mars 3, 2021

Sea Attack

seaattack-dvd

De : Paul Ziller

Avec Miriam McDonald, Corin Nemec, Daniel Wisler, Camille Sullivan

Année: 2008

Pays: Etats-Unis

Genre : Horreur

Résumé :

La famille McKenna fait partie d’une communauté de pêche quelque part dans le Nord-ouest du Pacifique. Will McKenna est un capitaine malchanceux dont la fortune devient encore plus mince quand deux ou trois membres d’équipage de son bateau meurent dans quelques circonstances très étranges et désagréables. Peu de temps après, une créature de mer commence à faire des ravages. Ce monstre sanguinaire tue rapidement et disparaît ensuite, n’est pas complètement visible à tout moment et personne d’autre n’a été un témoin oculaire sur ses méthodes de mises à mort horribles…

Avis :

Que peut-on attendre des films Syfy ? Enfin, des films, plutôt des téléfilms de la boîte, car en continuant sur le chemin tortueux initié par Asylum, la firme s’égare dans quelques productions hasardeuses et parfois très mauvaises. Il suffit de regarder le film Ghostquake pour s’en rendre compte. D’un point de vue nanar, la chaîne s’impose presque en reine, juste derrière l’indétrônable roi de la daube numérique et de l’improbable Titanic 2. Mais comme on n’est jamais à l’abri d’une surprise, on se surprend parfois à regarder du coin de l’œil une de leurs productions. Sea Attack, qui possède plusieurs noms comme Sea Beast, Troglodytes ou encore Carnage en Haute Mer, fait partie de la série Maneaters, qui met en scène des monstres ou des grosses bêtes qui vont becter de l’humain. Généralement, la qualité est assez déplorable, alors qu’en est-il avec ce film ?

vlcsnap-2011-05-24-08h01m53s78

Mec ! J’ai choppé un thon !

Le scénario et vraiment très simple. On commence sur un bateau de pêche, en pleine mer et un monstre invisible bute l’un des pêcheurs. Cette bestiole s’accroche à la coque et arrive dans une ville portuaire où elle va réaliser un carnage. Si les hommes pensent à un tueur en série ou un ours, le capitaine du bateau sait de quoi il s’agit mais va passer pour un fou, et son seul autre témoin est un alcoolique notoire. On est typiquement dans ce qui se fait tout le temps dans le film de monstre avec peu de budget. Une bête sanguinaire, des personnages peu travaillés à part deux ou trois, quelques scènes gores et le héros qui gagne à la fin. Mais si tout cela n’est pas ambitieux et original pour deux sous, le film arrive à se défaire de la grande médiocrité grâce à un personnage attachant et des bestioles plutôt sympathiques.

En tête d’affiche, on retrouve Corin Nemec, dont le personnage de Parker Lewis lui collera toujours au dos. Depuis quelques temps, il essaye de se démarquer de cette image en jouant dans des films d’horreur au budget famélique (Bundy, l’Esprit du Mal, Richard Speck…). Il tient donc le rôle principal, celui d’un capitaine qui essaye de comprendre le mal qui ronge la ville et de protéger sa fille. Alors on pourrait croire qu’il va être ridicule et le début ne promet rien de bon, et pourtant, au fur et à mesure du métrage, il devient convaincant et on s‘attache au bonhomme. Malheureusement, pour l’épauler, les autres acteurs sont relativement mauvais et peu intéressant. Il faut dire que leur background est inexistant et qu’ils sont faits pour ne pas faire d’ombres au héros. Restant en plus dans un film classique dans son déroulement et dans l’histoire, Sea Attack ne surprendra personne avec une fin où le Happy End est de rigueur.

Bien évidemment, les effets spéciaux sont assez risibles. Le début, avec le bateau pris en pleine tempête, est d’un ridicule affligeant et on se dit que l’on est mal barré. Mais lorsque la bestiole prend forme, ce n’est pas si désagréable que cela. Mélange d’une baudroie et d’un licker de Resident Evil, le monstre a de la gueule et il est sans pitié. Certaines scènes sont agréables pour les férus de tripes comme un type coupé en deux ou encore une jolie décapitation. Malheureusement, les CGI sont inégaux et si parfois la bestiole ressemble à quelque chose, certains moments sont très mauvais et gâche le petit plaisir que l’on avait de regarder ce film. Mais l’autre mauvais point du film, c’est qu’il copie Predator alors qu’il n’en a pas l’envergure. On retrouvera deux occurrences au film de John McTiernan mais qui deviennent vraiment ridicules. On aura donc deux types qui tirent comme des dératés dans la forêt sur le monstre invisible puis une phrase lâchée par Corin Nemec, en réponse à une question du genre : Peut-on le tuer ?, qui dit : ça saigne. Alors c’est bien d’avoir des références et des envies de rendre hommage. Mais quand on n’a pas le budget, on ne fait pas car ça vire à la parodie, au pastiche de mauvais gout.

vlcsnap-2011-05-24-08h02m34s234

Roule-moi une pelle !

Au final, Sea Attack est un honnête petit DTV avec une bestiole qui bouffe des gens. Inoffensif au possible, le film ne dénonce rien, n’apporte rien au genre, mais il reste divertissant et moins mauvais que la moyenne dans ce genre de productions. Si vous n’êtes pas allergique à des effets spéciaux parfois dégueulasses et à une histoire conne mais agréable, alors ce film devrait vous plaire. Bon, après, faut pas être exigeant…

Note : 11/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.