mars 2, 2021

Fedora

21006715_20130517114022778

De : Billy Wilder

Avec Marthe Keller, William Holden, Hildegard Knef, José Ferrer

Année: 1978

Pays: France, Allemagne

Genre: Drame

Résumé:

Un producteur américain tente de convaincre une star légendaire à la retraite, Fedora, d’effectuer un comeback retentissant.

Avis:

« Fedora« , un titre chaud, poétique, presque sensuel pour un film fort et touchant que j’ai pris plaisir à découvrir. Jusqu’ici, je connais de Billy Wilder, son réalisateur, que « Sept ans de réflexion » et son cultissime soulevé de robe d’une Marilyn Monroe qui deviendra immortelle. J’avais bien apprécié ce film, sans le trouver extraordinaire non plus.

Après avoir reçu ce film, je décide de découvrir un peu plus la carrière de ce grand monsieur d’Hollywood et je ne suis pas déçu du tout, car j’ai trouvé « Fedora » excellent. Avec ce film Wilder livre une critique acerbe sur l’apparence et le star-système et nous livre un film brillant et passionnant.

87979194_o

Fedora est une actrice de légende à la beauté aussi belle que sa longue carrière. Aujourd’hui Fedora ne tourne plus, elle a pris sa retraite et vit recluse sur une île en compagnie de sa meilleure amie la Comtesse Sobryanski et ainsi que des gens étranges qui peuplent la villa surplombant un magnifique paysage.

Barry Detweiler est un producteur de film indépendant. Il a le projet de faire un film sur « Anna Karenine  » et il ne voit personne d’autre que Fedora dans le rôle. L’ayant connu sur un tournage bien des années plutôt, il essaye d’approcher la star pour lui proposer un comeback dont l’industrie du cinéma ne sera pas prêt d’oublier. Mais alors qu’il arrive enfin à l’approcher, il découvre une femme très différente de ses souvenirs. Toujours aussi belle qu’avant, elle semble perturbée par les gens qui l’entourent. Elle divague, elle raconte des choses invraisemblables.

Où est la vérité, entre l’actrice qui se dit prisonnière et ce personnel qui la dit malade ? Barry Detweiler sait que quelque chose ne va pas, mais ce qu’il va découvrir est au-delà de ce que les meilleurs scénarios d’Hollywood auraient pu imaginer.

« Fedora » c’est l’avant dernier film d’un des plus grands réalisateurs de l’âge d’or Hollywood, Billy Wilder. Même si je n’ai pas encore vu ces films comme « Boulevard du crépuscule« , où « Certains l’aiment chaud » rien qu’aux titres je sais ce que c’est. Il a fait des films qui traversent les époques et qui touchent toujours autant de cinéphiles et en convertit beaucoup au fur et à mesure que le temps passe.

Avec ce film, Wilder décide de s’en prendre au star-système. Sur la base d’un scénario admirablement écrit et construit (alors que le film est en flashback continu, à aucun moment le réalisateur nous perd dans le temps), il va nous livrer un film d’une justesse et d’une tristesse fabuleuse. Ce film est un petit bijou du cinéma.

L’intrigue est passionnante et d’actualité. Les apparences, les critiques, les non-dits, les rumeurs autour d’un acteur, les comebacks, ce désir d’être aimé et reconnu, ce culte de la beauté et du temps qui s’arrête, sont autant de sujets que le film va aborder de prêt comme de loin avec subtilité, mais aussi intrigues et mystères.

Le film est monté en flashback, on commencera donc par la fin où l’on apprend le suicide de Fedora et c’est à travers les souvenirs d’un producteur qui avait rencontré la légende quelques semaines avant son décès qu’on va revivre les derniers instants d’une femme qu’Hollywood a détruit.

Le film est rempli de suspens et d’interrogations. Comme on est mis à la hauteur du personnage de William Holden, on se pose les mêmes questions que lui. On est face au même mystère, partagé entre ce que l’on veut bien nous montrer et ce qui sera. Car, le scénario est magnifique et c’est avec parcimonie qu’il va nous dévoiler son secret et par la même occasion nous scotcher à notre fauteuil. Car, il est si bien dissimulé que je ne l’ai pas vu arriver et se retournement de situation est terrible et achève en beauté cette critique du monde Hollywoodien.

Le film est aussi très plaisant à regarder pour ses décors. Billy Wilder, malgré la tristesse de son histoire, nous berce, avec une lumière chaude et naturelle, le cinéaste nous offre de magnifiques paysages de la Grèce où vit désormais Fedora.

Dans ce film Fedora c’est Marthe Keller. Actrice incontournable et injustement oublié ces dernières années, elle n’a que de petits rôles dans des films pas forcément excellents. Devant la Caméra de Billy Wilder, elle est une légende, belle, sensuelle au possible, charismatique, capricieuse, folle aussi et en fin de compte terriblement touchante et triste. L’actrice donne à Fedora toute sa beauté, sa présence et démontre toute l’étendue de son talent, même quand elle ne dit rien, cachée dernière ses lunettes de soleil, on ne voit qu’elle.

Barry Detweiler est incarné par William Holden et j’ai trouvé l’acteur très convaincant. Il a un petit côté drôle qui fait du bien, il détend un peu l’atmosphère, mais sait aussi se faire plus sérieux et touchant quand l’histoire le demande. J’ai trouvé parfaite Hildegard Knef dans le rôle de la Comtesse Sobryanski, qui m’a touchée sur la fin. Et enfin c’est avec plaisir que j’ai pu voir des acteurs que j’aime bien dans différents petits rôles comme, Stephen Collins (le Eric Camden de « 7 à la maison« ), Michael York qu’on ne présente plus, Frances Sternhagen qui a joué dans « Misery » de Rob Reiner ou dans quelques saisons de « Sex & the City« . Il y a aussi Gottfried John qui restera toujours pour moi le Colonel Ourumov de « GoldenEye« . C’était vraiment plaisant de voir tous ces acteurs dans leurs débuts de carrière.

critique-fedora-wilder15

Avant de tirer sa révérence, Billy Wilder a dit ce qu’il avait dire sur le système d’Hollywood. « Fedora » est un film prenant, mystérieux qui ne révélera que vers la fin sa critique et tout son sens.

Je suis vraiment ravi d’avoir vu ce film et maintenant je n’ai qu’une envie, c’est de découvrir les autres films de Billy Wilder. C’est ce que je vous disais plus haut, chaque année, Wilder convertit de nouveaux cinéphiles.

Note : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqMENote de AqME: 16/20

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.