décembre 8, 2022

L’Age de Glace 4 La Dérive des Continents

l-affiche-du-film

Titre Original: Ice Age: Continental Drift

De : Steve Martino et Mike Thurmeier

Année : 2012

Pays : Etats-Unis

Genre : Animation

Résumé :

Alors que Scrat poursuit inlassablement son gland avec toujours autant de malchance, il va cette fois provoquer un bouleversement d’une ampleur planétaire… Le cataclysme continental qu’il déclenche propulse Manny, Diego et Sid dans leur plus grande aventure. Tandis que le monde bouge au sens propre du terme, Sid va retrouver son épouvantable grand-mère, et la petite troupe va affronter un ramassis de pirates bien décidés à les empêcher de rentrer chez eux…

Avis :

Les films pour enfants, c’est comme le cinéma pour adultes, dès qu’une franchise marche et fait rentrer des sous dans les caisses, on exploite le filon à fond. Sachant fort bien que les enfants font bien fonctionner le porte monnaie des parents, il est donc logique de voir une pléthore de suites de films d’animation à succès. Bien entendu, Disney en connait un rayon, avec toutes les suites qu’ils nous proposent et les sorties DVD plus ou moins audacieuses. Mais s’il y a bien une série qui marche à merveille et qui a droit à des sorties en salles à chaque fois, c’est L’Age de Glace. Après deux premiers opus sympathiques, et un troisième film plutôt décevant car ciblant une population peut-être un peu plus vieille, nous animaux préhistoriques sont de retour avec un quatrième opus, mettant en avant la dérive des continents et l’importance de la famille ainsi que le passage à l’adolescence. Alors sommes-nous comblés ou la série s’enlise-t-elle dans la médiocrité ? Allons voir Manny, Diego, Sid et bien entendu, Scrath !

Comme toute histoire dans l’animation, le scénario demeure fort simple et prend tout ce qui connait un succès en ce moment. Après la fonte des glaces et les dinosaures, voici que l’on a droit à la dérive des continents. Décidément, ces animaux ont une longévité impressionnante ! Scrath, l’écureuil psychopathe qui tente désespérément de récupérer son gland, va déclencher, dans sa folie, la dérive des continents en courant autour du noyau terrestre. C’est alors que Manny, Sid, Diego et la grand-mère de Sid vont se retrouver sur un bloc de glace dans l’océan, alors qu’un exode a lieu pour fuir la montagne qui se déplace. Mais sur l’océan, un autre danger guette, celui des pirates et de leur capitaine, un singe très méchant. Bien entendu cela va donner lieu à une palanquée de situations cocasses et loufoques, déclenchant le rire chez les adultes comme les enfants. Car il faut le dire, cet opus est bien meilleur que son prédécesseur. L’humour y est plus simple, plus accessible pour les enfants, sans être non plus ridicule et bas de plafond. Et c’est là que c’est intéressant, car le film ne met pas seulement en avant des blagues stupides, mais essaye de mettre sur le devant de la scène les différents messages avec des passages drôles et émouvants. Bien entendu, la narration reste assez simple, avec la situation initiale, l’élément déclencheur qu’est la dérive des continents, les péripéties des deux côtés, pour nos héros, mais aussi pour tout la populace qui fait l’exode, la résolution du problème et enfin, la situation finale offerte par un Scrath en grande forme. Ainsi, on retrouve tous les codes du conte et de la littérature enfantine, pour plaire à un maximum de personnes. On reste bien loin de l’ambiance froide du premier opus, les décors se faisant plus colorés et plus verdoyant, mais cela est contrebalancé par la cruauté des pirates et la froideur des embarcations de glace. On repère bien vite qui sont les gentils et qui sont les méchants, ce qui peut paraître comme quelque chose d’assez facile et bien loin de Megamind par exemple.

Scrat-âge-de-glace

Toujours le même qui fait des conneries !

Mais bien au-delà du scénario ou de l’ambiance en elle-même, ce qui est important dans un dessin animé, ou plus précisément dans un film d’animation, c’est l’importance des messages. Vecteur de valeurs morales, ces métrages sont l’occasion de rappeler aux enfants les points forts de notre société et l’importance de choses simples, souvent évidentes, mais parfois oubliées. Ainsi, dans l’Age de Glace 4 la Dérive des Continents, nous avons au moins cinq messages intéressants. Le premier est bien entendu le passage à l’adolescence avec Pêche, la fille de Manny, qui est amoureuse d’un mammouth inintéressant et seulement beau. Elle va alors trahir son meilleur ami, pour mieux resserrer les liens par la suite. Il montre que le passage à l’adolescence et le relationnel avec les autres et sa famille est compliqué à ce moment-là, et que malgré des paroles blessantes, on ne pense pas toujours ce que l’on dit. L’importance de la famille est mise en avant, avec celle de Manny le mammouth, mais aussi avec celle de Sid le paresseux et le voyage avec sa grand-mère, certes pénible, mais qui apporte tant de choses et qui devient très attachante. On peut donc voir que la famille est toujours là dans les moments difficiles et que chaque personne au sein de cette famille est importante. On va aussi retrouver un message très fort sur la communauté et sur les autres. Avec l’histoire entre Kira et Diego, où ce dernier lui explique pourquoi il n’est pas seul et qu’il peut compter sur ses camarades lorsque les coups sont durs. Bien entendu, on retrouvera aussi des messages sur le courage, ou sur le fait qu’être petit ne veut pas dire être faible, et tout cela dans une certaine bonne humeur. Car le film, malgré tous ces poncifs, nécessaires aux enfants, demeure drôle et très souvent malin.

Au final, L’Age de Glace 4 la Dérive des Continents est un bon film d’animation. Drôle, malin, simple et efficace, il fait partie de ces films que l’on peut voir en famille et où personne ne s’ennuie un seul instant. Bien moins décevant que le dernier opus, moins long, allant à l’essentiel, le métrage s’assure une adhérence directe de la part de la jeune génération. Un film agréable que je conseille fortement.

Note : 16/20

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=S4W2Lj3zgqg[/youtube]

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.