décembre 2, 2020

Conte de Noël

93775f283bc00b6ef86abe98224d4e45-300x300

Titre Original: Cuento de Navidad

De : Paco Plaza

Avec Maru Valdivielso, Christian Casas, Roger Babia, Pau Poch

Année: 2005

Pays: Espagne

Genre: Horreur

Résumé:

En 1985, dans une ville côtière, cinq amis, Koldo, Peti, Tito, Eugenio et Moni, tombent sur une femme vêtue comme le Père Noël, coincée dans un trou au fond des bois ..

Avis:

Les films exploitant la jeunesse sont relativement nombreux. Je pense aux Goonies, à Stand by me ou encore, en plus récent, à 20th century boys. Maintenant, dans le domaine de l’horreur, c’est vachement plus délicat d’aborder ce sujet ou de mettre en avant une bande de jeunes sans tomber dans le pathos gore pour déconner ou encore le gentil mignon avec le méchant monstre dans le placard ou sous le lit. Mais si l’on met le cinéma espagnol dedans, pays qui sort régulièrement des métrages horrifiques de qualité (Rec, A louer, l’échine du diable ou encore abandonnée), on peut s’attendre à quelque chose de relativement couillu et un peu hors des sentiers battus. Alors qu’en est-il de conte de noël, film très court faisant partie de la sélection des Peliculas para no dormir, sorte de master of horror version espagnol? Le film est-il une réussite ou n’arrive-t-il pas à se trouver? Aurons-nous droit à un « ça » version espagnole?

Le scénario du film reste assez simple dans sa globalité, mais il se veut une référence aux films mettant en avant une bande de jeunes et aux gros nanars des séries Z avec des zombies, des actrices idiotes aux gros nichons et au héros gominé et écervelé. Ici, on va suivre une bande de cinq enfants, quatre garçons et une fille, tombant sur une femme habillé en père noël dans la forêt. Sauf que la dame est dans un trou avec une jambe cassée. Ils essayent de la remonter et de prévenir la police sauf qu’en allant au poste, deux des garçons reconnaissent la mère noël comme étant une dangereuse criminelle ayant volé un petit magot. Ils décident alors à l’unisson de la garder dans le trou, de la rationner jusqu’à ce qu’elle dise où est caché le trésor. Sauf qu’il va se passer quelque chose d’imprévu. Je vais m’arrêter là pour ne pas dévoiler la suite qui reste une ode aux nanars zombiesques, mais il faut savoir que tout ne se passe pas comme à cause de deux jeunes de la bande, fans de mauvais films de morts-vivants. Du coup, le scénario reste sympathique et on ne peut que se prendre d’affection pour au moins deux des mômes de la bande, dont la fillette.

Mais outre un scénario sympathique qui ne prend parti ni pour les enfants, ni pour la mère noël, la réalisation est vraiment impeccable. Dès le début du film, on ressent un amour pour le cinéma de genre qui est totalement assumé. D’ailleurs, on débute avec un le début d’un film de zombies complètement débile et on se demande bien où l’on est tombé. La présentation des cinq enfants est très fun avec une belle musique rock et les noms s’affichant avec des arrêts sur image, un peu comme le ferai un Robert Rodriguez. Mais l’ambiance, plutôt bonne enfant, va descendre petit à petit vers une horreur, d’abord de la part des enfants qui décident de faire chanter la pauvre femme, puis avec une situation inverse plutôt stressante dans un vieux parc aquatique désaffecté. Les jeux de lumière sont très bons, et les plans de caméra sont judicieusement choisis. Bref, une ambiance très année 80 qui est foutrement bien rendue.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Oh putain j’étais tellement saoule hier que je ne suis pas rendue compte que je m’étais endormie dans une tanière de sangliers

Mais le plus difficile je pense dans ce genre de film, c’est le choix des acteurs jouant les enfants. En effet, je pense qu’il faut une complicité entre les acteurs pour que cela crée une vraie impression de groupe et une certaine cohésion. Et c’est exactement ce qui marche dans conte de noël! En effet, les cinq enfants jouent vraiment très bien et s’entendent à merveille. Ainsi, on a la petite fille que tout le monde protège, le fan de karaté kid qui rêve de faire la prise du dragon, le chef gentil et le chef méchant qui veut être chef à la place du gentil et son acolyte. Si tout ça peut faire cliché, il n’en ait rien car les interactions entre eux sont vraiment crédibles, tout comme leur passion dévorante pour les films d’horreur bis, d’ailleurs, cela m’a un peu rappelé ma jeunesse avec les bandes de potes à faire les 400 coups. Mais autre chose de très important, c’est l’actrice jouant la méchante, absolument géniale du début à la fin et qui inspire méfiance au début, puis pitié et enfin horreur. C’est une grande réussite de ce point de vue, car on ressent vraiment les différentes étapes émotionnelles pouvant se dérouler dans la tête de la bonne femme.

Ce qui est le plus marrant dans tout ça, c’est que le film ne va pas dans le pathos gore pour rigoler, ni dans le gentil mignon avec une éponge mort-vivante sous l’évier (idée géniale qui me reste de mes lectures de gosse dans la série chair de poule). Sans être gore pour autant, le film joue surtout sur une ambiance nostalgique au début puis purement horrifique, avec une femme déguisée en père noël, boitant et trainant une lourde hache pour faire la peau à ses sales gosses. Si quelques effets gores, plutôt bien foutus d’ailleurs, vont venir ponctuer le métrage, Paco Plaza, le réalisateur et pote de Jaume Balaguero, ce n’est pas sur ça qu’il faut miser. On s’attachera beaucoup plus à la stratégie des enfants pour s’en sortir et à la frayeur d’en voir un se faire dézinguer à coup de hache. La fin reste très sympathique, car elle relève du nanar, mais elle entre parfaitement dans le métrage sans pour autant le rendre moins crédible, un grand coup de force pour le réalisateur.

christmas tale (plaza) 1

Qu’est-ce qu’on fait, on le sort du trou, il nous a mis une bonne note quand même, non?

Au final, conte de noël est une franche réussite, même si parfois il peut paraître un peu long car le chantage mené par les enfants et les interactions entre les membres du groupe occupent une grande partie du film. Mais avec une montée crescendo de l’angoisse et une volonté de montrer la face monstrueuse des deux partis, les enfants et la femme, Paco Plaza réalise un film qui se pose entre les goonies et ça. Bref, un métrage plaisant, drôle, nostalgique et surtout effrayant dans sa dernière partie, pas étonnant que le type est réalisé ensuite Rec. Je conseille donc ce film!

Note: 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.