décembre 3, 2021

Le Code Midas – Boyd Morrison

1406-midas_org

Auteur : Boyd Morrison

Editeur : Bragelonne

Genre : Thriller

Résumé :

L’ingénieur militaire Tyler Locke est mis à l’épreuve par un criminel dans l’ombre, l’obligeant à désamorcer une bombe sur un ferry en quelques minutes. Le mystérieux commanditaire, qui a kidnappé son père, lui impose alors une mission impossible : retrouver le trésor perdu du roi Midas. Entraînés dans une course effrénée aux quatre coins du monde, Tyler et Stacy, une intrépide linguiste, ont à peine cinq jours pour résoudre une énigme qui résiste à l’humanité depuis deux mille ans…

Avis :

Débarqué tardivement en France, L’arche révélait en début d’année un auteur talentueux avec qui il faut dorénavant compter : Boyd Morrison. Là où l’on aurait pu croire à un énième thriller ésotérique sans grande originalité, on découvrait une histoire singulière, forte et emmenée sur un rythme effréné. Intelligent et accessible, il en résultait un plaisir de lecture évident au fil des pages. Quelques mois s’écoulent avant que Bragelonne réduise l’écart des publications outre-Atlantique afin de ne pas priver l’hexagone de romans plus que recommandables. C’est donc confiant et impatient que l’on aborde ce deuxième tome des aventures de Tyler Locke.

Fidèle à son précédent ouvrage, l’auteur démarre sur les chapeaux de roue avec une tentative d’attentat. Les premières lignes immergent tandis que les suivantes confirmeront l’excellence d’une progression qui ne faiblira à aucun moment. Cela paraîtrait assez facile si l’intrigue ne proposait pas un enchaînement d’événements cohérents et complémentaires au service d’un fil rouge non moins intéressant à explorer. Chapitres courts, style d’écriture percutant et varié, maîtrise quasi parfaite des séquences d’action, sans oublier des dialogues mesurés sans monopoliser le devant de la scène, Le code Midas est avant tout un bijou d’équilibre sur le plan technique.

Mais le sujet principal n’est pas en reste : le pouvoir de Midas. Là où L’arche démontrait quelques difficultés à faire se succéder sa tension permanente à son thème (l’arche de Noé), le présent ouvrage jongle entre les deux aspects du récit pour présenter un traitement homogène afin d’alterner les situations sans lasser. La documentation n’impose pas un côté didactique, mais s’incorpore à la fiction de manière subtile, presque naturelle. On a bien sûr droit à l’exposition de la légende née d’un fait historique, mais aussi une théorie pour le moins originale sans être farfelue pour autant.

On compte également une partie technologique recherchée (les explosifs binaires, le strontium 90…) où les explications offrent une compréhension globale et tangible du fonctionnement des outils employés par les différents intervenants. Qu’il s’agisse de têtes connues ou de nouveaux venus, ils dévoilent vite leur nature. On pourrait reprocher ce manque d’ambiguïtés qui auraient rendu leur évolution plus crédible. Néanmoins, le manichéisme généré permet de rapidement s’identifier ou détester tel ou tel protagoniste. On ressent aussi une légère amélioration concernant Tyler Locke qui, petit à petit, révèle des failles personnelles.

Pas de soucis à se faire, il demeure pour autant ultra-compétent dans tous les domaines qu’il touche. Si Jordan Orr, le bad-guy de service, possède des motivations solides et assez inattendues, on sera plus mitigé sur sa sœur ennemie : Gia Cavano. Une femme froide et impassible mue par des considérations plus sommaires. C’est également le cas d’Orr (un nom prédéterminé), mais les méthodes sont plus subtiles et tortueuses. Le cadre n’est pas en reste puisqu’il nous propose une course-contre-la-montre à travers le globe : les États-Unis, l’Allemagne, la Grèce… Autant de destinations décrites sans complaisance ; ce qui permet à l’environnement de s’insérer comme élément primordial du livre sans le submerger de détails inutiles.

Au final, Le code Midas confirme le talent de Boyd Morrison pour nous offrir des histoires exigeantes et originales à plus d’un titre. Une progression sans temps mort, une intrigue ficelée avec savoir-faire, un sujet peu usité dans le genre, sans oublier son développement réaliste non dénué de certaines ouvertures de réflexion sur les implications d’un tel pouvoir, ce second roman reprend la recette de son aîné sans pour autant se reposer sur ses lauriers. On y dénote une légère évolution tant dans le fond que dans la forme. Il en ressort un thriller à l’efficacité imparable grâce à un savoureux mélange de légendes, de faits historiques et d’hypothèses scientifiques.

Note : 17/20

Par Dante

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.