janvier 29, 2022

The Proposition

11287289_1096167650396643_1419509952_n

De : John Hillcoat

Avec Guy Pearce, Ray Winstone, Danny Huston, John Hurt

Année: 2005

Pays: Angleterre, Australie

Genre: Western

Résumé:

Dans l’arrière-pays australien, à la fin du XIXème siècle, deux hommes situés aux deux extrémités de la loi passent un marché secret et décisif…Le Capitaine Stanley s’est juré de « civiliser » le pays sauvage australien. Ses hommes ont capturé deux des quatre frères du gang Burns : Charlie et Mike. Les bandits ont été jugés responsables de l’attaque de la ferme Hopkins et de l’assassinat de toute une famille.
Arthur, le plus âgé des frères Burns et chef du gang, s’est réfugié dans la montagne. Le Capitaine Stanley propose alors un marché à Charlie : retrouver son frère aîné en échange de son pardon, et de la vie sauve pour le jeune Mike. Charlie n’a que neuf jours pour s’exécuter…

Avis :

John Hillcoat, c’est un réalisateur australien qui a la très belle habitude de me mettre des claques à chaque fois que je découvre l’un de ses films. Hillcoat, c’est quand même le réalisateur des géniaux « La route » et « Des hommes sans loi« , deux films qui intégrèrent mes tops des années dans lesquelles ils sont sortis.

Dans les années 2000, le cinéma nous a proposé peu de western. Personnellement, c’est un style que j’aime, mais je dois dire que j’arrive à trouver peu de films dans le style qui arrive à vraiment me faire vibrer. Sorti chez nous en 2009, alors que le film date de 2005, (l’excellence de la route y est surement pour quelque chose), « The Proposition » est un film que j’adore. Pour son quatrième film, le réalisateur a fait le pari du western et le résultat est aussi beau que dur. Violent, original, immersif, « The proposition » ne lâche pas son spectateur jusqu’à son dernier plan.

11289914_1096167730396635_1712645168_n

Australie, à la fin du XIXème siècle, le capitaine Stanley s’est fait une promesse, celle de civiliser le pays et c’est dans cet esprit qu’il a passé un marché avec Charlie Burns, un des frères du clan Burns. Si ce dernier ne veut pas voir son jeune frère Mickey pendu le jour de Noel, il doit retrouver et tuer son aîné, Arthur, qui est le responsable de crimes horribles. Une proposition aussi dure à prendre que fourbe, car Charlie doit livrer un frère pour en sauver un autre et il ne lui reste plus que neuf jours avant Noel. Comment retrouver son frère dans l’immensité du désert australien ?

« The Proposition » est un film rudement mené par son réalisateur. C’est un film, qui avant même d’avoir mis les yeux dessus, est porté par une superbe promesse. Imaginez un peu, Hillcoat à la réalisation, Nick Cave au scénario, mais aussi à la bande originale (il a d’ailleurs signé l’une de mes BO préférées avec « L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford« ) et un sacré casting de gueules. Ajouté à ça une bande-annonce alléchante, on peut dire que John Hillcoat sait nous prendre par les sentiments et comme en plus le réalisateur ne s’est encore jamais trompé, on ne peut que fantasmer de ce que va être « The Proposition« .

La premièrement chose qui me vient à l’esprit, c’est la violence de ce film, tant dans ses thèmes qu’il aborde de manière très brute (Un frère qui doit en tuer un autre pour sauver le plus jeune. Les conductions de la vie de Mickey en prison, la violence physique et psychologique qui lui est faite, la vie redoutable dans cette Australie désertique, puis à cette époque), que visuellement parlant, certaines scènes sont d’un réalisme perturbant. Le réalisateur n’y va pas par quatre-chemins, et à plusieurs moments, j’ai trouvé son film asphyxiant. En fait, John Hillcoat réalise un western comme on en fait plus, ou que trop rarement, puisque Tarantino a quelque peu remis le style au goût du jour.

L’histoire est géniale et a le mérite de ne ressembler à aucune autre. Sur une idée de Nick Cave, le complice de toujours (il a travaillé sur tous les films du réalisateur), « The Proposition » est captivant jusqu’au bout. J’adore la manière dont le réalisateur nous immerge totalement dans son intrigue. Le film possède une ambiance étouffante, c’est poisseux et en même temps bercé par la beauté aveuglante des couchers de soleil australiens. C’est un film très instinctif, Hillcoat laisse ses personnages évoluer à leur manière. Alors que l’histoire est terrible et qu’elle réserve plusieurs scènes d’une grande violence, bizarrement, je trouve que « The Proposition » est aussi le film le plus clair et lumineux de son réalisateur. Visuellement, le film est d’une beauté sidérante, la photographie est incroyable (sa plus belle à ce jour). C’est hallucinant comme les images sont belles. L’histoire évolue dans des décors somptueux. John Hillcoat a très bien su capter la chaleur de son pays et de cet endroit fabuleux.

La musique composée par le duo Nick Cave et Ellis Warren est aussi grande que le film est bon. Elle donne une atmosphère étrange, mélancolique, et mystique à la fois. Encore une fois, Nick Cave offre une BO impeccable qui accentue un peu plus l’originalité de ce film.

Puis je vais terminer par ce casting hors normes. Le réalisateur a réuni devant son objectif des comédiens, qui pour beaucoup vont évoluer dans un registre dans lequel on ne les avait pas encore vus. Guy Pearce est terrible dans le rôle de frère tiraillé et convaincu à la fois. Ray Winstone est toujours aussi charismatique. John Hurt est excellent dans un petit rôle. On trouve aussi la jolie Emily Watson. C’est aussi comme une évidence (de par son histoire) que l’on retrouve le trop rare David Gulpilil. Puis il y a Danny Huston, qui joue le frère que Guy Pearce doit descendre et l’acteur est phénoménal. On dirait une bête sauvage aussi bien dans sa démarche que dans son look. Il est brutal, et pourtant très tendre en même temps. Il a un côté blanc très touchant et un côté noir terrifiant, et il joue parfaitement avec la frontière et finalement, malgré que ce soit une très grosse pourriture, on s’attache à lui.

11356162_1096167800396628_1657466478_n

Pour conclure cet éloge, je dirais que John Hillcoat a fait un film terrible de bout en bout. « The Proposition » est un film que j’aime voir et revoir et je ne m’en lasse pas. C’est un western tragique et poétique à la fois. Un western à la beauté dépaysante. John Hillcoat a décidément tout compris au cinéma.

Note : 18/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=UZhDHPhjnC8[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.