septembre 27, 2022

Les Chaussons Rouges

11349947_1107150549298353_1446465288_n

Titre Original : The Red Shoes

De : Michael Powell et Emeric Pressburger

Avec Anton Wallbrook, Moira Shearer, Marius Goring, Robert Helpmann

Année: 1949

Pays: Angleterre

Genre: Musical

Résumé:

Vicky, danseuse, et Julian, compositeur, sont engagés dans une troupe de ballet. Tyrannique, le directeur pousse Vicky à s’identifier à l’héroïne du ballet « Les Chaussons rouges ». Elle y sacrifie tout, même son amour pour Julian.

Avis :

Michael Powell et Emeric Pressburger, c’est dix-sept ans d’une collaboration des plus fructueuses. Alors que Michael Powell a déjà une filmographie imposante, il va faire la rencontre vers la fin des années 30 d’Emeric Pressburger, un jeune scénariste. Très vite, le duo collabore ensemble d’abord au scénario pour enfin réaliser en 1942 leur premier film en commun, « Un de nos avions n’est pas rentré« . S’en suivront alors pas moins de seize films, dont « Une question de vie ou de mort« , « Le Narcisse noir« , « La Renarde » ou encore « La Bataille du Rio de la Plata« , et bien sûr, ce culte « Les Chaussons rouges« , film référence de Martin Scorsese.

« Les chaussons rouges« , un titre dont j’ai souvent entendu parler. Film référence pour beaucoup d’artistes de Scorsese à Darren Aronofsky, c’est un titre qui est cité à plusieurs reprises. J’avais aussi entendu parler du duo de réalisateur, dont un ami m’a extrêmement bien vendu leur cinéma et surtout « Le Narcisse noir » (que j’ai commandé du coup), alors dès que j’ai pu mettre la main dessus, je me suis rué sur ce film de danse et d’amour de la fin des années quarante et je ne suis vraiment pas déçu de mon achat, puisque j’ai passé un moment excellent, presque rêvé. « Les chaussons rouges » est un film dont l’histoire est un très joli moment d’émotion sublimée par une mise en scène à la beauté hypnotique !

11164077_1107150609298347_619710349_n

Victoria Page est une jeune danseuse débutante qui rêve de passer sa vie sur scène. Julian Craster est un compositeur talentueux mais peu reconnu. Ces deux personnes qui ne se connaissent pas encore sont engagées par Boris Lermontov, un directeur de ballet. Lermontov exige de ses artistes qu’ils se dévouent entièrement à leur œuvre, sans aucune restriction, car pour lui, c’est comme ça qu’on atteint la perfection et c’est pour ça que sa troupe est l’une des plus renommées du monde. Victoria et Julian sont engagés pour un nouveau spectacle, « Les chaussons rouges », que la troupe devra imaginer, concevoir, mettre en scène en trois semaines pour pouvoir jouer sur la scène de Monte-Carlo. Tout se passe alors parfaitement, Victoria est la star du ballet et la musique de Julian est superbe. Les deux artistes commencent alors à se fréquenter, et ce n’est pas du tout du goût de Lermontov.

Magique, magnifique, doté d’une mise en scène incroyable, pour ma première incursion dans l’univers du duo britannique, j’ai fait un très joli choix. Le film n’est peut-être pas le chef d’œuvre dont j’ai tant entendu parler, je l’ai trouvé un poil trop long, il n’empêche que j’ai passé un très beau moment, rare et dépaysant.

L’histoire en elle-même est très simple avec une trame et un fil rouge qui restent assez basiques, mais ça ne veut pas dire qu’on ne prend pas plaisir à la suivre, ni même que c’est inintéressant. J’ai beaucoup aimé comment les deux réalisateurs parlent de l’amour et la force que celui-ci peut avoir sur le travail de l’autre et inversement. Je pense que si les deux personnages sont aussi bons dans leur art, c’est aussi parce qu’ils sont amoureux l’un de l’autre.

Bon, malheureusement avec le nombre de films que j’ai vu avant, je dois dire que pour une découverte, le film avait un arrière-goût de déjà-vu, mais qu’importe, car l’histoire reste belle, terrible, profonde, douloureuse, passionnée et romantique et encore plus quand on replace le film dans son époque. Les choix que vont devoir faire les différents personnages sont intéressants, même si connus d’avance. Le scénario est habile en ce qui concerne certains personnages et le film a des traitements pas mal du tout. Tout en subtilité, ce qui m’a beaucoup plu. Je pense principalement au personnage de Boris Lermontov. Puis j’ai trouvé qu’il nous décrivait de manière intéressante les coulisses d’un opéra à cette époque-là.

J’ai bien aimé l’histoire, mais là où le film m’a totalement hypnotisé, c’est dans sa mise en scène. C’est tout bonnement fabuleusement beau. Les images, la composition d’un plan, les décors, la couleur vive des costumes, des scènes, la photographie, tout, absolument tout est parfait et c’est ce qui a rendu mon visionnage d’autant plus incroyable. Le film dégage même un côté irréel, presque onirique. Les scènes de ballet sont tellement belles à regarder, même seules, en dehors du film, il y a vraiment quelque chose qui captive et je regrette tellement les certaines longueurs qui se font ressentir parfois au cours de l’histoire.

Le trio d’acteurs pour ce film est aussi captivant que sa mise scène. Moira Shearer est d’un talent, d’une émotion et d’une beauté fascinants. Elle incarne à merveille l’amour, la passion et les tiraillements de femme. Ses dernières scènes sont saisissantes. Marius Goring, qui incarne Julian Craster, dégage un petit côté drôle, amusant et gauche, qui lui va bien. Quand on le regarde, avec ce charme, on comprend aisément que Victoria ait pu en tomber amoureuse. Et enfin, il y a l’énigmatique et froid Anton Wallbrook, qui incarne avec fermeté et droiture, le directeur Boris Lermontov. L’acteur jetterait presque un frisson dans le dos, tant son personnage est à double tranchant. Il y a aussi Leonide Massine, qui joue Grischa Ljubov, le chorégraphe et danseur, qui est la touche comique qui m’a fait rire avec ses vannes et ses crises.

11330450_1107150665965008_1110515628_n

« Les chaussons rouges » est donc un très grand film sur la danse certes, mais aussi sur l’amour, la passion, et le don de soi. Jusqu’où est-on prêt à aller pour une passion et surtout à quoi pouvons-nous renoncer ? Maintenant, j’ai très très hâte de recevoir « Le Narcisse noir » !

Note : 16/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=LGTa6pJX044[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.