui reste pas beaucoup de temps avant d’être démasqué…

Avis :

Winterbottom est l’un des réalisateurs britanniques les plus intéressants qu’il soit. Mordu de travail, l’anglais enchaîne les projets les uns à la suite des autres et chacune des histoires qu’il va nous raconter n’a strictement rien à voir avec la précédente. Partagé entre la Grande-Bretagne et les États-Unis où il tourne de temps en temps, le réalisateur oscille intelligemment, adaptant son style aux ambiances des pays en questions. D’ailleurs, dans son précédent film pour les USA, il a offert à Angelina Jolie l’un de ses tristement plus beaux rôles dans « Un Cœur invaincu« . Bref, après trois ans, il est donc de retour au pays de l’Oncle Sam et pose cette fois-ci sa caméra dans le Texas.

12285753_1199972480016159_674276929_n

Lou est un jeune officier de police que tout le monde pourrait qualifier d’irréprochable et de toujours prêt à rendre service. Dans sa vie privée aussi, il est parfait. Il vit une belle histoire avec Amy, qu’il compte bien épouser. Mais pourtant, derrière ce beau portrait, Lou est un homme frustré, violent, avec des tendances psychopathes. Un jour, le maire de la ville lui demande d’aider son fils à se sortir d’un chantage avec une prostituée. Lou accepte, mais l’aide qu’il va fournir sera on ne peut plus cruelle.

Si on regarde les films de Michael Winterbottom, « The Killer Inside Me » est un film qui dénote un peu au beau milieu de l’interminable filmographie du cinéaste. Si on reconnaît la patte du réalisateur, son histoire, sa violence et surtout le traitement de ses personnages rendent ce film comme l’un des plus complexes et fascinants que le réalisateur ait réalisé. Ici, il dresse le portrait d’un homme manipulateur, vicieux, misogyne, arrogant et faux. Un personnage qui fait froid dans le dos, et dont le calme et la sympathie qu’il laisse entrevoir s’oppose magnifiquement aux horreurs dont il fait preuve. Avec « The Killer Inside Me« , le réalisateur signe un film dérangeant, très dérangeant et intéressant jusqu’au bout.

L’histoire qui est engendrée par ce personnage est d’une violence et d’une injustice extrême. Une violence qui est renforcée par la mise en scène discrète mais efficace du réalisateur. Winterbottom nous plonge sans concession auprès de cet homme et de ses démons et l’on suit ce rude parcours jusqu’à cette fin qui serait presque poétique dans son amour et son drame.

Le scénario est bien manipulé par son auteur et l’intrigue se tient, trahisons et tensions sont au rendez-vous. Mais malgré tout, je dois quand même dire que l’intrigue est quelque peu confuse au départ. Une confusion que le réalisateur rétablit peu à peu. Winterbottom ponctue son récit de scènes très violentes qui sont saisissantes de réalisme, sans pour autant tomber dans la violence gratuite. Toute violence a son but et renforce la psychologie du personnage et c’est ce qu’on aime dans ce film. C’est ce qui le rend d’autant plus riche, construit et fascinant.

De plus, le personnage de Lou est tenu par un Casey Affleck électrique et démoniaque en même temps. Dans un sens, le rôle de Lou est l’un de ses meilleurs et après avoir vu son regard froid et flippant, on a bien du mal à imaginer quelqu’un d’autre dans le rôle. D’ailleurs, Winterbottom s’est fait plaisir et a offert de très bons rôles à tout son casting et surtout des rôles très atypiques pour des comédiennes que l’on n’aurait pas vus dedans, ce qui les change de leurs chemins habituels. Jessica Alba, même si elle apparaît peu, tient l’un des meilleurs rôles de sa carrière. Elle est incroyable dans ce film, tellement touchante dans son amour et son incompréhension. Elle démontre qu’elle peut faire autre chose que de jouer les potiches de service dans des comédies bas de gamme. Idem pour Kate Huston parfaite dans la peau de la petite amie. Les deux actrices, chacune à leur manière, sont fascinantes et leurs prises de risques sont payantes. Elles offrent autre chose et c’est bien mieux qu’à l’accoutumée. On trouve avec délectation le trop rare Bill Pullman qui s’offre une très bonne scène dans la peau de l’avocat de Lou.

12312130_1199972466682827_1415434477_n

Michael Winterbottom s’offre donc dans sa filmographie un film très noir, très violent, et porté par des acteurs excellents. « The Killer Inside Me » est un bon thriller psychologique, très différent de ce qu’on a l’habitude de voir et c’est tant mieux.

Note : 14,5/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=_U2LUsfeMwg[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.