mai 25, 2022

Arrow Saison 2

Season_2_first_promo

Sur une idée de : Andrew Kreisberg

Avec Stephen Amell, Willa Holland, Katie Cassidy, David Ramsey

Pays : Etats-Unis

Genre : Action

Nombre d’Episodes : 23

Résumé :

Les nouvelles aventures de Green Arrow/Oliver Queen, combattant ultra efficace issu de l’univers de DC Comics et surtout archer au talent fou, qui appartient notamment à la Justice League. Disparu en mer avec son père et sa petite amie, il est retrouvé vivant 5 ans plus tard sur une île près des côtes Chinoises. Mais il a changé : il est fort, courageux et déterminé à débarrasser Starling City de ses malfrats…

Avis :

Si Marvel a investi très rapidement les grands écrans pour mettre en avant ses super-héros, DC, l’autre grande boîte de production de comics, a mis un peu plus de temps, ne mettant en avant que deux super-héros, Superman et Batman. Par contre, s’il y a un endroit où DC a la main mise depuis des années, c’est sur le petit écran. Très rapidement la firme a fidélisé de nombreux spectateurs avec des séries plus ou moins réussies mais qui ont eu leur petit succès comme Batman, Smallville ou encore Arrow. Et ce n’est pas terminé puisque la firme a lancé d’autres séries comme The Flash et Gotham. Alors que Marvel n’a lancé qu’une série pour le moment et qu’elle ne fonctionne pas tellement avec Agent of S.H.I.E.L.D. Alors que la troisième saison de Arrow commence outre-atlantique, revenons un petit peu sur la deuxième qui est beaucoup mieux que la première.

049453.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le forum des associations se passent mal entre les archers et les hockeyeurs.

On avait terminé la première saison avec la mort du meilleur ami du héros et une ville en ruine, étant donné que le grand méchant Malcolm Merlyn avait lancé son arme expérimentale reproduisant les séismes. Cette deuxième saison commence tranquillement, avec un nouveau méchant mineur dans chaque épisode. On aura toujours des flashbacks sur la vie sur l’île, jusqu’à ce qu’arrive le secret du Mirakuru. Il s’agit d’un remède qui rend les hommes surpuissants, mais qui corrompt leur esprit ou leur physique. Mis au point par les japonais durant la seconde guerre mondiale, ce poison refait surface à Starling City et un mercenaire du nom de Deathstroke commence à semer la terreur et à menacer la famille d’Oliver Queen, alias The Arrow. Donc pas de surprises, la série continue son petit bonhomme de chemin, en empruntant les méchants du comics.

Et les fans hardcore de la version papier risquent d’être fort contents malgré les libertés prises concernant les relations entre les personnages. On notera l’effort pour fournir un « bestiaire » intéressant avec des méchants et des héros qui correspondent bien aux comics.  On retrouvera donc Deadshot, mais aussi et surtout Deathstroke, Tigre de Bronze ou bien la ligue des assassins. Ainsi la série va tisser des liens avec les autres héros ou méchants des comics, énonçant souvant le nom de Ra’s Al-Ghul, le méchant de Batman, ou encore en ayant un aperçu du nouveau Flash et de Black Canary. Les plus assidus reconnaîtront sans peine la Suicide Squad, une bande de super-héros composée exclusivement de méchants, et une touffe de cheveux appartenant à Harley Quinn. Du coup, on peut dire que le matériau de base est assez respecté et cela est assez plaisant.

Cette saison est plus réussie que la précédente car elle montre que le justicier n’est pas infaillible, mais qu’il possède aussi des démons et que sa double vie complique les choses. On aura aussi des enjeux politiques et les liaisons avec le passé du héros sont plutôt bien vues, donnant un certain sens aux raisons de Deathstroke. On peut aussi dire que les épisodes s’enchainent de manière adéquate, réservant toujours son petit lot de surprises et de découvertes.

Malheureusement, la série possède aussi des défauts et pas des moindres. Si l’équipe du héros est très attachante et notamment la sublime Felicity Smoak (Emily Bett Rickards), ce n’est pas le cas de tous les personnages. A commencer par l’ex du héros, Laurel (Katie Cassidy), qui ne sert à rien et qui est axée sur elle-même de manière agaçante. Elle passe le plus clair de la saison à boire, pleurer ou se plaindre. Ensuite, Thea Queen (Willa Holland), la sœur du héros, se pose aussi trop de questions et ne sert pas à grand-chose. Enfin, difficile d’apprécier le personnage de Roy (Colton Haynes), personnage torturé qui tire toujours la tronche, archétype du rebelle faiblard qui veut faire croire qu’il est trop fort. Ensuite, si Deathstroke est un méchant intéressant, il est bien loin du charisme du comics, n’étant dangereux que dans la fomentation de son plan et non pas l’énergie qu’il emploie physiquement pour nuire au héros. Ensuite, on pourra aussi pester contre la bienséance de la série dans son ensemble, évitant autant que possible de mettre du sexe ou du sang, édulcorant un peu le propos afin d’être grand public.

596192.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Mets une bonne note ou ma vengeance sera terrible !

Au final, la deuxième saison de Arrow est relativement plaisante et s’avère plus sombre que la première. On appréciera les multiples références à l’univers du comics et la multitude de méchants intéressants. Mais il faudrait que la série arrête avec les triangles amoureux à deux balles et que les personnages féminins soient moins faiblards et arrêtent de servir de faire-valoir à d’autres personnages. Une bonne saison donc, agréable, mais qui pourrait être bien mieux.

Note : 14/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=jLoG-fNir0c[/youtube]

Par AqME

 

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.