Tagada Jones – Dissident

3760068971335_600

Avis :

Quand on demande à une personne lambda de sortir un groupe de rock français, on aura en premier lieu des groupes comme Téléphone ou Noir Désir. Si on insiste un peu et que l’n demande un groupe de hard français, on peut tomber sur des gens qui citent Trust, notamment grâce à leur succès Antisocial. Mais quand on aborde le sujet du punk et du métal, il y a 95% de chance pour que les gens soient incapables de nous sortir un groupe. Problèmes d’ouverture d’esprit, de volonté de connaissance ou encore de distribution chaotique dans un système pourri par le mercantilisme, le punk et le métal français n’est connu que par quelques esprits éclairés. Et pourtant, notre terre est assez fertile en matière de guitares saturées et de double pédale. Entre Lofofora, AqME, Enhancer, Black Bomb A, Breed Machine, Mass Hysteria ou encore Eths, on peut dire que le métal français est en bonne former et qu’il envoie du bois. Officiant depuis 1993, Tagada Jones mélange punk et métal dans une énergie effroyable. Profondément généreux, engagé, le groupe a su conquérir la scène underground et fournit un grand nombre de concerts à travers la France. Réputé pour ses riffs ravageur et son énergie folle, le groupe a aussi su apporter des paroles intelligentes et très engagées pour le plus grand plaisir de tous les rebelles de la société. Décriant des vérités que bien souvent des gens cachent, Tagada Jones est vite devenu un incontournable de la scène hard rock/métal. Pour fêter ses 20 ans, le groupe sort un nouvel album, au nom éloquent, Dissident, avec pas moins de 20 morceaux. Mais quantité et qualité ne rime pas toujours, alors allons vérifier cela par nous-même.

Très souvent associé à la scène punk, Tagada Jones est plus un hybride qui assimile énormément de genres, allant du punk au métal, en passant par le rock et le hard. Cette hybridation, on la retrouve dans tout l’album, à travers les 20 morceaux. Si certains sont purement punks, d’autres sont vraiment métal. De l’Amour et du Sang, le premier titre du skeud affiche aussi ce mélange entre les deux genres. Entre une introduction qui fait vraiment punk, avec la voix si caractéristique du chanteur et un refrain qui frôle le hard rock, on est parfaitement dans cette symbiose. On remarquera aussi des chœurs qui rappellent le punk des bonnes années avec des onomatopées rythmées, rajoutant de la puissance et de la vitesse. On retrouvera cela dans Liberticide avec une rapidité incroyable et une maîtrise parfaite de chaque instrument, offrant des moments vraiment géniaux. Tout Casser est l’exemple parfait de l’esprit punk du groupe, que ce soit dans les paroles ou dans le rythme imposé par le flow du chanteur. On peut aussi citer Superpunk, qui frôle le punk hardcore, notamment à cause des grattes qui vont à deux mille à l’heure.

D’un point de vue métal, ou hard rock, on pourra se ruer sur des titres comme Instinct Sauvage avec une sonorité très lourde et très rapide. Au niveau des couplets, on est dans un registre très sombre et le flow du chanteur va être plus lent, tout en insufflant une grande énergie. Le Chaos est aussi un titre très violent et qui envoie du bois, allant dans un registre plus lourd que le punk. Mais on peut aussi citer Dissident qui se révèle être l’un des meilleurs morceaux, mais qui arrive à hybrider les deux genres dans le même titre. Avec des couplets plutôt hard voire métal et un refrain purement, on se rend compte que Tagada Jones a pris une grande maturité et propose vraiment quelque chose de techniquement irréprochable. Blasphème se rapproche aussi dangereusement du métal, avec la présence de growl dans le titre.

1465819_10151786585686555_29394807_o

La force de Tagada Jones ne vient pas seulement de leur grande capacité technique. En effet, le groupe s’est forgé une belle réputation grâce à des paroles très engagées et des refrains profondément entêtant. Ce skeud ne fera pas exception, puisque quasiment toutes les chansons comportent des refrains puissants et souvent jouissifs. Il suffit d’écouter des titres comme XXL, purement punk ou encore Dissident pour chantonner au bout de deux écoutes. Au niveau des paroles, on retrouve souvent des titres contre le système politique (Liberticide, Instinct Sauvage, le Chaos), mais aussi sur le système économique comme la pièce Tout va Bien ou encore XXL, On retrouvera aussi un tollé pour la vengeance lors d’un meurtre d’enfant, chose rare pour un groupe français et Tagada Jones n’hésite pas à balancer ses idéaux (Vendetta). Bref, peu importe le sujet que ça touche, les paroles sont toujours bien écrites et ça fait plaisir de voir un groupe aussi libre de faire ce qu’il veut sans se plier aux règles du marché.

Enfin, le groupe a su s’entourer pour fêter ses 20 ans. On retrouvera plusieurs morceaux en duo avec d’autres groupes français connus. Ainsi Vivre, purement métal, est en featuring avec Enhancer et on ressent la touche du groupe dans leur moment de brutalité. Ni Dieu ni Maître est en duo avec le fameux groupe Black Bomb A et comporte quelques moments en anglais. Néanmoins, on remarquera que la voix de Spoon de Black Bomb A est très proche de celle de Niko de Tagada Jones. On sent une vraie osmose entre les deux chanteurs. Enfin, On ne Chante pas on Crie est en duo avec Lofofora et il s’agit certainement de l’un des meilleurs morceaux du skeud, notamment grâce à des paroles d’une grande vérité, énumérant les à priori des gens qui ne font pas l’effort d’écouter autre chose que la radio.

Au final, Dissident, le dernier album de Tagada Jones, est un excellent qui n’hésite pas à tout balancer et à tout donner pour le plus grand plaisir de l’auditeur. A la fois violent et cru mais terriblement efficace et vrai, l’album montre toute la palette du groupe dans une grande générosité. Et si le groupe ne passe pas à la radio et ne fait pas la une des journaux, c’est juste ma faute à une culture prohibée au profit de l’argent et de la lobotomisation du peuple. Dissident et indiscipliné, c’est tout ce qu’il faut être pour pleinement exister et Tagada Jones assume ses choix et prouve qu’il est un pilier de la scène rock, hard et métal française.

  1. De l’Amour et du Sang
  2. Instinct Sauvage
  3. Vendetta
  4. Liberticide
  5. Karim et Juliette
  6. Tout va Bien
  7. Le Chaos
  8. XXL
  9. Dissident
  10. Tous Uni
  11. Superpunk
  12. Tout Casser
  13. Vivre
  14. Blasphème
  15. Ni Dieu Ni Maître
  16. On ne Chante pas on Crie
  17. Dernier Rendez-Vous
  18. Skin ou Keupon (Tulaviok)
  19. I’m Hungry (Anti-Héros)
  20. Karim et Juliette II (Tagada Noir)

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

TrasherNote de Trasher: 14/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net