juin 29, 2022

Jurassic Park 3 – Dead Island

69199752_af.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Joe Johnston

Avec Sam Neill, Alessandro Nivola, William H. Macy, Tea Leoni

Année: 2001

Pays: Etats-Unis

Genre: Fantastique, Aventure

Résumé:

Huit ans après les événements surréalistes survenus lors de sa visite au Jurassic Park du richissime John Hammond, le paléontologue Alan Grant se rappelle toujours de sa rencontre, d’abord magique puis effroyable, avec ces dinosaures ramenés à la vie grâce aux incroyables progrès de la génétique. À l’origine, ces créatures de la Préhistoire n’étaient pas censées se reproduire ni survivre, mais elles ont déjoué les plans des scientifiques. Elles sont probablement toujours en vie sur l’île Isla Sorna.Alan étudie l’intelligence des vélociraptors. Cependant, il manque de subventions pour financer ses recherches. Paul Kirby et sa femme Amanda, un couple richissime, lui proposent alors une grosse somme d’argent s’il leur fait survoler la fameuse île. Alan accepte leur offre. Mais celui-ci flaire une entourloupe lorsque le pilote amorce sa descente sur l’île. Il découvre alors les vraies raisons de l’excursion organisée par les Kirby : sauver Eric, leur fils disparu dans les environs. Ces derniers avaient besoin de son aide, car il est le seul à connaître l’île et ses mystérieux occupants. Cependant, au moment où l’avion s’apprête à redécoller, un spinosaure tente de piétiner l’appareil…

Avis:

Les dinosaures sont des bestioles qui fascinent l’imagination commune. Il faut dire que ces belles bêtes ayant vécu sur notre terre il y a des millions d’années ont de quoi rendre imaginatif. Gigantesques, dangereuses, variés, les dinosaures sont un vestige inépuisable de notre mémoire mais aussi de la nature. De ce fait, il fallait bien que des écrivains, des scénaristes et des réalisateurs se lancent dans des adaptations pour essayer de voir ce que pourrait être la vie d’aujourd’hui avec des dinosaures. Michael Crichton a signé les deux premiers livres qui furent adaptés en film par le grand Steven Spielberg, et la recette a été si fructueuse, qu’un troisième épisode vit le jour en 2001. Exit le grand réalisateur, il pioche dans sa réserve pour ne rester que producteur et donne le projet à un certain Joe Johnston qui avait mis des étoiles plein les yeux des enfants avec des films comme Les Aventures de Rocketeer, Jumanji ou encore Richard au Pays des Livres Magiques. Mais le film est-il réussi pour autant?

033338.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

On peut se poser la question puisque ce troisième volet clôturera la saga et il faudra attendre près de quatorze ans pour avoir un nouvel épisode de la saga avec Jurassic World. Alors il est vrai que le film reste en dessous des deux premiers (même si certains préfèreront celui-ci au Monde Perdu), la faute à un scénario qui n’est qu’un prétexte pour refournir un survival au milieu des dinosaures, mais force est de constater que le film fonctionne tout de même et qu’il se révèle fort divertissant.

Le docteur Alan Grant a besoin d’argent pour financer ses recherches. Il tombe alors sur un couple de milliardaires voulant survoler l’île de Isla Sorna pour voir les dinosaures. Devant le montant du chèque, il accepte de les accompagner, mais il sent le vent tourner lorsque le couple décide d’atterrir sur le sol de l’île. Le docteur va alors découvrir que les milliardaires ne sont que de simples vendeurs de cuisines et qu’ils ont perdu leur fils sur cette île. Leur quête est maintenant de le retrouver et de survivre.

Après la découverte d’un parc d’attractions, après la partie de chasse, il fallait une nouvelle anecdote, une nouvelle raison pour envoyer des humains sur l’île où crèchent les dinosaures Cette raison sera la recherche d’un fils égaré. Malheureusement, au niveau du scénario, on sera proche de zéro, avec un blockbuster purement hollywoodien, dans la veine de ce qu’il se faisait dans les années 2000. C’est-à-dire un sauvetage réussi dans un univers immense. C’est d’ailleurs là le principal problème du film qui ne mettra jamais en doute la réussite de l’épreuve. De ce fait, l’enfant est retrouvé par le plus grand des hasards et chaque moment de tension est annihilé par le fait que l’on sait que tout le monde va s’en sortir. C’est dommage car les acteurs sont plutôt bons et certaines situations sont vraiment bien foutues comme la cage des ptérodactyles ou encore le combat final contre le spinosaure avec des flammes de partout sur l’eau.

Joe Johnston n’est pas un manche et le montre avec ce film et même si cela reste moins fort que du Spielberg, (il y a moins de scènes cultes ou vouées à devenir cultes), certains passages sont très plaisants comme la brume dans la cage des ptérodactyles. Néanmoins, si les relations humaines sont importantes au sein de chaque Jurassic Park, dans ce troisième volet, on frôle la niaiserie. Bien évidemment, cette recherche et cette survie sera l’occasion pour le couple de renouer des liens et de se remettre ensemble, à la grande joie du fils. Du coup, on se retrouve avec des dialogues insipides au sein d’une jungle dangereuse, où vraisemblablement les protagonistes sont sûrs d’en sortir vivants. Cela enlève de la tension et ne permet pas véritablement de se prendre d’affection pour eux. Enfin, les dinosaures sont plutôt bien foutus et cela fait du bien de changer des T-Rex, mais les vélociraptors sont devenus des enfants de chœur et c’est bien dommage.

69199753_ph3.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Au final, Jurassic Park 3 est certainement le moins bon de la trilogie, mais il reste tout de même un excellent divertissement. Durant bien moins longtemps que ses aînés (on passe de deux heures à une heure et demi), le film va à l’essentiel et ne laisse que peu de répit. On pestera seulement contre le manque de crédibilité dans le centre de l’histoire (comment peut-on retrouver un enfant dans cette jungle? Pourquoi le seul spinosaure va-t-il directement attaquer le petit gibier que sont les humains?) et l’importance donnée au couple dont la réconciliation mange l’apparition des dinosaures. Bref, un film divertissant malgré ses défauts.

Note: 14/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=gjIaV6CU0wA[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.