mai 25, 2022

Un + Une

12431305_1212953868718020_1258224696_n

De : Claude Lellouch

Avec Jean Dujardin, Elsa Zylberstein, Christophe Lambert, Alice Pol

Année : 2015

Pays : France

Genre : Romance

Résumé :

Antoine ressemble aux héros des films dont il compose la musique. Il a du charme, du succès, et traverse la vie avec autant d’humour que de légèreté. Lorsqu’il part en Inde travailler sur une version très originale de Roméo et Juliette, il rencontre Anna, une femme qui ne lui ressemble en rien, mais qui l’attire plus que tout. Ensemble, ils vont vivre une incroyable aventure…

Avis :

Claude Lellouch ou l’infatigable. Réalisateur connu et reconnu, cela fait plus de cinq décennies maintenant que le réalisateur nous livre très régulièrement ses histoires sur le grand écran. Il s’est essayé à tous les styles ou presque, il a osé, il a décroché un Oscar même. D’autres fois, il s’est planté, car comme toute carrière, celle de Lellouch est faite de hauts et de bas. Il a fait tourner les plus grands, lancé des carrières, relancé d’autres, bref, le cinéma de Claude Lellouch est une œuvre riche et belle et à la découverte de son nouveau film, on a bien l’impression que le cinéaste n’est pas prêt de s’arrêter.

Succès et échecs font partie de son quotidien, il faut dire qu’avec une telle activité, le réalisateur ne peut pas toujours nous offrir de l’excellent ou du chef d’œuvre. Début 2014, le réalisateur revenait avec « Salaud, on t’aime« , un film qui réunissait à l’écran Johnny Hallyday et Eddie Mitchell. Boudé par la critique et le spectateur malgré une bonne promo, le film est passé presque inaperçu, et les quelques trois cent mille spectateurs qui s’y sont osés, sont ressortis moyennement convaincus de la salle. On peut donc dire que le film fut un échec, mais qu’importe, ce n’est pas cela qui va abattre Claude Lellouch le résistant, et le voici un peu plus d’un an après avec une belle comédie dépaysante, emportée par un couple d’acteurs bourré de charme.

12421486_1212954005384673_1902560112_n

Antoine est un très grand compositeur français qui traverse la vie avec le sourire aux lèvres et la vanne facile. Son travail est connu de partout à travers le monde et beaucoup de réalisateurs rêvent que le compositeur habille leur film. Antoine vient d’accepter un nouveau projet. Un projet qui le mène en Inde, où il doit faire la musique d’un film appelé « Juliette et Roméo ». Arrivé sur place, il fait la connaissance d’Anna, la femme de l’ambassadeur de France. Anna ne lui ressemble en rien. Moins légère, elle se laisse guider par la spiritualité et se pose énormément de questions sur le sens de la vie sur terre. D’ordinaire, Anna n’est pas le genre de femme qui attire Antoine, mais il y a quelque chose de vrai qui se dégage d’elle et qui lui plaît. Alors quand les deux sont obligés de faire un voyage ensemble à travers l’Inde, c’est forcément l’occasion de se découvrir, mais jusqu’à quel point ?

Le scénario, dans ses grandes lignes, est cousu de fil blanc, on ne peut pas le nier, même s’il touche à des sujets forts, comme la peur de l’avenir, la difficulté d’avoir un enfant et ce que l’on est prêt à faire pour en avoir un, ou encore l’amour, le désir, la fidélité et le pardon (que Lellouch développe bien). Mais même si le film est peu original dans son déroulement, il dégage un petit quelque chose qui fait qu’on est happé dans cette histoire. On regrettera, c’est vrai, le manque de surprise dans les « destins » de ces deux personnages qui se rencontrent, se découvrent, se charment. D’emblée, avec facilité, on devine le final et c’est dommage. On aurait aimé que le réalisateur se concentre peut-être un peu plus pour écrire quelque chose de plus original.

Car pour le reste, on peut dire qu’on est comblé. Filmé dans des paysages et des villes magnifiques, Claude Lellouch charme, évade son spectateur avec cette quête spirituelle, on part à la découverte d’autres cultures, un autre mode de vie. Le réalisateur a su capter une ambiance, des moments, des rites, des traditions et son rendu sera presque hypnotisant. De plus, on apprécie le fait que le réalisateur oublie de filmer une carte postale de l’Inde. Alors qu’il est facile de tomber dans le cliché, pour « Un + Une« , Claude Lellouch nous montre autre chose et l’on apprend des choses sur ce pays.

Ce qui fait aussi une très grosse partie du charme de « Un + Une« , c’est ce couple d’acteurs talentueux, bourré de charme, de sourires, d’envies et de regards qui en disent long sur l’envie et le désir qui se créent entre eux. Certains diront que Jean Dujardin se contente de faire du Jean Dujardin et dans un sens, ce n’est pas faux, mais l’acteur reste malgré tout juste et touchant. Son personnage, un peu connard sur les bords, est attachant dans le fond. « Un + Une » c’est aussi le retour d’Elsa Zylberstein sur grand écran. L’actrice, qui se fait plus rare ces dernières années, surtout dans des rôles aussi importants, est sublime, criante de vérité, touchante au possible. Partagée entre les sourires et les larmes, l’espoir et la détresse, elle compose un personnage simple, qu’on aime et qui en volerait presque la vedette à Dujardin. Lellouch renforce les arrières avec quelques noms sympathiques, comme Christophe Lambert, Alice Pol, ou Rahul Vohra. De petits rôles qui, sans être incroyables, donnent de la vie à cette belle histoire.

12431657_1212953952051345_1393248786_n

Dans la forme, Lellouch fait simple et déjà vu, mais dans le fond, c’est juste, dépaysant et plaisant finalement. Ce petit voyage spirituel en plein cœur de l’Inde est donc bourré de charme, et ce charme, ces couleurs, ces sourires et cette bonne humeur font qu’on pardonne à Lellouch de ne pas avoir poussé son histoire.

En conclusion, « Un + Une » est un bon cru pour le réalisateur. Un cru qu’il ne nous avait pas offert depuis un petit bout de temps. Pas essentiel, peut-être mineur dans son immense filmographie, mais malgré tout « Un + Une » mérite le coup d’œil.

Note : 13,5/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=A_ZdytEf6D8[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.