octobre 29, 2020

Valentine’s Day

valentines_day

De : Garry Marshall

Avec Julia Roberts, Jessica Alba, Asthon Kutcher, Bradley Cooper, Jamie Foxx, Jessica Biel, Jennifer Garner, Patrick Dempsey, Taylor Lautner, Taylor Swift, Topher Grace, Anne Hathaway, Eric Dane

Année: 2010

Pays: Etats-Unis

Genre : Comédie/Romance

Résumé:

Les destins croisés de couples qui se séparent ou se retrouvent, de célibataires qui se rencontrent à Los Angeles, le jour de Saint-Valentin…

Avis :

Le film choral est un genre un peu particulier. Il ne s’agit pas de voir des tonnes de gamins habillés en Jacquard chantant la Marseillaise ou encore la sempiternelle chanson du film Les Choristes, parce que cela serait chiant et qu’en plus, cela aurait que peu d’intérêt au cinéma. En fait, le film choral est une réunion de plusieurs destins qui vont s’entrecroiser au travers de connaissances ou de conséquences sur certains faits. Bien entendu, il existe un spécialiste pour cela, et c’est Paul Haggis. Il marque d’ailleurs de son empreinte le film choral avec Collision, un film fort avec plein de messages subversifs à l’intérieur. Avec Valentine’s Day, la donne va être totalement différente, puisque nous ne sommes pas dans le drame, mais dans la romance toute gentille avec une pléthore d’acteurs connus lors de la Saint-Valentin, vous savez, la fête des amoureux qui est devenu un grand phénomène commercial. Alors le film est-il correct ? Ai-je été touché par ce métrage ? La vie, c’est comme une boîte de chocolats, à force de manger trop de douceurs, on a mal au cœur et au foie…

L’histoire de Valentine’s Day commence par tout ce que je déteste dans les films. A savoir un beau gosse qui fait sa demande en mariage à une nana magnifique, qui accepte. Il raconte donc son bonheur à tout le monde et tout le monde est étonné. Ce gentil jeune homme travaille en tant que fleuriste et il va avoir la rencontre de sa meilleure amie, qui est magnifique aussi ! Elle lui dit que pour la saint-valentin, elle prend l’avion rejoindre son homme. Or, il se trouve que le fleuriste découvre que l’homme en question est déjà marié, alors il va tout faire pour la dissuader de partir. Entre temps, on va voir un couple de vieux qui se pose des question sur leur couple et sur les cachotteries du passé, on a une jeune femme un peu délurée qui fait du sexe par téléphone et qui s’éprend d’un connard égoïste, et puis on a le footballeur américain gay sans oublier la femme militaire qui rentre chez elle. Bref, tout cela fleure bon l’aigle royal américain et le sentimentalisme à deux balles qui a une arrière odeur de parfum pour chiottes. Car sans être vraiment nauséabond, le film ne réserve aucune surprise et a même le mérite d’avoir une morale plus que douteuse. Je ne spoilerai personne en disant que la morale du film, c’est : tape toi ta meilleure amie même si elle est avec quelqu’un ! Autant dire que tous les remords ou encore la conscience ne vient rien faire là-dedans. Mais bon, on a encore des gens qui disent, je l’ai dans la peau, je ne peux pas m’en défaire, même s’il est marié, il me le faut et je ferai tout pour l’avoir. Bravo, quelle morale ! Mais ce qui m’a le plus choqué dans ce film, c’est que toutes les personnes que l’on croise sont belles. Pas de grosses, pas de moches, pas de types tout maigre et boutonneux. Bref, c’est un conditionnement vraiment écœurant et pas du tout représentatif de la population. L’autre gros défaut, c’est l’ambiance rose bonbon et ce parfum délicat de bienséance qui emplit le film. Au bout d’un moment, j’ai vraiment cru que j’allais me tirer une balle dans la tête tellement tout cela fleure l’irréel et l’utopie. Si vous lisez ces lignes, vous êtes persuadés que j’ai détesté ce film, et pourtant, je l’ai trouvé moyen. Si l’ambiance et la finalité du film m’ont révulsé, il faut dire que les acteurs semblent vraiment prendre du plaisir dans leur rôle et j’ai même éprouve un plaisir malsain dans une scène en particulier.

Jennifer-Garner-dans-Valentines-Day

Tu as raison Jennifer, il faut vraiment faire quelque chose pour cette déco !

Il faut dire aussi que le film s’est doté d’un casting plus que costaud avec des acteurs et actrices en vogue à Hollywood. Le premier personnage que l’on voit est Ashton Kutcher. Il est le fleuriste en question, fou amoureux de Jessica Alba (comme je le comprends !) et qui la demande en mariage. Il reste assez convaincant. Sa meilleure amie est interprété par Jennifer Garner (décidément, il est bien entouré !) qui joue le rôle d’une institutrice qui est amoureuse d’un chirurgien qui est déjà marié. Elle joue bien aussi. Patrick Dempsey joue le chirurgien en question et en tant que salaud, il est trop fade. Jessica Alba joue un rôle mineur et on ne la verra que deux fois sur la pellicule. Anne Hathaway, la nouvelle Catwoman selon Nolan joue une jeune nana qui cumule un job de secrétaire et un job de sexe par téléphone. Elle reste fraîche et sympathique. Elle s’éprend de Topher Grace, un jeune égoïste qui va comprendre que l’amour est plus fort que ses idéaux. On a aussi Eric Dane qui sort de Grey’s Anatomy pour jouer un footballeur américain professionnel qui fait son coming out. On a aussi Bradley Cooper qui joue un homme dans un avion et qui discute avec une femme militaire incarnée par Julia Roberts. Et puis il y a aussi Taylor Lautner qui joue un étudiant musclé amoureux d’une blonde insipide et insupportable incarnée par la chanteuse Taylor Swift. Ah, et j’oubliais Jessica Biel qui joue l’agent de Eric Dane et qui s’éprend du journaliste sportif joué par Jamie Foxx. Bref, tout ce petit monde se côtoie, se paye des bouffes et s’éclate bien. De manière générale, on n’a pas à se plaindre de la distribution et des rôles. Seulement, encore une fois, c’est tout ce qui gravite autour qui est pénible, entre les querelles pour tromperie mais que l’on doit pardonner au bout d’un certain temps, ou encore l’amour juvénile d’un jeune garçon pour sa maîtresse de classe. Tout cela, c’est du déjà vu et revu et n’a pas le moindre intérêt. D’autant que la réalisation est insipide au possible.

Au final, Valentine’s Day est un film choral romantique franchement limite. Si le casting est impressionnant et les acteurs convaincants, la morale de fin reste plus que douteuse et les clichés vont bon train. Entre les deux homos, les fous du travail qui trouvent l’amour, le mec qui se tape sa meilleure amie, le gars riche qui décide finalement de se faire la jeune fille pauvre, il ne manque plus que les juifs qui tiennent un commerce, les lesbiennes qui font l’armée et l’accusé à tort qui met en cloque sa femme et on est parfaitement dans le rêve américain. Bref, un film tout juste moyen.

Note : 09/20

Image de prévisualisation YouTube

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.