juin 23, 2021

Sons of Anarchy Saison 6

Sons-of-Anarchy-Saison-6

Sur une idée de : Kurt Sutter

Avec Charlie Hunnam, Ron Perlman, Katey Sagal, Mark Boone Junior, Kim Coates, Tommy Flanagan, Theo Rossi

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame

Nombre d’Episodes: 13

Résumé:

Afin de protéger leur ville des dealers et des entrepreneurs locaux, les membres d’un club de motos sont prêts à tout. Dans ce contexte critique, Jax Teller est partagé entre l’amour qu’il porte à sa confrérie et l’appréhension grandissante qu’il nourrit en voyant l’anarchie et le banditisme qui règne dans son club…

Avis:

Comment définir et résumer les cinq premières saisons des Sons of Anarchy. L’exercice peut s’avérer périlleux comme il peut s’avérer assez simple. Jax Teller est un jeune homme qui fait partie d’un gang de motards qui font du trafic d’armes. Ce gang gère aussi les conflits qu’il peut y avoir dans Charming et refuse tout deal avec la drogue. Seulement, Jax se rend compte des méfaits du trafic d’armes sur les hommes et sur le club. En lisant les mémoires de son père, ancien président du club, il va se rendre compte que certains membres de ce club ne méritent pas leur place et qu’il faudrait revenir sur des bases sereines pour reconstruire quelque chose de sain. Bien évidemment, le chemin vers la paix sera parsemé d’embuches et de déchirure et c’est là toute la puissance de cette série. Ecrite pour être terminée en sept saisons, Sons of Anarchy fait partie de ces séries que l’on ne décroche plus, qui happent le spectateur dans un torrent émotionnel fort et où l’écriture de chaque épisode se rapproche de la perfection. Cette sixième saison est la saison des ruptures, la saison de la mort, celle qui sent la fin approcher à grand pas et qui fait le ménage avant une dernière saison mystérieuse. Et cette saison, mon frère, c’est certainement la meilleure.

critiques-series-sons-of-anarchy-saison-6-epi-L-wyHKlZ

Putain, c’est beau ce que tu viens d’écrire

L’histoire de cette sixième saison se divise en trois histoires qui se fondent les unes dans les autres. D’un côté, on a Jax qui essaye par tous les moyens de faire sortir le club des armes. Le seul problème, c’est qu’il doit gérer plusieurs conflits et surtout se démerder pour assurer un successeur. C’est un gros problème quand le principal fournisseur est l’IRA et que ces derniers sont racistes comme pas possible. Le chemin de Jax sera long, fastidieux et surtout très violent. D’un autre côté, on a l’histoire de Tara, la femme de Jax, qui voit la violence montée, la perte de contrôle de Jax suite à la mort de son meilleur ami et les manipulations de sa belle-mère au sein de sa propre famille. Son objectif est de protéger ses enfants et elle sera prête à tout pour les sortir de ce merdier. Enfin, il y a l’histoire de la mère à Jax, qui se met avec un ex gangster mexicain et qui va faire conneries sur conneries. On peut rajouter à cela des méchants obstinés qui vont mettre des bâtons dans les roues de tout le monde. Bref, Sons of Anarchy, c’est une histoire d’hommes et de femmes qui s’aiment et se haïssent.

Alors on pourrait croire que toutes ces accumulations en deviennent irréalistes et peu crédibles, mais le fait est que tout ce tient à la virgule prêt. D’ailleurs certains passages font écho aux saisons précédentes dans un fil rouge exceptionnel. L’écriture est vraiment l’un des points forts de cette série qui ne cesse de monter au fur et à mesure. Les rêves se brisent, les espoirs se perdent et la spirale infernale du trafic d’armes semble être plus destructrice que jamais. On est vraiment dans la saison charnière qui annonce le début de la fin. De nombreux personnages principaux disparaissent, d’autres s’affirment et c’est le fait de suivre cette évolution humaine qui fait de cette série, une série unique.

Bien entendu, la réalisation ajoute une plus-value à la série. Oscillant entre des moments posés et des moments vraiment nerveux mais bien foutus, la série se démarque par cette réalisation authentique et qui ne fait pas dans la dentelle. Le sang gicle, certains meurtres sont sanglants et même ultra violents et la tension est toujours palpable. Le moment le plus lourd est celui dans le parc entre Tara et Jax. Il s’agit d’un moment clé de la série, et Kurt Sutter, qui réalise ce plan, a saisi toute la quintessence dramatique et l’enjeu de cette scène pour le futur de la série et même de l’épisode. Ce silence, cette oppression, c’est vraiment l’une des plus belles scènes de la série.

Enfin, il y a la prestation des acteurs, qui reste encore une fois magistrale. Charlie Hunnam est au sommet de son art, interprétant tout en finesse le bad guy qui est gentil au fond et qui doit prendre des décisions très rudes. Katey Segal n’est pas en reste aussi en mère complètement paumée et manipulatrice. Theo Rossi possède un rôle plus important et il le tient correctement, profitant pour s’affirmer dans la série. Mais le top, c’est vraiment Mark Boone Junior qui excelle dans son rôle, car il est vraiment attachant et c’est peut-être le seul vrai personnage gentil. Le reste du casting est tout simplement excellent, sans faille et avec de vraies gueules du cinéma et de la télé.

sons-of-anarchy-season-6-premiere-1

J’me prendrai bien une glace chérie !

Au final, Sons of Anarchy Saison 6 est une tuerie dans tous les sens du terme. Profonde, puissante, touchante, violente, elle raconte une histoire d’homme dans un monde saccagé par le profit et la manipulation. Tout cela se termine dans un bain de sang et une scène choc, qui laissera le spectateur coi devant son écran. Et c’est quand une scène nous obnubile, hante nos pensées que c’est gagner. Un must à ne pas louper !

Note : 19/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

 

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.