octobre 6, 2022

Christine

11912954_1150206488326092_478095096_n

De : John Carpenter

Avec Keith Gordon, John Stockwell, Alexandra Paul, Robert Prosky

Année: 1983

Pays: Etats-Unis

Genre: Horreur

Résumé:

La première fois qu’Arnie vit Christine, il tomba en extase devant cette beauté aux formes éblouissantes. C’était dit, ils allaient lier leurs destins pour le meilleur et pour le pire. Mais Christine, la belle plymouth, modèle 57, n’aime pas trop les rivales. Gare à celles qui voudront approcher Arnie!

Avis:

Inutile de présenter qui est l’immense John Carpenter, tant le réalisateur américain, à travers les décennies, nous a offert des films qui sont devenus à jamais des références pour l’histoire du cinéma. « Halloween« , « The Thing« , « Vampires« , « New-York 1997« , « Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du mandarin« , sa filmographie est aussi impressionnante que jubilatoire.

J’aime le cinéma de John Carpenter et c’est avec une grande honte que j’ai encore quelques classiques du réalisateur à voir comme « Fog« , « Dark Star« , « Assaut » et « Christine » que je viens de découvrir. J’en avais beaucoup entendu parler, le film est même culte, mais jusque-là, je n’avais encore jamais eu l’occasion de me laisser conduire pour cette belle peinture rouge et maintenant que je l’ai vu, la première chose qui me vient en tête, c’est le regret de ne pas l’avoir découvert plus tôt, car j’ai pris un pied pas possible à suivre cette diabolique voiture. Fun et décomplexé, « Christine » est bien le bijou qu’on m’avait vendu et que j’avais envie de voir.

11902179_1150206541659420_321419875_o

Christine est belle, élégante, déterminée. Elle aborde une belle robe rouge et elle aime le rock des années 50. Christine a du caractère et peut être même un peu trop, car elle est possessive, passionnée, fidèle et vit ses relations « à fond ». Christine est une belle Plymouth qui devrait faire le bonheur d’Arnie, un jeune homme de dix-sept ans. Mais derrière ses formes impeccables, Christine n’est pas une voiture comme les autres et l’entourage d’Arnie est peut-être le seul à s’en rendre compte.

Adapté Stephen King n’est pas chose facile, et même si on a eu d’excellentes adaptions à travers les années, il faut dire que pas mal de films laissent à désirer le meilleur étant à mes yeux « Dreamcatcher » de Lawrence Kasdan. Mais bon, quand on s’appelle John Carpenter, qu’on vient de réaliser coup sur coup « The Thing » et « New-York 1997« , on ne pouvait pas rêver mieux comme réalisateur pour prendre les commandes et le spectaculaire va être à la hauteur des attentes.

Faire un film sur une voiture possédée n’est pas chose facile non plus, dans le sens où le film aurait pu tomber dans le ridicule, car l’histoire que nous raconte John Carpenter est tout de même assez grosse à avaler, et pourtant le réalisateur va réussir à nous la faire vivre et parfois de façon assez brutale.

Ce que j’ai adoré chez « Christine« , c’est que même si cette magnifique Plymouth est le personnage principal, le réalisateur s’est beaucoup concentré sur le personnage d’Arnie, « son propriétaire », et la relation destructrice qu’il a avec sa voiture. J’ai adoré l’évolution de ce personnage, au départ si timide et réservé qui sombre peu à peu sans vraiment s’en rendre compte. Même si les grands moments du film sont les attaques de Christine, je trouve que la façon dont le réalisateur a développé cette relation installe un fond touchant et triste à son histoire. D’ailleurs, j’avoue avoir été assez ému au où Arnie découvre sa voiture ravagée. J’ai beaucoup aimé ce mélange de « fond », dans le sens où John Carpenter passe de ce côté triste à des scènes assez jubilatoires qui ne se prennent pas au sérieux, presque fun (la musique rock des années 50 y fait beaucoup). Mais tout en restant dans le drame, le film est terriblement violent, alors qu’on ne voit pas grand-chose. Je pense principalement à la scène où Christine écrase un jeune homme contre un mur.

Un des très gros points forts du film, c’est ce que John Carpenter a fait avec cette voiture Christine. Un peu comme Spielberg pour « Duel« , il a fait de « Christine » un véritable personnage de son histoire. La filmant avec amour, dégageant beaucoup de caractère, on arrive à ressentir tout ce que cette voiture ressent, haine, amour, bonheur, tristesse, c’est assez dingue, presque déstabilisant. Elle pourrait presque parler cette caisse. Comme toujours chez Carpenter, surtout à cette période-là de sa carrière, la mise en scène est bluffante. Action, suspens et horreur sont au rendez-vous et bien entendu, tout le film porte sa patte. Ponctué de grandes scènes marquantes, John Carpenter assure aussi dans des scènes plus intimes, plus simples et tout le film est un petit régal à suivre.

Keith Gordon qui joue Arnie est très bon dans son rôle. Comme j’ai pu le dire plus haut, son personnage m’a beaucoup touché et l’acteur y est pour beaucoup, dans le sens où il est bluffant à chaque instant. Que ce soit le mec timide, l’arriviste, l’orgueilleux, et même « l’ordure », l’acteur passe par tout un tas de phases et il est terrible dans chacune d’elle. Alexandra Paul, que je ne connaissais jusqu’alors que dans son maillot de bain d’Alerte à Malibu, est bien convaincante en petite amie désespérée, tout comme John Stockwell, qui incarne le meilleur pote d’Arnie. Et enfin, c’est un vrai plaisir de voir le grand Harry Dean Stanton, même si là encore c’est un petit rôle.

11924723_1150206658326075_1191211107_n

En fait, la seule petite chose qui m’a manqué dans ce film, ce sont les sentiments. Je trouve qu’à la toute fin, les personnages n’ont pas l’air si touché que ça, par rapport à ce qu’ils viennent de vivre, et même si ce n’est pas grand-chose, je dois dire que ça m’a un peu surpris. Mais bon, ce n’est que chipotage, car j’ai quand même adoré ce film et que j’ai dévoré ce film aussi vite que « Christine » laisse des cadavres derrière elle.

Note : 18/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=PbnX4Sbje-g[/youtube]

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.