juillet 15, 2024

Experimenter

11998366_1160634500616624_809827618_n

De : Michael Almereyda

Avec Peter Sarsgaard, Winona Ryder, Kellan Lutz, Taryn Manning

Année : 2015

Pays : Etats-Unis

Genre : Biopic

Résumé :

Université Yale, en 1961. Stanley Milgram conduit une expérience de psychologie – considérée comme d’une importance majeure encore aujourd’hui – dans laquelle des volontaires croient qu’ils administrent des décharges électriques douloureuses à un parfait inconnu, attaché à une chaise dans une autre pièce. La victime a beau leur demander d’arrêter, la majorité des volontaires poursuivent l’expérience, en infligeant ce qu’ils croient être des décharges pourtant presque mortelles, simplement parce qu’on leur dit de le faire. Par cette expérience, Milgram souligne la propension qu’a tout homme à se soumettre à l’autorité, au moment précis où le procès du nazi Adolf Eichmann est diffusé à la télévision à travers toute l’Amérique. L’opinion populaire comme la communauté scientifique en sont bouleversées. Célébré dans certains cercles ou accusé d’être un monstre manipulateur dans certains autres, Milgram parvient pourtant à traverser les épreuves grâce au soutien de son épouse Sasha.

Avis :

Si le nom de Michael Almereyda ne nous dit pas grand-chose au premier abord, quand on tape son nom sur le net, on va très vite voir que le réalisateur est bien connu de nos services, puisqu’il sévit depuis les années 90 et que c’est à lui que l’on doit des films comme « Hamlet » avec Ethan Hawke ou encore « Trance » avec Jared Harris. Bref, en vingt-cinq ans de carrière le réalisateur a réalisé pas loin de dix films.

Et le voilà de retour après une bonne absence avec « Experimenter« , le film qui détient peut-être le scénario le plus intelligent de ce festival. Le sujet d’ »Experimenter » est des plus intéressants, car il met en lumière un sujet ambigu, qui pourrait faire frémir plus d’une personne. Le film s’interroge sur l’être humain et nous fait nous remettre en question. Michael Almereyda nous entraîne avec beaucoup de conviction dans l’une des expériences les plus surprenantes que le monde scientifique ait abordée. Une expérience que le monde scientifique rejette autant qu’elle le fascine depuis maintenant près de soixante ans.

11999252_1160634563949951_2016208573_o

Université Yale, en 1961, Stanley Milgram conduit une expérience sur l’obéissance de l’être humain. Partant dans la mise en scène d’un enseignant et d’un élève, l’expérience du Docteur Milgram consiste à faire croire à un homme (l’enseignant) qu’il envoie des décharges électriques à un autre (l’élève) malgré son désaccord. Le but étant de voir jusqu’où la personne, en obéissent à de simples ordres, serait prête à aller pour faire souffrir un inconnu. Une personne qu’elle rencontre avant l’expérience, mais qu’elle ne verra pas pendant l’expérience. Elle pourrait simplement l’entendre. Bien entendu, dans l’autre pièce, la personne en question n’est pas électrocutée, l’expérience a pour but de peut-être expliquer les horreurs de la Seconde Guerre Mondiale par exemple. Mais cette expérience, qui est aujourd’hui considérée comme capitale, va devenir un lourd fardeau pour son commanditaire.

L’être humain est-il programmé pour être soumis ? L’homme a-t-il une moralité ? Jusqu’où peut-on pousser un homme sans pourtant être menaçant envers lui ? Et enfin, la vraie question, faisons-nous vraiment nos propres choix ? Voilà, en quelques questions, plusieurs thèmes que le nouveau film de Michael Almereyda va aborder.

« Experimenter » est le film qui nous raconte la vie et l’obsession d’un homme, Stanley Milgram. Un homme qui ne va cesser de rechercher la vérité sur l’être humain et ainsi, entre les lignes, comprendre le passé de sa famille dans l’un des plus grands conflits que le monde n’ait jamais vécu. Comment Hitler a-t-il réussi à convertir la presque quasi-totalité de son pays à sa cause ? Comme a-t-il pu faire de ces hommes normaux, des assassins, des tyrans ? Et avec son expérience, « La soumission à l’autorité », Stanley Milgram va apporter une partie des réponses et aussi s’attirer les feux de la controverse.

Alors que le sujet est difficile d’accès et que l’on peut facilement se demander comment un film pareil peut arriver à intéresser le plus grand nombre, Michael Almereyda va réussir ce tour de force sans trop de souci et la salle sera captivée du début à la fin. « Experimenter » est un peu comme une expérience justement. Michael Almereyda pousse l’expérience aussi bien dans l’écriture de son film que dans son visuel. Bijou d’intelligence, c’est quelque part entre le biopic, le drame, le thriller et la comédie à l’humour très noir que le réalisateur américain place sa caméra. Quand on découvre « Experimenter« , l’une des premières choses qui nous frappe, c’est la facilité assez déconcertante avec laquelle on entre dans le film. Le réalisateur arrive sans aucun mal à nous projeter dans les différents cobayes de son expérience et finit même par nous remettre en question. Qu’aurions-nous fait à leur place ? Et le film peu pousser encore plus loin puisque l’on peut se remettre en question sur des événements passés, mais aussi sur notre vie de tous les jours et ce que l’on peut supporter ou non, parce qu’on y est conditionné. C’est assez génial, et à la sortie de la salle, on est poursuivi par le sujet du film. Et en ça, on peut dire sans aucune crainte que le film de Michael Almereyda est une réussite. Le scénario nous présente un personnage passionnant de bout en bout. Stanley Milgram est curieux de tout, il veut tester et tester encore et encore pour prouver ses dires. On comprend vite qu’il cherche des réponses à ses propres interrogations.

Le réalisateur est bourré d’idées pour ce film et après s’être énormément documenté sur son sujet, Michael Almereyda a opté pour un visuel assez particulier. Un visuel qui à l’écran apporte énormément de cachet au film et présente le personnage de Stanley Milgram comme il était dans ses documentaires. Bien souvent le personnage s’adresse à la caméra pour nous expliquer les buts de telles ou telles choses, pour créer une relation avec nous. Pour nous instruire aussi et pas nous laisser sur le carreau face à un détail que l’on ne comprendrait pas. C’est très bien vu et ça apporte tellement au film. Michael Almereyda a réalisé aussi un bon film d’époque, abordant de bons costumes et de beaux décors. C’est excellent de voir qu’un film aussi proche de nous, soit aussi un très beau film de costumes. Les décors sont terribles et la réalisation de Michael Almereyda est vraiment intéressante, car elle aborde un visuel assez vieillot, dans le sens où parfois le réalisateur adopte un style très ancien et laisse volontairement apparaître les fonds verts et autres incrustations. Après, le film a tout de même des longueurs.

C’est Peter Sarsgaard qui a la douloureuse tache de nous présenter ce scientifique qu’on connaît peu, voire pas du tout. Le comédien arrive parfaitement à faire à ce que l’on s’attache à son personnage, même si ce dernier est parfois glacial. Il est à l’aise dans la peau de Milgram et il apporte un bon humour noir quand il parle du côté absurde de l’être humain. Petite déception en ce qui concerne le personnage de Winona Ryder, que l’on voit peu finalement. La comédienne est très bien, mais quelque peu sous exploitée, et l’on aurait aimé la savoir plus présente, surtout qu’elle a un rôle important. Pour les fans de « Twilight » (oui, on ne sait jamais…), sachez que Kellan Lutz joue dans ce film et qu’il incarne ni plus ni moins que William Shatner et il est très drôle.

12011606_1160634587283282_1835601944_o

« Expérimenter » est donc une bonne surprise qu’on n’a pas vu venir. Doté d’un scénario qui fait office de perle et d’une réalisation particulièrement inspirée, malgré quelques longueurs, le film de Michael Almereyda est vraiment excellent. Intéressant, intelligent, il pose les bonnes questions et nous fait réfléchir, chose qui arrive de moins en moins, et ne serait-ce que pour les premières scènes et le questionnement qu’elles véhiculent, le film vaut carrément le déplacement.

Note : 15/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=O1VOZhwRvWo[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.