novembre 30, 2021

True Detective Saison 2

true-detective-season-2-poster-colin-farrell

D’Après une Idée de : Nic Pizzolatto

Avec Colin Farrell, Vince Vaugh, Rachel McAdams, Taylor Kitsch

Pays: Etats-Unis

Genre: Polar

Nombre d’Episodes: 8

Résumé:

Après la découverte d’un corps recouvert d’étranges scarifications, trois officiers de la police de différentes branches se retrouvent mêlés à une affaire bien plus sombre que prévu.

Avis:

Pour tous les sérivores de la planète, il y a une série qui a marqué les esprits l’année dernière et qui a en quelque sorte bouleversé le paysage audiovisuel. True Detective s’est directement imposée comme LA série évènementielle du moment et à juste titre. Entre un casting de cinéma, une réalisation incroyable de Cary Fukunaga et une histoire sombre, la série avait tous les atouts pour s’imposer comme l’incontournable de la décennie. Ce qu’elle a fait avec les honneurs confirmant aussi l’extraordinaire talent de Matthew McConaughey. Alors bien évidemment, faire une deuxième saison était un pari risqué, car il est quasiment impossible de faire jeu égal avec la première tant celle-ci confine au chef d’œuvre. Néanmoins, entre le même créateur à l’écriture et un casting encore plus alléchant que le premier, il y avait de quoi se réjouir et espérer quelque chose de profondément bon. Est-ce le cas? Oui, cette deuxième saison est très bien, même si en deçà de l’excellence du premier.

lead_960

Ray Velcoro est un flic plus ou moins corrompu qui rend des services à Franck, un gérant de plusieurs boîtes de nuit. Franck est un homme d’affaire qui deale avec le maire de Vinci et les grands pontes de la ville et alentour. Alors qu’il manigance des achats de terrain autour d’une future voie ferroviaire, son principal actionnaire est retrouvé mort, les deux yeux scarifiés. Le cadavre étant retrouvé à la frontière de deux états, Ray Velcoro mène l’enquête accompagné d’Athéna Bezzerides et de Woodrugh, un policier qui doit échapper à une polémique. Ensemble, ils vont aller très loin dans l’enquête, découvrant de la corruption, du meurtre, de la prostitution et tout cela concernant des personnalités politiques importantes ainsi que la police. Ils y laisseront leur métier, et plus encore.

Nic Pizzolatto abandonne la Louisiane et son atmosphère chaude et campagnarde pour nous amener dans un tout autre univers. En effet, cette deuxième saison marque de suite sa différence avec une narration temporelle linéaire, mais aussi et surtout avec une ambiance complètement différente. Cette saison deux se déroule exclusivement dans un milieu urbain, une petit ville qui possède aussi ses démons, jusqu’à son maire, un homme bourru, alcoolique et violent. Si ce changement de registre est assez brutal, il le sera tout autant dans son déroulement, cette saison se démarquant complètement de la précédente. Exit le tueur en série avec mise en scène, on est dans de la corruption et le travail se fera sur la pouvoir de l’argent et de la politique. Une thématique plus complexe, qui a nécessité une écriture particulière et relativement complexe. Tellement complexe que la série perd parfois le spectateur, notamment à cause de sa densité scénaristique. Il y a beaucoup de choses à prendre en compte, beaucoup d’informations et de personnages secondaires et il est parfois difficile de s’y retrouver, surtout lorsque l’on suit la série épisode après épisode avec une semaine d’écart. C’est d’ailleurs le principal défaut de cette série qui propose un show tellement volumineux que le format série ne lui convient plus vraiment, sauf lorsque tous les épisodes sont sortis. Il aurait fallu faire un dispositif comme sur Netflix, avec tous les épisodes disponibles d’un coup.

L’autre principal problème de la série, c’est sa lenteur. En ce sens, elle copie son aîné, puisqu’elle prend son temps, parfois trop, à un tel point que l’on s’ennuie ferme de temps à autre. D’ailleurs, vers le sixième épisode, on sent une profonde lassitude, qui sera rattrapée par les deux derniers épisodes qui sont vraiment très bons. Mais la série possède aussi quelques passages fulgurants qui montrent que la télévision peut faire jeu égal avec le cinéma. On aura droit à une fusillade urbaine incroyablement dense qui fait de suite écho à Michael Mann. Alors effectivement, une fusillade ne fait pas une série, surtout sur huit épisodes, mais on ne voit pas une telle maestria dans d’autres séries et parfois au cinéma, il est donc important de le notifier.

L’écriture est aussi un point fort de cette saison, puisqu’elle propose une palette de personnages qui ont tous des squelettes dans leurs placards. Ainsi, l’exploration de l’être humain est très sombre, mais fait ressortir le meilleur dans les moments difficiles, et comme le dit si bien l’affiche, nous avons le monde que nous méritons. Nous avons donc des portraits très sombres, assez réalistes, entrainant des caractères dépressifs, voire suicidaires. Et c’est là la grande force de cette saison, c’est que tous les personnages sont intéressants et aucun ne phagocyte l’autre, proposant une vision soit désespérée, soit violente de l’être humain. L’ensemble est emporté par une ambiance incroyable, très urbaine et à la fois très chaude, à l’image de ce pub où une chanteuse de blues décrit un monde sombre avec une voix suave. On est parfois à la limite du cinéma de Lynch, avec beaucoup de symbolique et un final relativement intéressant, qui ne laisse que peu de place à l’optimisme.

true_detective_s2

Au final, True Detective saison 2 marque sa différence avec la précédente saison. Complètement à l’opposé en termes d’ambiance et d’histoire, cette saison se fait injustement bouder parce qu’elle prend le spectateur à revers avec quelque chose auquel il ne s’attendait pas. Et pourtant nous sommes face à une série de grande qualité, qui brasse des thèmes importants tout en ayant une ambiance dense et poisseuse, une gageure que peu de séries ont en ce moment.

Note: 17/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Q4uxGbhO4ag[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.