septembre 28, 2020

Billie

De : James Erskine

Avec Billie Holiday

Année : 2020

Pays : Etats-Unis

Genre : Documentaire

Résumé :

BILLIE HOLIDAY est l’une des plus grandes voix de tous les temps. Elle fut la première icône de la protestation contre le racisme ce qui lui a valu de puissants ennemis.

A la fin des années 1960, la journaliste Linda Lipnack Kuehl commence une biographie officielle de l’artiste. Elle recueille 200 heures de témoignages incroyables  : Charles Mingus  Tony Bennett, Sylvia Syms, Count Basie, ses amants, ses avocats, ses proxénètes et même les agents du FBI qui l’ont arrêtée….Mais le livre de Linda n’a jamais été terminé et les bandes sont restés inédites … jusqu’à présent.

BILLIE est l’histoire de la chanteuse qui a changé le visage de la musique américaine et de la journaliste qui est morte en essayant de raconter l’histoire de Lady telle qu’elle était. 

Avis :

Réalisateur britannique, James Erskine a commencé sa carrière au début des années 2000, travaillant tout d’abord sur des séries télé en tant que scénariste et réalisateur. Il a notamment réalisé des épisodes pour la série « Torchwood » ou encore la version anglaise et télévisée de « Robin des bois« . C’est en 2009 que James Erskine trouve sa voix, réalisant son premier long-métrage qui sera un documentaire. En dix ans, James Erskine va alors réaliser pas moins de six films documentaires, et tous sont encore inédits chez nous. Aujourd’hui, le réalisateur passe enfin nos frontières et il n’est pas étonnant qu’il le fasse avec ce film-ci, puisque « Billie » est un film qui va s’arrêter sur la vie et la carrière de l’immense Billie Holiday, chanteuse de Jazz indémodable, à la voix si singulière et envoûtante.

Si la musique de Billie Holiday est connue de presque tous, si l’on peut entendre la chanteuse un peu partout tant elle fait partie de notre culture, on connaît moins son parcours, sa vie et ce film prend un axe qui est pour le moins original. Ainsi, James Erskine nous racontera Billie Holiday à travers des interviews d’époque, et tout en brossant le portrait d’une femme incroyable, il fait aussi avec « Billie » un film teinté d’actualité, et même un film qui peut ouvrir un mystère… Bref, étonnant, instructif et sensoriel (cette musique et cette voix), ce « Billie » de James Erskine mérite qu’on s’y arrête.

À la fin des années 60, la journaliste Linda Lipnack Kuehl commence une biographie officielle de l’artiste. Elle recueille 200 heures de témoignages incroyables : Charles Mingus, Tony Bennett, Sylvia Syms, Count Basie, ses amants, ses avocats, ses proxénètes, et même les agents du FBI qui l’ont arrêtée… Mais le livre de Linda n’a jamais été terminé et les bandes sont restées inédites… jusqu’à présent.

« My Man« , « Summer Time« , « Strange Fruit« , « All Of Me« , et tant d’autres chansons qui nous en collent la chair de poule. Billie Holiday, c’est une voix inimitable, mais connaît-on son histoire ? Pour ma part, je dois dire que même si j’adore la chanteuse, même si j’écoute régulièrement mes CD (oui, j’écoute encore beaucoup de CD), je ne connaissais rien de la femme, de son histoire et de son vécu, et le film de James Erskine fut un bon moment de cinéma pour tout ce qu’il nous apprend. De son enfance à ses débuts, de Philadelphie à New York, de ses nombreux amants et amantes à ses addictions ou encore ses positions politiques, ses combats, son amour du chant, de sa vie, d’elle-même à travers ses chansons, ou encore ses séjours en prison, « Billie » nous raconte tout et surtout le film de James Erskine nous raconte la vie de la chanteuse de manière très intéressante et particulière.

Pour axer son film, le réalisateur anglais a décidé de se baser sur les enregistrements d’une journaliste qui a voulu dans les années 50 faire une biographie la chanteuse. Elle voulait présenter la femme derrière l’artiste et cette journaliste est décédée dans des circonstances étranges, laissant derrière elle des heures et des heures d’interviews de Billie Holiday elle-même, mais aussi de ses proches. Avec cette matière folle, James Erskine va l’utiliser pour parler de l’artiste à travers des voix, et même si parfois ça manque un peu de rythme, l’ensemble est assez saisissant.

Puis ce qui est très prenant avec ces interviews, qui pour la plupart ont plus de soixante-dix ans, c’est qu’à partir du portrait de la chanteuse, en parlant de la chanteuse, il se reflet un portrait subtil de l’Amérique de la première moitié du siècle dernier et il est terrifiant de constater que certaines paroles prononcées résonnent toujours comme d’actualité. Derrière Billie Holiday, le film de James Erskine parle de racisme, de sexisme, de la condition de la femme, et même de corruption, avec tout ce qui tourne autour de la police et de la chanteuse, puis au-delà de ça, avec la disparition de cette journaliste.

On regrettera toutefois que le documentaire n’arrive jamais à être passionnant. Malgré tout le bien qu’on en pense, malgré tout ce que l’on peut apprendre sur la chanteuse, malgré l’écriture folle et le montage qui a dû être un casse-tête pour tout raccorder, il est vrai que le film en lui-même a tendance à manquer de vie et d’émotion, et du coup, on le suit avec intérêt, mais de là à dire qu’il en sera aussi marquant qu’un « Amy » de Asif Kapadia ou un « What happened miss Simone ? » de Liz Garbus, on en est assez loin.

« Billie » de James Erskine est un bon documentaire qui s’avère très intéressant, car il arrive à très bien conjuguer le portrait d’une icône, autant que celui de l’époque dans laquelle elle a vécu. On en ressort instruit et surpris pas la vie folle de cette femme. Puis on en ressort avec l’envie tout de suite d’écouter un album de Billie Holiday, histoire de prolonger le plaisir.

Note : 14/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.