octobre 26, 2020

In the Cut

18366593.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Jane Campion

Avec Meg Ryan, Jennifer Jason Leigh, Mark Ruffalo, Kevin Bacon

Année : 2003

Pays : Etats-Unis, Angleterre, Australie

Genre : Thriller

Résumé :

Professeur de lettres new-yorkaise, Frannie vit seule. Bien qu’étudiant l’argot et les romans policiers, elle s’est toujours tenue loin de l’aspect glauque de la ville.
Un soir, dans un bar, elle est le témoin d’une scène intime entre un homme et une femme. Fascinée par l’intensité de leur passion, elle n’a que le temps de remarquer le tatouage de l’homme et la chaleur de son regard.
Le lendemain, elle apprend qu’un meurtre a été commis tout près de chez elle. Malloy, le policier chargé de l’enquête, a le sentiment qu’elle est au courant de quelque chose. Frannie se sent attirée par cet homme, mais son attitude l’effraie tout autant que le tatouage sur son poignet. Le doute s’insinue en elle.
Impliquée chaque jour un peu plus dans l’enquête et dans une liaison qui libère autant qu’elle lui fait peur, Frannie est tentée de tout quitter…

Avis :

Lauréate d’une Palme d’or en 1993 pour « La leçon de piano« , la réalisatrice Néo-Zélandaise, Jane Campion était de retour en 2003 avec ce thriller poisseux et sombre qui nous révèle une nouvelle facette de la belle Meg Ryan.

C’est un film qui m’a beaucoup surpris et j’étais loin de me douter d’un tel film et j’ai été ravi de la tournure que prenaient les événements.

In the Cut (2003).CD2.1

Professeur de lettres à New York, Fannie est une femme bien dans sa peau qui vit sa vie bien loin de tous les aspects glauques de la ville. Un soir, alors qu’elle est dans un bar avec un étudiant, elle est témoin dans les arrières de l’endroit, d’une scène à la fois torride et glauque entre un homme et une femme. Une scène qu’elle observe de loin, quelques minutes, puis elle décide de leur rendre leur intimité. Peu de temps après, elle reçoit la visite de la police qui lui apprend qu’il y a eu un meurtre très sanglant dans le quartier et elle pourrait être témoin involontaire de quelque chose.

De suite, elle est attirée par l’inspecteur. Mais un petit tatouage attire son attention et le doute s’installe en elle. Elle se sent attirée par cet homme, aussi mystérieux que charmeur, mais quelque chose l’effraie et elle se demande s’il ne serait pas l’homme qu’elle a vu à l’arrière de ce bar. Mais elle va finir par se laisser tenter, pendant que le tueur sévit dans le quartier.

Jane Campion est une très grande réalisatrice, on lui doit des chefs d’œuvres comme « Portait de Femme », « Holy Smoke » ou dernièrement « Bright Star« . En 2003, la réalisatrice surprend et change de genre avec « In The Cut » où la réalisatrice passe au thriller érotique et nous livre là un film impeccable qui m’a passionné par son histoire bien sûr, mais aussi par son ambiance très forte que j’ai trouvé fabuleuse, asphyxiante, bien noire et profonde.

De suite la cinéaste nous plonge dans une ambiance, un contexte, une histoire forte. La scène à l’arrière de ce bar nous annonce la couleur de suite. Le film sera sombre, mystérieux, plein de tensions, la réalisatrice va jouer sur les regards, des moments qui lieront sexe et danger et elle va tenir toutes ses promesses sur les deux heures que va durer le film.

J’ai trouvé le scénario excellent, prenant, il y a beaucoup de suspens, la réalisatrice nous met mal à l’aise et sème autant le doute en nous qu’elle le sème dans l’esprit de son personnage principal. On est tout le temps sur le qui-vive, on ne peut faire confiance à personne et surtout pas au personnage joué par Mark Ruffalo. Comme Frannie, on a envie de lui faire confiance, mais après ce qu’on a vu au départ, à l’arrière ce bar, plongé dans la pénombre et ce comportement aussi intriguant qu’il peut être excitant nous laisse sur notre réserve ne sachant que penser. On sait, enfin on se doute que le tueur est dans l’entourage de Meg Ryan et à plusieurs moments on va douter de son identité, passant d’un suspect à un autre, mais on revient toujours sur Ruffalo et la réalisatrice nous fait douter jusqu’à la fin de son film. Film qu’elle conclura sur un final des plus parfait !

J’ai adoré la mise en scène qu’a choisie Campion pour ce film. Les plans sont sublimes, la photo est belle, elle crée une ambiance lourde qui est terrible. Il y a un gros travail sur les regards, le désir, la peur, la mort et le sexe sont intimement liés. La réalisatrice joue sur les silences et l’envie qui va en dire plus long que toutes les belles paroles. J’ai été pris de suite dans ce film et j’ai été comblé, c’est un excellent thriller. Des films comme celui-ci j’aimerais en voir plus souvent.

tumblr_mgslltWow41qhj9zeo1_500

Pour son film, Jane Campion a fait appel à un casting des plus surprenants. Sur la pochette de mon DVD, il y a écrit « Jane Campion nous révèle Meg Ryan » et c’est bel et bien vrai. L’actrice qui est plus habituée aux petites comédies sympas, trouve-là un rôle sublime qui lui va comme un gant. Elle est magnétique et captivante. Elle dégage énormément de présence, elle tient le film sur son regard qui nous fait passer tellement de choses. Jane Campion l’a bien réinventée et personnellement je pense que c’est son meilleur rôle. Ça fait du bien de la voir changer de registre et prendre des risques, surtout quand on a ce résultat. Un gros coup de cœur pour Mark Ruffalo que j’ai rarement vu aussi intense. L’acteur pousse autant à la méfiance, qu’à la confiance. Il joue très bien sûr ces deux fronts. J’ai beaucoup aimé le personnage de la sœur de Meg Ryan, tenu Jennifer Jason Leigh qui est décidément trop rare. Kevin Bacon est bon, mais c’est dommage, car j’ai trouvé que son personnage ne servait à rien.

J’ai vraiment adoré ce film de bout en bout. J’ai été surpris par ce film, Jane Campion décide de surprendre en passant au thriller érotique et le film est une totale réussite. Ca faisait longtemps que je n’avais pas vu un tel thriller.

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.