novembre 30, 2021

A$AP Rocky – At Long Last A$AP

jbo

Avis :

Beaucoup diront qu’internet est un fléau propice aux pires exactions de l’être humain et un gouffre où la liberté n’a tellement plus de limite qu’elle tue la création et les petits artistes. Seulement, si l’on se place dans un autre contexte, internet est aussi un outil formidable permettant de mettre en avant des artistes qui n’ont pas les moyens de se payer des labels souvent couteux. Entre les Major Company et le portail vidéo qu’offre Youtube ou Dailymotion, il y a de quoi découvrir des gens aux multiples talents. Et ces personnes ne sont pas dupes et savent que cet outil peut leur changer la vie comme il l’a fait pour le rappeur A$AP Rocky. Encore inconnu il y a quatre ans, le rappeur sort une mixtape en 2011 qui va le propulser devant des millions de vues et lui permettre de signer un contrat de 3 millions d’euros avec le label Sony et RCA. C’est en janvier 2013 que sort son premier album, qui aura beaucoup de retard car le jeune homme a du mal à obtenir des droits d’auteur sur ses instrus. Néanmoins, il ne chôme pas et apparait dans plusieurs featuring avec notamment 2 Chainz, Lana Del Rey ou encore Mackelmore. Autant dire que son deuxième album était attendu par de nombreux fans et si eux ne seront pas déçus, les réfractaires au rap le seront forcément face au buzz engendré par ce rappeur.

Le skeud commence pourtant de façon forte intéressante avec Holy Ghost. Le morceau possède une instru parfaite à basse de guitare discrète mais techniquement parfaite et donnant une mélancolie incroyable, avec un refrain qui rappelle un peu le gospel. On ne retrouvera cette prise de risque que très loin dans le skeud avec Pharsyde mais de manière moins prégnante. Le plus surprenant, c’est que le rap du monsieur rappelle celui de Snoop Dogg et peut parfaitement s’assembler avec un aspect rock rétro qui n’a pas assez exploité et c’est bien dommage. Alors derrière cette absence de prise de risque, que reste-t-il ? Certains morceaux sauvent l’album d’un ennui conséquent. On peut tout d’abord parler de Everyday avec Rod Stewart, Miguel et Mark Ronson. Le style est au confluent du rap et de la soul avec une prépondérance pour la première option. Le tire doit beaucoup à son refrain à la voix cassée, mais en dehors de cela, il n’a rien d’extraordinaire, juste qu’il sort un peu l’album d’un rap assez facile et sans grande saveur. On peut aussi parler de quelques titres purement rap mais bien foutus comme L$D ou Excuse Me, qui sont sans featuring et qui montre que A$AP Rocky a des idées et peut proposer autre chose qu’un conglomérat commercial pour satisfaire les fanas de flow.

uhkn

Parce que niveau moment commercial, le skeud est une ode à ce que le rap sait faire depuis des années sans jamais tenter autre chose. Les featuring s’enchainent à vitesse à grand V sans que pour autant l’auditeur puisse pleinement profiter d’un morceau. Et lorsqu’un morceau semble plutôt long et cool, il possède des ruptures trop hachées. Il faut croire que le rappeur ne savait pas comment passer d’un son à un autre dans le titre et du coup, il propose des changements abrupts passant du coq à l’âne. L’exemple le plus flagrant est Jukebox Joints qui est un concept embarrassant entre un chant soul/gospel et un rap classique qui change radicalement d’instru en faisant comme un grésillement de radio. Cela casse le rythme et ne semble pas adéquate à ce genre de musique. On retrouve la même chose avec Max B juste après qui flirte avec le n’importe quoi. Et c’est dommage parce que les idées sont là, l’instru aussi, mais la structure ne convient pas et stagne trop. Pour le reste, on pourrait saluer la générosité du skeud avec ses dix-huit titres, mais malheureusement, le revers de la médaille, c’est que l’on ne retient aucun morceau.

Au final, At Long Last A$AP, le deuxième album d’A$AP Rocky, n’est pas mauvais mais il ne se démarque pas des autres productions de rap américain qui sortent chaque semaine par pelletés. Si on sent une influence au niveau de la soul ou du gospel, il manque vraiment un peu d’émotion et de prise de risque pour faire un bon album. Bref, un buzz pas vraiment mérité autour de quelque chose de franchement classique et sans surprise.

  1. Holy Ghost feat Joe Fox
  2. Canal St. Feat Bones
  3. Fine Whine feat Future & M.I.A.
  4. L$D
  5. Excuse Me
  6. JD
  7. Lord Pretty Flacko Joyde 2 (LPFJ2)
  8. Electric Body feat Schoolboy Q
  9. Jukebox Joints feat Joe Fox & Kanye West
  10. Max B feat Joe Fox
  11. Pharsyde feat Joe Fox
  12. Wavybone feat Juicy J & UGK
  13. Westside Highway feat James Fauntleroy
  14. Better Things
  15. M’$ feat Lil Wayne
  16. Dreams (Interlude)
  17. Everyday feat Rod Stewart & Miguel & Mark Ronson
  18. Back Home feat Mos Def & Acyde & Yams

Note: 10/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=yEG2VTHS9yg[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.